Achab (Moby-Dick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références.

Le capitaine Achab est un des personnages principaux du célèbre roman d’Herman Melville Moby Dick.Le personnage a aussi été développé notamment dans différentes adaptations du roman.

Dans Moby Dick (film, 1956)[modifier | modifier le code]

Capitaine du baleinier le Péquod (en), Achab semble inspirer une crainte qui n'a d'égale que le respect que lui vouent les marins de New Bedford, la ville ou l'histoire commence. Ismaël (en), narrateur et personnage principal du roman, choisit le Péquod pour sa splendide apparence ainsi que l'ivoire de baleine dont le bateau est orné. Lors de la signature du contrat comme marin sur le Péquod, Ismaël est pris d'hésitation et fait référence au nom maudit d'un roi du nom d'Achab. Le quaker et l'homme d'église chargés de recruter les marins prétendent qu'il ne faut pas en vouloir au capitaine d'avoir le nom d'un roi maudit. Peu avant d'embarquer, un personnage mystérieux du nom de « Elie » ou « Elijah » lui apprend que le capitaine Achab est maudit, et qu'il précipitera tous les marins qui le suivront en enfer sauf un. Les descriptions d'Achab faites par les marins de New Bedford, sont nombreuses et empreintes de mystères. Elles décrivent un homme déchiré par une baleine blanche, puis recollé à la moelle de baleine. Mais son portrait, peint par Ismaël lors de la première véritable rencontre avec Achab sur le pont du Péquod, vient raviver les descriptions précédentes. Il décrit un homme dont le regard luit des flammes de l'enfer. Un homme de haute stature, raide et hautaine, dont la claudication bruyante de ses promenades nocturnes sur le pont du Péquod est due à une jambe arrachée et remplacée par des os de baleine. Son regard fixé sur l'horizon fait immédiatement part à l'équipage du véritable objectif du voyage. La chasse à la baleine blanche. Achab semble totalement obsédé par celle qui a détruit son corps et son âme, Moby Dick.

L'éloquence, le mystère, la crainte, la stature et l'apparence d'Achab provoquent un véritable enthousiasme et un engouement massif des marins du Péquod pour la chasse à la baleine blanche. Seul son Second, Starbuck, ose rappeler le capitaine Achab à la raison, arguant que l'objectif d'un baleinier est avant tout de rapporter de la graisse de baleine à bon port et s'oppose discrètement mais fermement au projet obsessionnel de vengeance d'Achab qu'il a transmis à l'équipage.

Le mystère entourant Achab reste entier tout le long de la navigation du Péquod. Il est difficile de comprendre réellement qui est Achab. Seule sa vengeance face à Moby Dick semble animer le capitaine. Et cette véritable haine ne cesse de croître, au point qu'il en arrive à interdire aux matelots de poursuivre des baleines pour rattraper la seule baleine qu'il veut tuer, la baleine blanche.

Lors d'une traque sans relâche, l'équipage du Péquod sous la direction du capitaine, rattrape Moby Dick et met les barques à la mer afin de la poursuivre et de la tuer. Véritablement frénétique, le capitaine, lui, plonge son harpon dans les flancs de la baleine et monte sur elle pour la frapper encore et encore. Celle-ci plonge et réapparaît, le capitaine crucifié sur ses flancs, pris dans les innombrables harpons et cordes, traces des précédents combats de Moby Dick. Malgré sa mort manifeste, le capitaine crucifié sur la baleine bouge le bras et tous les matelots atteints par la démence d'Achab se lancent à sa poursuite, interprétant le signe du capitaine comme un appel à la poursuite de sa vengeance depuis l'enfer.