Aceyalone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aceyalone
Description de cette image, également commentée ci-après

Aceyalone en concert à Calgary, au Canada, le .

Informations générales
Nom de naissance Edwin M. Hayes, Jr.
Naissance Los Angeles, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur
Genre musical Rap west coast, hip-hop underground, hip-hop alternatif
Années actives Depuis 1991
Labels Project Blowed
Site officiel aceyalone.com

Aceyalone, né Edwin M. Hayes, Jr., est un rappeur américain. Représentant du rap West Coast undergound, il est reconnu pour sa contribution dans les groupes Freestyle Fellowship, Haiku D'Etat, ainsi que ses nombreux projets en solo[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Project Blowed et Freestyle Fellowship[modifier | modifier le code]

Aceyalone émerge grâce à la légendaire Project Blowed, considérée comme l'une des anciennes salles hip-hop à micro ouvert[2]. Il se lance dans la rap à son arrivée dans le groupe Freestyle Fellowship, qui se compose de lui et des membres Myka 9, et Self Jupiter, puis P.E.A.C.E.. Le Fellowship est cité comme inspiration par Busta Rhymes et Bone Thugs-n-Harmony[3].

Projets solo[modifier | modifier le code]

Après la publication des albums To Whom It May Concern... et Innercity Griots de Freestyle Fellowship, et de la compilation de Project Blowed en 1994, Aceyalone signe comme musicien solo au label Capitol Records après la rupture de Fellowship avec le label Island[3].

Aceyalone publie son tout premier album solo, All Balls Don't Bounce, en 1995[4]. Il revient plus tard avec un deuxième album, A Book of Human Language, un album collaboratif et album-concept sombre aux côtés du producteur Mumbles[5],[6].

Son troisième album solo, Accepted Eclectic, est publié en 2001, en featuring avec Abstract Rude et produit par Evidence[7],[8],[9]. Il publie Hip Hop and the World We Live In en 2002[10], une compilation de titres enregistrés entre 2000 et 2002 avec Elusive et Living Legends. L'album suivant d'Aceyalone est pubblié un an plus tard et s'intitule Love and Hate[11],[12],[13]. L'album est produit par Def Jux, RJD2, et El-P, et fait participer Goapele. Le titre Find Out est inclus dans la bande-originale de You Got Served[14]. En 2006, Aceyalone publie Magnificent City, un album collaboratif avec le producteur RJD2[15],[16], suivi par la mixtape Grand Imperial[17].

Aceyalone collabore fréquemment avec le producteur Bionik comme sur l'album Lightning Strikes publié en 2007, et Aceyalone and the Lonely Ones publié en 2009. Les albums explorent différents genres – dancehall et doo-wop respectivement – un but que s'est fixé Aceyalone afin d'« explorer le monde musical à travers le hip-hop[14] ». L'effet Wall of Sound de Phil Spector a inspiré l'album Aceyalone and The Lonely Ones[18]. Leanin' on Slick, publié en 2013 au label Decon Records, reprend le flow rétro de ses précédents opus, cette fois inspiré par le R&B des années 1960[19],[20].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1995 : All Balls Don't Bounce
  • 1998 : A Book of Human Language
  • 2001 : Accepted Eclectic
  • 2002 : Hip Hop and the World We Live In
  • 2006 : Magnificent City avec RJD2
  • 2008 : The Lonely Ones
  • 2013 : Leanin' On Slick

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dante Zuñiga-West, « Alone and Still Standing », Eugene Weekly,‎ .
  2. (en) Scott Thill, « Freestyle Fellowship’s Brain-Hop Delivers on Promise », Wired (consulté le 24 janvier 2014).
  3. a et b (en) Jeff Weiss, « Having Already Influenced Every Rapper You Like, Freestyle Fellowship Are Back », LA Weekly (consulté le 24 janvier 2014).
  4. (en) Paul W Arnold, « Aceyalone: Bounce These Balls », HipHopDX,‎ .
  5. (en) David Pecoraro, « Aceyalone - Accepted Eclectic », Pitchfork (consulté le 24 janvier 2014).
  6. (en) « Aceyalone - Book of Human Language », Sputnikmusic,‎ .
  7. (en) Trey Clark, « Aceyalone - Accepted Eclectic - Project Blowed », The Daily Nexus,‎ .
  8. (en) Del F. Cowie, « Aceyalone - Accepted Eclectic », Exclaim!,‎ .
  9. (en) « Accepted Eclectic », AllMusic (consulté le 24 janvier 2014).
  10. (en) Julianne Shepherd, « Aceyalone: Hip Hop and the World We Live In », Pitchfork Media,‎ .
  11. (en) Tamara Palmer, « Aceyalone », Phoenix New Times,‎ .
  12. (en) Thomas Quinlan, « Aceyalone - Love & Hate », Exclaim!,‎ .
  13. Del F. Cowie, « Aceyalone - Love & Hate », Exclaim!,‎ .
  14. a et b (en) Nicole Johnson, « Lightning Strikes by Aceyalone », Impose (consulté le 24 janvier 2014).
  15. (en) Eric Solomon, « Aceyalone with RJD - Magnificent City », Prefix,‎ .
  16. (en) Nick Patch, « Aceyalone - Magnificent City », Exclaim!,‎ .
  17. Marisa Brown, « Grand Imperial - Aceyalone », AllMusic.
  18. (en) « Aceyalone Goes Doo Wopping », IGN (consulté le 24 janvier 2014).
  19. (en) « Leanin' On Slick », AllMusic (consulté le 24 janvier 2014).
  20. (en) Thomas Quinlan, « Aceyalone - Leanin' On Slick », Exclaim!,‎ .

Lien externe[modifier | modifier le code]