Académie du vin de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Académie du vin de France est fondée, en 1933, par le gastronome Curnonsky[1], le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié et Raymond Baudoin, le directeur-fondateur de La Revue du vin de France. Ses fondateurs lui donnèrent pour objet « la défense des vins de France et l'éducation à leur connaissance, la lutte contre les fraudes, les tromperies et même l'ignorance, pouvant nuire à la renommée de ces vins ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Elle est présidée par Jean-Robert Pitte, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques) de 2010 à 2016.

Depuis novembre 2016, c'est Alain Graillot qui assure cette fonction, il remet en question la création de nombreuses AOC[2]. Ses deux vice-présidents sont Aubert de Villaine et René Rougier. Son secrétariat perpétuel est assuré par Benoît France, tandis que Philippe Bourguignon en est le trésorier..

Cette académie compte 40 membres titulaires se réunit à l'occasion de paulées (en), de dîners, de déplacements et de voyages dans les vignobles et tient son assemblée générale annuelle fin novembre au restaurant Laurent, avenue Gabriel à Paris, où se trouve son siège social[3]. Elle organise des colloques visant à promouvoir la consommation raisonnable des vins de qualité. Le premier a eu lieu en janvier 2012 et portait sur le thème L'amour du vin[note 1]. Le second a porté sur Vin et santé en 2014[note 2]. Le troisième a eu lieu en 2016 et a porté sur le thème Les accords mets-vins[note 1].

Membres d'honneur[modifier | modifier le code]

Erik Orsenna, de l'Académie française,

Jean-Robert Pitte, Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques, Président de l'Académie (2010-2016)

Bernard Pivot de l'Académie Goncourt

Jacques Puisais, œnologue.

Membres titulaires[modifier | modifier le code]

Membres correspondants[modifier | modifier le code]

  • Belgique : Franky Baert
  • Espagne : Joan Josep Abo
  • Italie : Franco Martinetti
  • Canada: Pierre Beauchesne
  • Allemagne: Egon Müller
  • États-Unis: Craig Stapleton

Actions[modifier | modifier le code]

En 2018, après qu'Agnès Buzyn a comparé le vin à un alcool comme un autre, l'association et ses membres ont réagi en publiant dans la presse pour en dénoncer l'absurdité[4].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le monde des vins de France est traversé de philosophies contradictoires et s’interroge beaucoup sur son avenir, mais ne s’est jamais trouvé placé dans un contexte aussi stimulant : la demande croissante de bons vins de la part d’une clientèle désormais planétaire. Pour la première fois de l’histoire, de très bons vins sont élaborés sur tous les continents. Les Français se sont longtemps autoglorifiés d’avoir donné leur essor aux grands vins à partir du Moyen Âge, d’avoir perfectionné les techniques viti-vinicoles sous l’impulsion des marchés d’Europe du Nord à partir du XVIIe siècle, d’avoir créé les Appellations d’Origine Contrôlée, en particulier sous l’impulsion du fondateur le Baron Le Roy.

But[modifier | modifier le code]

C'est une compagnie dont les membres se sont cooptés, entretiennent des relations de chaleureuse complicité et partagent les mêmes valeurs, ce qui ne les empêche pas de débattre. Chaque membre vigneron exprime davantage sa personnalité dans ses vins que dans ses discours. Les autres contribuent à l’œuvre commune par leurs écrits ou par la cuisine qu’ils préparent. C’est l’un des aspects de la culture que l’UNESCO a reconnu en inscrivant le repas gastronomique des Français sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité.

Cette compagnie est tendue vers la recherche de la plus grande authenticité possible pour les vins de France.

Certains pensent que l’uniformité autour de l’expression facilement reconnaissable des cépages est un avenir recommandable. Pourtant, dans le monde entier, de nouveaux connaisseurs, une fois passée la phase d’initiation, recherchent la subtilité, c’est-à-dire les nuances, la ressemblance au terroir de provenance et à la personnalité du vigneron, au millésime.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les actes sont parus chez CNRS Éditions
  2. Publication interne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) François Andouze, « A dinner of the Académie du Vin de France », sur academiedesvinsanciens.org,
  2. « L’Académie du vin retrousse ses manches », sur Le Monde.fr (consulté le 10 mars 2018)
  3. (fr) « L'Académie du Vin de France », sur gje.mabulle.com,
  4. « «Mme Buzyn, cessez de diaboliser le vin, qui est une part de la civilisation française !» », FIGARO,‎ (lire en ligne)