Abraham Bloteling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abraham Bloteling
Biographie
Naissance
Décès
Avant le Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activités
Parentèle
Gerard Valck (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Date de baptême

Abraham Bloteling ou Abraham Blooteling (Amsterdam, 1634–1690) est un graveur néerlandais. Pionnier de la manière noire, il aurait inventé le berceau comme outil pour la préparation des plaques à graver.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abraham Bloteling est né à Amsterdam en novembre 1634 (il a été baptisé le )[1],[2]. Ses parents, Abraham Bloteling van Delft et Geertruyt Jacobs van Oosterwijck, sont originaires de Voorburg[1].

Il est l'élève de Cornelis van Dalen (1638-1660)[2], et probablement également de Claes Jansz Visscher, dont le style d'eaux-fortes est très proche[3]. À la suite des incursions françaises aux Provinces-Unies en 1672, il part en Angleterre avec Gerard Valck à l'instigation de David Loggan (en)[2],[4], où il rencontre un certain succès, mais n'y reste que deux ou trois ans[3].

Bloteling a produit de nombreuses eaux-fortes, des gravures d'illustration[3], mais aussi en manière noire — une technique qu'il a commencé à exploiter en 1671. Il a parfois été crédité de l'invention du berceau comme outil pour la préparation des plaques à graver en manière noire, et de l'intégration de cette technique en Angleterre[5],[n 1].

Illustration de l'ouvrage de Govard Bidloo par Bloteling d'après Lairesse.

En 1685, il publie la collection de gemmes de Leonardo Agostini, qu'il a gravée. La même année, Govard Bidloo (1649-1713) publie son Anatomia Humani Corporis à Amsterdam, qui comprend 105 planches de belle facture dessinées par Gérard de Lairesse (1640-1711) et gravées par Abraham Bloteling. Il signe parfois ses plaques de son nom complet et parfois d'un monogramme composé des lettres « A » et « B ». Bloteling est resté célibataire toute sa vie et vivait avec Cornelis van Dalen, qui en a fait son héritier universel[1],[2], et il a noué une forte amitié avec Gérard de Lairesse, qui vivait également au bord du Prinsengracht[2],[3].

Il a eu comme élèves Johannes Willemsz. van Munnickhuysen, Gerard Valck — qui a épousé la sœur de Bloteling[2]— et Abraham Meindertsz. van der Wenne[2].

Abraham Bloteling est mort en janvier 1690, et enterré à la chapelle Nieuwezijds (nl) d'Amsterdam le 20 du mois[1],[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Eaux-fortes[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Sujets divers[modifier | modifier le code]

Deux canons de 48 livres à Lübeck par Albert Benningk (en) pour les Provinces-Unies, en 1669. Gravure de Bloteling d'après un dessin d'Adriaen van de Velde (1671).
  • Douze Vues de jardins (avec l'inscription Alcune Vedute, etc) ;
  • Dix-huit plaques circulaires de sujets d'histoire sacrée, avec des fleurs ;
  • Un paysage, avec Diane qui prend son bain (d'après une peinture de Jan van Neck (en)) ;
  • Un paysage, avec Alpheus et Arethusa (idem) ;
  • Six Vues des Environs d'Amsterdam (d'après un dessin de Jacob van Ruisdael, 1670) ;
  • Actaeon dévoré par ses chiens (d'après une peinture de Govert Flinck) ;
  • Un berger jouant de sa flûte, avec une bergère (idem) ;
  • L'Âge d'or (gravure de Nicolas Visscher d'après un dessin de Bloteling, d'après une peinture de Gerard de Lairesse) ;
  • Le mariage de sainte Catherine (d'après Raphaël) ;
  • Deux Têtes d'enfants (d'après Rubens) ;
  • Étude d'une tête d'homme (idem) ;
  • Quatre Études de lions (d'après Rubens, avec l'inscription Varice Leonum Icones, a P. P.) ;
  • Deux Chasses d'ours et de cerf.

Manières noires[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Charles Stanley, 8th Earl of Derby, manière noire.
Henry Casimir, Prince of Nassau, manière noire (vers 1690).

Sujets divers[modifier | modifier le code]

  • Les Cinq Sens, d'après C. Bega ;
  • Les Quatre Âges, idem ;
  • Hercules détruisant le monstre, d'après Gerard de Lairesse ;
  • Saint Pierre pénitent, d'après Paulus Moreelse ;
  • Paysage avec des figures mythologiques, d'après Franciscus de Neve (en) ;
  • La tentation de Saint Antoine, d'après Camillo Procaccini ;
  • Homme tenant un verre, d'après Rostrate ;
  • Buste d'homme ;
  • Buste d'un jeune homme couronné de lauriers ;
  • Buste de Hippolyte ;
  • Deux têtes, avec perruques phrygienne et grecque ;
  • Le Satyre et un paysan ;
  • Vanitas (un enfant soufflant des bulles) ;
  • Abondance (une figure assise) ;
  • Tête d'une vierge couronnée de roses ;
  • Petit buste de Jupiter ;
  • Petit buste de Venus ;
  • Buste d'un Garçon portant un chat ;
  • Cupidon et Psyché ;
  • Aveugle jouant de la flûte ;
  • Andromède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Les berceaux du XVIIIe siècle avaient ordinairement des dentures comprises en 80 et 120 dents par pouce[6].
Références
  1. a, b, c et d (nl) A. D. de de Vries Azn., « Biografische aanteekeningen betreffende voornamelijk Amsterdamsche schilders, plaatsnijders, enz. en hunne verwanten », Oud-Holland, no 3,‎ , p. 64-69, 137.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Fiche d'Abraham Blooteling », sur rkd.nl (consulté le 8 février 2018).
  3. a, b, c et d Bryan 1886.
  4. (en) Antony Griffiths, The print in Stuart Britain, 1603-1689, British Museum, (ISBN 978-0714126074), p. 228.
  5. (en) Arthur M. Hind, A History of Engraving and Etching, Courier, (ISBN 9780486148878, lire en ligne), p. 265.
  6. Ars nigra : la gravure en manière noire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Caen, Somogly & Musée des Beaux-arts de Caen, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :