Accords d'Alger (2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Accords d'Alger.

Les Accords d'Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal, sont des accords fixant les modalités du développement du Nord Mali. Ils permettent un retour à une normalisation des rapports entre la 8e région du Mali, la zone de Ménaka et l'État malien. Ils font suite à la rébellion touarègue de 2006 à Kidal et à Ménaka au Mali.

Ils ont été conclus à Alger le et signés entre :

Ils ont été négociés sous la médiation de l'Algérie.

Des accords contestés[modifier | modifier le code]

Des organisations non gouvernementales maliennes, regroupées au sein du Conseil de concertation et d’appui aux ONG du Mali (CCA-ONG), émettent des critiques sur cet accord. Elles « estiment qu’il y a un risque d’effritement de l’autorité de l’État, que les accords d’Alger constituent un moyen de déplacer le problème dans le temps et non une solution durable comme préconisée dans le préambule ». Elles regrettent que ces accords tournent le dos au Pacte national signé le entre le gouvernement de la République du Mali et les Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad[1].

Le Rassemblement pour le Mali (RPM), parti politique de l'ancien Premier ministre et président de l'Assemblée nationale Ibrahim Boubacar Keïta, rejette également cet accord qui ne respecte pas le principe de l'unité nationale. Le RPM a saisi la Cour constitutionnelle considérant que le texte de l'accord ne respecte pas la Constitution malienne[2].

À la suite des accords[modifier | modifier le code]

Le , l’Assemblée nationale a adopté la loi relative à la création d'un fonds d'investissement, de développement et de réinsertion socio-économique des régions du Nord-Mali par 127 voix pour, 0 contre et 2 abstentions. Ce fonds est destiné à financer 39 projets et programmes de développement des régions de Kidal, Gao et Tombouctou pour un montant de plus de 700 milliards de francs CFA. Cette loi répond à un engagement pris par le gouvernement malien lors de ces accords[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Déclaration du CCA-ONG sur les Accords d’Alger pour la restructuration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal, Bamako, 25 juillet 2006 initiatives-mali.info
  2. Sékouba Samaké, Le RPM attaque l’accord d’Alger : la Cour constitutionnelle saisie !: Kafougouna interpellé !, info-matin, 7 août 2006 maliweb.net
  3. Plénière hier à l'Assemblée nationale La loi portant fonds d'investissement des régions Nord avec un coût total de plus de 700 milliards votée, L'indépendant, 6 novembre 2009 malikounda.com

Sur les autres projets Wikimedia :