Abraham Peyrenc de Moras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abraham Peyrenc de Moras
Biographie
Naissance
Décès
Enfant

Abraham Peyrenc de Moras est un financier français du XVIIIe siècle né en 1684 au Vigan, et mort en 1732 à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un chirurgien-barbier-perruquier du Vigan, Abraham Peyrenc vient à Paris pour travailler comme valet. Son ascension est extrêmement rapide. Il épouse la fille de son employeur, Anne-Marie-Josèphe de Fargès (1699-1738), alors âgée de seize ans. Celle-ci lui donne trois enfants, dont François Marie Peyrenc de Moras (1718-1771), qui sera contrôleur général des finances de Louis XV.

Inspecteur général de la banque fondée par John Law, directeur de la Compagnie des Indes, il s'enrichit en spéculant sur le papier-monnaie. Il devint conseiller au Parlement de Metz, maître des requêtes en 1722, conseiller au Grand Conseil, et secrétaire de la Dauphine. Il achète les terres et le titre du marquis de Moras et se fait dès lors appeler « Peyrenc de Moras ». Confident de Louise Françoise de Bourbon (1673-1743), fille naturelle légitimée de Louis XIV, duchesse de Bourbon, il est nommé chef de son conseil.

D'abord installé dans l'ancienne rue Vendôme (aujourd'hui rue Béranger) dans un hôtel que lui bâtit Jacques V Gabriel, il achète à la duchesse de Brancas un terrain situé entre la rue de Varenne et la rue de Babylone pour y faire construire entre 1728 et 1731 par Jean Aubert, « la plus superbe maison de Paris » : ce sera l'hôtel connu sous le nom d'hôtel Biron et qui abrite aujourd'hui le musée Rodin. Il ne peut guère en profiter puisqu'il meurt en 1732. Sa veuve loue l'hôtel en 1736 à la duchesse du Maine.

Il rachète en 1724 la seigneurie de Saint-Priest-en-Jarez à la famille d'Urgel de Saint-Priest, devenant ainsi seigneur de Saint-Etienne, une des plus grandes villes manufacturière du royaume (armement, quicaillerie, ruban, etc.).

Il possédait également des propriétés aux environs de Paris à Montfermeil et Champrosay.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]