Aboncourt-Gesincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aboncourt.

Aboncourt-Gesincourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Jussey
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts du Val de Saône
Maire
Mandat
Arnaud Lemercier
2014-2020
Code postal 70500
Code commune 70002
Démographie
Gentilé Aboncourtois
Population
municipale
215 hab. (2016 en diminution de 2,71 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 21″ nord, 5° 58′ 26″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 315 m
Superficie 10,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Aboncourt-Gesincourt

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Aboncourt-Gesincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aboncourt-Gesincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aboncourt-Gesincourt

Aboncourt-Gesincourt est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aboncourt-Gesincourt
Gevigney-et-Mercey Fouchécourt
Aboncourt-Gesincourt Purgerot
Lambrey Arbecey

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Abuncurtis en 1150, du nom de personne germanique Abbo(n) et latin cortem, domaine[1] : le domaine d'Abbo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village a eu des seigneurs de son nom ; dans un titre de 1150 qui repose aux archives départementales de la Haute-Saône, on trouve mentionné Albericus de Abuncurtis (Glanures de Ch. Longchamps p. 2).

La terre d'Aboncourt appartenait au XVIIe siècle, à la famille Sonnet et au XVIIIe siècle, aux comtes de Verton. En 1789, elle était possédée par M. Guy de Lambrey, qui l'avait acquise du seigneur de Neurey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune appartenait depuis la Révolution française au canton de Combeaufontaine. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle fait désormais partie du canton de Jussey[2].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes des vertes vallées (Haute-Saône), intercommunalité créée en 1997 et qui regroupait environ 1 500 hanitants en 2009.

L'article 35 de la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010[3] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyait d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants.

Dans ce cadre, le Schéma départemental de coopération intercommunale a prévu la fusion cette intercommunalité avec d'autres, et l'intégration à la nouvelle structure de communes restées jusqu'alors isolées[4]. Cette fusion, effective le , a permis la création de la communauté de communes des Hauts du val de Saône, à laquelle la commune est désormais membre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2019, la participation à Aboncourt-Gesincourt est inférieure à la moyenne (48,90% contre 50,12% au niveau national). La liste de la République en Marche arrive en tête avec 27,59% des voix contre 22,41% au niveau national. La liste du Rassemblement National obtient 24,14% des suffrages, contre 23,31% au niveau national. La liste d’Europe Écologie Les Verts réalise un score de 14,94%, contre 13,48% au niveau national. La liste des Républicains fait un score de 11,59%, contre 8,48% au niveau national. Les autres listes obtiennent des scores inférieurs à 5%[5].


Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[6] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 8 4,88
Marine Le Pen (FN) 35 21,34
Nicolas Sarkozy (UMP) 44 26,83 82 54,67
Jean-Luc Mélenchon (FG) 15 9,15
Philippe Poutou (NPA) 3 1,83
Nathalie Arthaud (LO) 1 0,61
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 28 17,07
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 1 0,61
François Hollande (PS) 29 17,68 68 45,33
Inscrits 189 100,00 189 100,00
Abstentions 24 12,70 23 12,17
Votants 165 87,30 166 87,83
Blancs et nuls 1 0,61 16 9,64
Exprimés 164 99,39 150 90,36

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[7] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 5,19 8
Marine Le Pen (FN) 29,22 45 44,20 61
Emmanuel Macron (EM) 18,18 28 55,80 77
Benoît Hamon (PS) 5,84 9
Nathalie Arthaud (LO) 0,00 0
Philippe Poutou (NPA) 1,95 3
Jacques Cheminade (SP) 0,65 1
Jean Lassalle (R) 1,30 2
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 14,29 22
François Asselineau (UPR) 0,00 0
François Fillon (LR) 23,38 36
Inscrits 185 100,00 184 100,00
Abstentions 28 15,14 31 16,85
Votants 157 84,86 153 83,15
Blancs 3 1,91 10 6,54
Nuls 0 0,00 5 3,27
Exprimés 154 98,09 138 90,20

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1989 Félicien Garret[8]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Michelle Camuset-Magnien    
2008 En cours Arnaud Lemercier SE Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, Aboncourt-Gesincourt comptait 215 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285296283262293306300295318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
268265280279259258246237225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
226223220191184179183171141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
137296313240215204247221215
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Aboncourt comptait 32 ménages en 1614, 65 en 1829, 78 en 1864.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal rassemblant Purgerot, Fouchécourt, Chargey-lès-Port et créé le 24 avril 1979.

Celui-ci s'est doté en 2016 du Pôle des 7 lieues, pôle éducatif maternel et primaire allant de la petite section de maternelle au CM2, remplaçant les anciens locaux qui étaient jusqu’à présent éparpillées à Gevigney, Aboncourt et Purgerot et dont la gestion était coûteuse[11]. Le pôle comprend une bibliothèque du réseau des bibliothèques de la communauté de communes des Hauts du Val de Saône[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Auguste Desprez, peintre
Auguste Desprez de Gésincourt.

Le peintre de l'École Française du XIXe siècle, Auguste Desprez de Gésincourt est né à Amance en Haute-Saône en 1791. Il a exposé aux « Salons » de 1834, 1835 et 1836.

Il est le fils de François Joseph Desprez, commandant au régiment de Savoie-Carignan, chevalier de Saint-Louis. Le 2 octobre 1779, les biens seigneuriaux de Gésincourt, d'Amance et d'Aboncourt ont été cédés par le comte de Montrevel à François Joseph Desprez. La famille Desprez adopta alors le patronyme « de Gésincourt » qu'elle dissimula ensuite pendant la Révolution pour le porter à nouveau à partir de 1861.

L'œuvre d'Auguste Desprez de Gésincourt a été étudiée récemment et publiée sur le site web augustedesprez.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 1.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  4. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 12 août 2016), p. 5.
  5. « Aboncourt-Gesincourt : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le 16 août 2019)
  6. Ministère de l'Intérieur - Haute-Saône (Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Aboncourt-Gesincourt » (consulté le 24 juin 2014)
  7. Ministère de l'Intérieur - Haute-Saône (Bourgogne-Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Aboncourt-Gesincourt » (consulté le 2 juin 2017)
  8. « Félicien Garret, ancien maire, n’est plus », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  9. « Arnaud Lemercier élu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Pôle des 7 lieues : « Cette école est la vôtre ! » », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  12. « Une nouvelle bibliothèque », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).