Abu al-Ila Muhammad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abu al-Ila Muhammad
Biographie
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Bani Ady
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Label
Gramophone, Méchian, Baidaphon, Polyphon

Abu al-Ila Muhammad (en arabe : أبو العلا محمد) est un chanteur égyptien. Il est né vers 1872 à Bani Ady, village dans la région égyptienne d'Assiout, et mort en 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est possible qu'il ait étudié à al-Azhar, sans toutefois faire des études approfondies en langue arabe. Il a sans doute commencé une carrière de munshid et de récitant du Coran, ce qui lui a permis d'acquérir le titre de « cheikh ». Après le répertoire religieux, il se tourne vers la musique profane : poèmes classiques ou pièces savantes modernes (dôr). Il était accompagné par un ensemble musical (ou takht (en)) qui comprenait les meilleurs musiciens de son temps. Son esthétique musicale s'inspire de celle de Abdu al-Hamuli (en). Alcoolique et diabétique, physiquement diminué après le milieu des années 1920, il meurt en 1927[1].

Abu al-Ila Muhammad a découvert et formé la chanteuse Oum Kalsoum. Fathiyya Ahmad (ar) a aussi été son élève.

Musique[modifier | modifier le code]

Abu al-Ila Muhammad a interprété toutes les formes de la musique savante, ou la musique légère taqtūqa, mais il est remarquable surtout dans le qasida, poème classique mis en musique.

Ses premiers enregistrements, pour Gramophone, datent de . Il a ensuite enregistré chez Méchian, Baidaphon et Polyphon.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Les archives de la musique arabe : Abu al-Ila Muhammad, Club du disque arabe, 1995 (texte de présentation : Frédéric Lagrange [PDF] [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Lagrange, présentation du disque Les archives de la musique arabe : Abu al-Ila Muhammad.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :