Abra alba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abra alba
Description de l'image Abra_alba_2.jpg.
Classification
Règne Animalia
Sous-règne Bilateria
Infra-règne Protostomia
Super-embr. Lophozoa
Embranchement Mollusca
Classe Bivalvia
Sous-classe Heterodonta
Ordre Veneroida
Super-famille Tellinoidea
Famille Semelidae
Genre Abra

Nom binominal

Abra alba
(Wood, 1802)[1]

Synonymes

  • Abra pellucida (Brocchi, 1814)[2]
  • Amphidesma boisyianum Leach, 1852[3] [2]
  • Amphidesma boysiana Leach in Gray, 1852[3] [2]
  • Erycina renieri Philippi, 1836[3] [2]
  • Erycina tumida Brusina, 1865[3] [2]
  • Mactra alba W. Wood, 1802[3] [2]
  • Mactra boisyi Montagu, 1803[3] [2]
  • Mactra boysii Montagu, 1803[3] [2]
  • Scrobicularia alba var. oblonga Marshall, 1893[3] [2]
  • Scrobicularia alba (W. Wood, 1802)[3] [2]
  • Syndesmya alba var. apesa de Gregorio, 1884[3]
  • Syndesmya alba var. curta Jeffreys, 1864[3]
  • Syndesmya alba (W. Wood, 1802)[3]
  • Syndosmya alba var. major Recluz, 1843[3]
  • Syndosmya alba (W. Wood, 1802)[3]
  • Syndosmya alba Wood, 1802[4]
  • Syndosmya apelina Récluz, 1843[3]
  • Syndosmya occitanica Récluz in Chenu, 1844[3]
  • Tellina pellucida Brocchi, 1814[3]
  • Tellina semidentata Scacchi, 1833[3]

Abra alba, la Syndesmye blanche ou Telline blanche (en anglais White furrow shell)[5], est un petit mollusque bivalve abondant dans les eaux atlantiques de l'Europe et en Méditerranée.

Description[modifier | modifier le code]

Abra alba est un bivalve qui, comme les autres représentants du genre Abra, a une coquille blanche et fragile. Sa taille peut atteindre 25 mm[5] mais est en moyenne de 15 mm. Il se nourrit de détritus[5]

Habitat[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une espèce dominante sur les fonds vaseux et sablo-vaseux, entre le niveau des basses mers et 70 m de profondeur (maximum 521 m de profondeur[5]).

Toxicologie, écotoxicologie[modifier | modifier le code]

C'est un animal filtreur qui se montre sensible à certains polluants, dont pétroliers.

On a montré après la marée noire de l'Amoco Cadiz que cette espèce a mis plus de 10 ans à reconstituer ses populations en baie de Morlaix où elle est présente à raison d'une biomasse de 10 à 11 grammes par mètre carré (moyenne annuelle de la biomasse en poids sec décalcifié)[6] Le déficit de production dans les 11 années qui ont suivi la marée noire peut avoir affecté la biomasse des poissons se nourrissant de cette communauté[6].


Prédateurs[modifier | modifier le code]

Abra alba est consommé par divers poissons[5] dont les merlans, les flétans nains, les limandes, les flets et les plies.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Wood, 1802 : Observations on the hinges of British bivalve shells. Transactions of the Linnean Society of London, vol. 6, p. 154-176 (texte intégral).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue of Life, consulté le 3 mars 2018
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j BioLib, consulté le 3 mars 2018
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r World Register of Marine Species, consulté le 3 mars 2018
  4. SeaLifeBase, consulté le 3 mars 2018
  5. a, b, c, d et e SeaLifeBase espèce 47999
  6. a et b J-C Dauvin, « Report The fine sand Abra alba community of the bay of morlaix twenty years after the Amoco Cadiz oil spill », Marine Pollution Bulletin, vol. 36, no 9,‎ , p. 669-676 (DOI 10.1016/S0025-326X(98)00058-7).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :