Achéloos (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achéloos.
Fresque étrusque montrant un taureau portant un masque de tête humaine[1] (Achéloos ?) chargeant un couple, Tombe des Taureaux, v. 550 av. J.-C.

Dans la mythologie grecque, Achéloos (en grec ancien Ἀχελῷος / Akhelỗios) ou Achéloüs (en latin : Ăchĕlōus, -i) est un dieu fleuve d’Étolie, fils aîné du Titan Océan et de sa sœur Téthys.

C'est le plus grand des fleuves. Il engendre les sirènes avec la Muse Melpomène (dans d'autres versions, elles sont présentées comme les filles de Phorcys), ainsi que des sources : Pirène, Dircé, Castalie

Selon la légende, il aurait jeté son dévolu sur Déjanire ; mais effrayée par ses dons de métamorphose, elle lui préfère Héraclès. Un combat s'engage : Achéloos se métamorphose en serpent immense, qu'Héraclès parvient à étouffer, puis il se change en taureau, auquel Héraclès arrache une corne, faisant capituler le dieu fleuve. En échange, Achéloos lui remet une corne de la chèvre Amalthée qui deviendra par la suite la « corne d'abondance ». Chez Ovide, c'est la corne cassée par Heraclès que les naïades consacrent en corne d'abondance[2].

Apparence[modifier | modifier le code]

Selon le lieu et l'époque, les artistes ont donné différentes représentations d'Achéloos, qui ont presque toujours en commun deux caractéristiques : une barbe fournie, et souvent des caractères taurins. On le trouve notamment sous la forme d'un taureau à tête d'homme, de têtes humaines (masques) avec cornes et oreille de taureau, et parfois simplement d'homme barbu, à différents âges de la vie.

On peut ainsi le rapprocher du Moïse de Michel Ange qui porte également deux cornes et une longue barbe. Il apparaît cornu dans la tradition latine en raison d'une erreur de traduction latine de St Jérôme au sujet du "rayonnement" du visage de Moïse[3].

Le Moïse de Michelangelo

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques, la fin d'un mystère ?, coll. « Découvertes Gallimard / Archéologie » (no 89), Paris, 1990, p. 89.
  2. Ovide, Métamorphoses [détail des éditions] [lire en ligne], IX, 1-97.
  3. « Histoire des cornes de Moïse », sur www.1oeuvre-1histoire.com (consulté le 30 mai 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :