Abel Michéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michéa.
Abel Michéa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Abel Michéa (-1986) est un journaliste sportif français, spécialisé dans le cyclisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Père de l'écrivain et philosophe Jean-Claude Michéa, il est né dans la Creuse, mais il s'installe très jeune à Annecy. Il débute dans le journalisme en écrivant des piges pour les feuilles départementales (Le Messager de Haute-Savoie) ou régionales (Le Petit Dauphinois, Le Progrès de Lyon).

Refusant le STO, il s'engage dans la Résistance, dans les maquis FTP de Haute-Savoie, et adhère au Parti communiste français. Il termine la guerre en qualité d'officier FTP.

C'est dans la presse sportive liée au Parti communiste qu'il effectue sa carrière journalistique. Embauché en février 1946 à La Voix du Peuple de Lyon, il rejoint en 1947 l'Union française d'information (UFI) - une agence de presse destinée à fournir des articles aux quotidiens et hebdomadaires contrôlés par le PCF -, puis il entre à L'Humanité. Il y est chef de la rubrique sportive, jusqu'en 1963 et y devient grand reporter, fonction qu'il exerce jusqu'à sa retraite professionnelle en 1982. Il suit de nombreux Tour de France. C'est l'une des figures des journalistes sportifs "engagés" des années 1950-1980.

Journaliste du cyclisme[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, il contribue aux rédactions de Miroir Sprint et de Miroir du cyclisme. Dans ce magazine, il est rédacteur en chef lors de sa création comme mensuel en 1961. Il demeure à ce poste jusqu'en 1964, puis il participe au comité de rédaction jusqu'à sa retraite. "Anquetiliste" notoire, il joue sa partition dans une France partagée avec les "poulidoristes"… Il sait aussi raconter ses histoires sur le Tour de France en leur donnant un ton personnel, tel ce Tour de France raconté à Nounouchette, livré en 1964. Il se distingue également par ses connaissances en matière gastronomique, sources de son livre La vie par le bon goût[1].

Avec son camarade Émile Besson, il publie en 1969 un ouvrage d'histoire du cyclisme de compétition, Cent ans de cyclisme.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Une vie de fidélité. L'Humanité, mars 1986.
  • Miroir du cyclisme: no 46-1964.
  • Miroir du cyclisme: no 277-1979. Rubrique Les compagnons du vélo.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 100 ans de cyclisme, en collaboration avec Émile Besson, éditions B. Arthaud, 1969.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paru en 1982 aux éditions de l'Humanité

Liens externes[modifier | modifier le code]