Accord de Minsk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Minsk (homonymie).
La signature de l'accord (). Le président ukrainien Leonid Kravtchouk est le deuxième sur la gauche, le président biélorusse Stanislaw Chouchkievitch est le troisième en partant de la gauche et le président russe Boris Eltsine est le deuxième en partant de la droite.

Le traité de Minsk, aussi appelé accord de Belovej, de Bialovèse ou de Belaveja (russe : Беловежские соглашения, Belovejskié soglachenia[1]), est un traité signé le dans la forêt de Belovej[2], en Biélorussie. Ce document entérine la dislocation de l'Union soviétique et donne naissance à la Communauté des États indépendants (CEI).

Signataires[modifier | modifier le code]

Cet accord a été signé dans la forêt de Belovej, près de Minsk par :

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les présidents des trois principales républiques de l'Union soviétique, réunis près de Minsk, font à cette occasion le constat que le temps de cette union est terminé et donnent naissance à la Communauté des États indépendants (CEI).

Le , huit autres anciennes républiques soviétiques rejoignent la CEI lors de la signature du traité d’Alma-Alta (Kazakhstan). Les trois pays baltes, qui désirent intégrer l’Union européenne, ainsi que la Géorgie[3], refusent d’adhérer à la CEI.

Disparition du document[modifier | modifier le code]

Le , le comité exécutif de la CEI, dont le siège se trouve à Minsk, annonce que l'original de l'accord de Belovej est introuvable en Biélorussie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En biélorusse : Белавежскае пагадненне, Bielaviejskaïé pahadniennié, ou Белавескія пагадненьні, Bielaviejskia pahadnien'ni ; en ukrainien : Біловезька угода, Bilovezska ouhoda.
  2. Dite aussi « forêt de Bialovèse » ou « de Białowieża ».
  3. La Géorgie intégrera la CEI deux ans plus tard.
  4. « Dissolution de l'URSS: l'original de l'Accord de Belovej disparu », sur fr.sputniknews.com (consulté le 20 octobre 2019)