Abu Dis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abu Dis
Abu Dis
Administration
Pays Drapeau de la Palestine Palestine
Maire Adel Salah
Démographie
Population 10 782 hab. (2007[1])
Densité 381 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 45′ 45″ nord, 35° 15′ 57″ est
Superficie 2 830 ha = 28,3 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Palestine (administrative)
Voir sur la carte administrative de Palestine
City locator 14.svg
Abu Dis

Abu Dis (en arabe: أبو ديس) est une petite ville palestinienne située dans le Gouvernorat de Jérusalem à côté de la ville de Jérusalem. Depuis l'accord intérimaire de 1995 sur la Cisjordanie et la bande de Gaza, Abu Dis a fait partie de la "zone B", sous contrôle israélien et palestinien.

Selon le Bureau Palestinien des Statistiques, Abu Dis comptait 10 782 habitants en 2007. La ville est située à une altitude de 630 mètres approximativement[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot Abu Dis est le nom d'une famille[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Abu Dis est situé sur un site antique, entouré par des vallées profondes. Des vestiges ont été trouvés des bâtiments anciens, des citernes, des pressoirs et des grottes[4].

L'explorateur français Victor Guérin estimait qu'Abu Dis était identique à l'ancienne Bachurim[5], qui est mentionné dans la Bible, mais cette identification n'est pas acceptée aujourd'hui[6].

En 1995, suite aux accords d'Oslo, Abu Dis a été désignée pour accueillir le site du Conseil législatif palestinien. La construction du bâtiment, très avancée, a cependant été interrompue en 2000, lorsque des députés palestiniens ont préféré opter pour une institution provisoire à Ramallah[7].

En 2017, Mohammed ben Salmane, chef du gouvernement d'Arabie Saoudite, a proposé que Abus Dis devienne la capitale du future Etat palestinien[7],[8].

Clôture de sécurité israélienne[modifier | modifier le code]

Le , Israël a commencé la construction de la barrière israélienne en Cisjordanie. Le tracé de la barrière entre Abu Dis et Jérusalem passe à l'est de la Ligne verte. Compte tenu de ce qu'un permis est désormais exigé des Palestiniens de moins de 55 ans et des Palestiniennes de moins de 50 ans pour entrer dans Jérusalem, le mur a réduit l'accès des Palestiniens aux soins, aux écoles et aux opportunités professionnelles à Abou Dis et dans les villages alentour[9]. La partie orientale du mur a pour effet de détacher plus de 6000 dunums de terres arables de la superficie totale de la ville, qui est de 28 332 dunums[10]. Le bureau des affaires humanitaires des Nations unies considère que la barrière perturberait gravement l'accès aux écoles, aux hôpitaux et au travail dans toute la Cisjordanie. Israël affirme que le tracé de la barrière est déterminée par des considérations de sécurité, et non des considérations politiques[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon ce qu'affirme le Bureau des Statistiques Palestinien, Abu Dis avait, en 1922, une population de 1 029 qui étaient tous musulmans[12]. Selon cette même organisation, en 1931, Abu Dis aurait compté 1 297, tous musulmans aussi[13]. Enfin, toujours selon la même source, le nombre serait passé à 1 940 en 1945, tous arabes[14].

Selon le Bureau Palestinien des Statistiques, Abu Dis compterait 10 782 habitants en 2007[1].

Éducation[modifier | modifier le code]

Barrière de séparation israélienne entre Abu Dis et Jérusalem.

Il y a plusieurs écoles dans Abu dis comme: l'école élémentaire d'Abu Dis, l'école des besoins spéciaux, l'école secondaire des filles d'Abu Dis et d'autres. En plus de l'Université Al-Qods.

Site d'élimination des déchets[modifier | modifier le code]

Abu Dis possède un site d'élimination des déchets qui est devenu opérationnel au début des années 1980. Jusqu'en 2011, le site a reçu près de la moitié des 1.400 tonnes d'ordures produites chaque jour dans le district de Jérusalem[15]

Résidents remarquables[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 2007 PCBS Census. Bureau Palestinien des Statistiques. p.116.
  2. http://www.palestineremembered.com/GeoPoints/Abu_Dis_619/ar/index.html
  3. Palmer, 1881, p. 278
  4. Dauphin, 1998, p. 906
  5. Guérin, 1874, p. 160
  6. McKenzie, John, Dictionary of the Bible, Simon & Schuster, 1995, p. 77
  7. a et b Abu Dis, future « capitale » de la Palestine ?, Middle East Eye, édition française, 22 décembre 2017.
  8. (en) Talk of a Peace Plan That Snubs Palestinians Roils Middle East, New York Times, Dec. décembre 2017.
  9. UNRWA Profile of Abu Dis United Nations Relief and Works Agency. March 2004.
  10. Abu Dis: A Palestinian Town Tarred by the Israeli Wall Applied Research Institute - Jerusalem. 2004-02-04.
  11. Where day to day living has had its heart cut out Guardian 2004-01-20.
  12. (en) J. B. Barron, Palestine: Report and General Abstracts of the Census of 1922, Government of Palestine, , Table VII, Sub-district of Jerusalem, p. 14
  13. Mills, 1932, p. 37
  14. Government of Palestine, Department of Statistics. Village Statistics, April, 1945. Quoted in S. Hadawi, Village Statistics, 1945. PLO Research Center, 1970, p. 56
  15. Nir Shalev, « The Hidden Agenda. The Establishment and Expansion Plans of Ma'ale Adummim and their Human Rights Ramifications », B'Tselem, (consulté le 25 mars 2012), p. 31–34
  16. Camden Abu Dis Friendship Association
  17. [1]/ Rezé et Abu Dis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dauphin, Claudine, La Palestine byzantine, Peuplement et Populations, Vol. III : Catalogue, Oxford, Archeopress, coll. « BAR International Series 726 »,
  • (en) Victor Guérin, Description Géographique Historique et Archéologique de la Palestine. Vol 2; Samarie, pt. 1, (lire en ligne)