Abraham Pais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abraham Pais
Description de cette image, également commentée ci-après
Abraham (Bram) Pais
Naissance
Amsterdam (Pays-Bas)
Décès (à 82 ans)
Copenhague (Danemark)
Domicile États-Unis
Danemark
Nationalité néerlandais
Domaines physique quantique
Institutions Université Rockefeller, États-Unis
Institute for Advanced Study, Princeton, États-Unis
Diplôme Université d'Utrecht
Directeur de thèse Léon Rosenfeld
Renommé pour G-parity (en), treatment of SU(6) symmetry breaking

Abraham Pais ( - ) est un physicien néerlandais et théoricien de la physique quantique, collègue, partenaire et ami d'Albert Einstein. Ses plus importantes contributions concernent la théorie moderne des particules élémentaires, avec le développement du concept de « noyaux atomiques ».

Pais est également historien des sciences et l'auteur d'une biographie majeure d'Einstein, Subtle Is the Lord (1982, trad. Albert Einstein : la vie et l'œuvre, 1993).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était descendant d'une famille de juifs séfarades portugais, les Pais, qui ont émigré au XVIIe siècle. Persécuté et poursuivi par la Gestapo, il est capturé à la fin de la Seconde Guerre mondiale mais survit.

Il est surnommé « Monsieur Physique quantique » à l'université de Princeton, où il travaille à partir de 1946.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fiancé à Tina Strobos, qui cacha des juifs dans son appartement d'Amsterdam[1].

Il a rencontré Lila Lee (née Atwill), sa future épouse, qui était mannequin, lorsqu'il a travaillé avec Albert Einstein à l'Institute for Advanced Study de l'Université de Princeton. Elle s'est convertie au judaïsme. Ils ont eu un fils, Josh, né le 21 juin 1964. Peu de temps après, le couple a divorcé. Sa femme était un poète et un artiste bohème, et cela n'a pas pas fonctionné avec la scientifique d'Abraham Pais.[2]

Son fils, Josh Pais est un acteur[3] et réalisateur américain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Joseph Berger, « A Believer in Heroism, to Jews’ Lasting Gratitude », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 mars 2020)
  2. Curt Schleier, « How Josh Pais Learned To Be Invisible », sur The Forward (consulté le 23 février 2020)
  3. « Josh Pais », sur IMDb (consulté le 23 février 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]