Abel Desjardins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desjardins.
Abel Desjardins
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
DouaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Abel Desjardins est un historien français, né à Paris le 26 juillet 1814 et mort à Douai (Nord) le 21 juillet 1886.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abel Desjardins est le fils de Jacques-Guillaume Desjardins, Chef de bureau au Ministère de la Guerre à Paris et de Catherine Abel Justine Beffroy de Reigny, fille du Cousin Jacques. Abel a une sœur (Rose) et un frère Ernest Desjardins, avec qui il est souvent confondu, Ernest à deux fils Paul Desjardins et Abel Desjardins (né en 1870) qui fut ami avec Marcel Proust au lycée Condorcet[1]. Il a épousé le 13 octobre 1851 Louise Amélie Ferey-Demey. Le couple n'aura pas d'enfants.

Un parcours d'historien[modifier | modifier le code]

Études et formation[modifier | modifier le code]

Bachelier ès lettres en 1832, Licencié ès lettres en 1842[2], Abel Desjardins est reçu à l’Agrégation d'histoire et géographie en 1843[3]. Il soutient une thèse sur l’empereur Julien et une thèse secondaire latine en droit romain portant sur le defensor civitatis à la Faculté des lettres de Paris en 1845[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Abel Desjardins, après l’obtention de son agrégation, devient chargé de classe puis professeur d’histoire au Collège royal d’Angers (1843-1847). Ayant obtenu le doctorat ès lettres, il est nommé professeur d’histoire à la Faculté des lettres de Dijon (1847-1856). En 1856, il est muté à la Faculté des lettres de Caen. Il n’y reste qu’une année. En 1858, il est en effet nommé à la Faculté des lettres de Douai où il restera jusqu’à son décès en 1886, assurant le décanat durant la même période (1858-1886)[5]. Il est également chargé de cours à la Faculté des sciences de Lille[6].

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Abel Desjardins est Membre honoraire de droit de la Société d’agriculture, de sciences et d’arts de Douai ; membre du Bureau de la Société de géographie de Douai à partir de 1880. Il est élu membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1878[6].

Responsabilités académiques[modifier | modifier le code]

Outre le décanat à la Faculté de Douai, Abel Desjardins est examinateur d’entrée à l’École normale, membre du jury d’agrégation, chargé d’inspection générale et Correspondant du Ministère de l’Instruction publique[5]. Il est également chargé de cours à la Faculté des sciences de Lille[6]. On lui doit divers écrits et projets de réformes sur l’enseignement, en particulier sur le baccalauréat[7] et la licence ès lettres[8].

Activités politiques[modifier | modifier le code]

À ses débuts à Dijon, Abel Desjardins fonde avec son frère Ernest L’Éclaireur républicain de la Côte d’Or. Ce journal, qui soutient Eugène Cavaignac (1802-1857) à la Présidence de la République contre Louis-Napoléon Bonaparte, paraît le dimanche à partir du 8 avril 1848, puis trois fois par semaine dès le n° 3[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

« Homme du monde » d’après la fiche confidentielle de 1886[5], Abel Desjardins est Chevalier de l’ordre impérial de la Légion d’honneur en 1853 et Officier en 1867[9].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • 1841 : Essai sur l’enseignement (Paris)
  • 1845 : L’empereur Julien : thèse présentée à la Faculté des Lettres de Paris (Paris)
  • 1845 : De Civitatum Defensoribus sub imperatoribus romanis : thesim proponebat Facultati Litterarum Parisiensi (Angers)
  • 1849 : Études sur Saint Bernard : trois leçons extraites du cours d’Histoire professé à la Faculté des lettres de Dijon (Dijon)
  • 1854 : Vie de Jeanne d’Arc d’après les documents nouvellement publiés (Paris) – Nombreuses rééditions
  • 1857 : L’esclavage dans l’Antiquité : leçon extraite du cours d’histoire professé à la Faculté des lettres de Caen (Caen)[10]
  • 1859 - 1886 : Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, documents recueillis par Giuseppe Canestrini et publiés par Abel Desjardins dans la « Collection de documents inédits sur l’histoire de France », 6 vol. (Paris)
  • 1869 : Le Monument de Vercingétorix, souvenir d’un vieux Bourguignon (Douai)
  • 1873 : Charles IX : deux années de règne, 1570-1572 : cinq mémoires historiques d’après les documents inédits
  • 1873 : Félix Lambrecht Député du Nord, Ministre de l’Intérieur : souvenirs recueillis par Abel Desjardins, doyen de la Faculté des Lettres de Douai (Paris)
  • 1875 : Une Congrégation générale de cardinaux en 1595 (Douai)
  • 1877 : Maximes d’un homme d’état du XVIe siècle : ricordi politici e civili di Francesco Guicciardini (Douai)
  • 1883 : La Vie et l’œuvre de Jean Bologne d’après les manuscrits inédits recueillis par M. Foucques de Vagnonville (Paris)
  • 1885 : La Reforme du baccalauréat (Douai)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le lien et la confusion entre les deux frères étaient déjà mis en exergue de leur vivant. Par exemple par M. Montée, Secrétaire-général de la Société d’agriculture de Douai, le 2 novembre 1872 : “Je ne veux pas séparer dans ce compte-rendu le nom de M. Abel Desjardins de celui de son frère, membre correspondant de votre Compagnie, comme lui éminent professeur …” : Mémoires de la société d’agriculture, de sciences et d’arts séant à Douai. Tome XII, 1872-1874, Douai, 1875, p. 64. Les notices biographiques ou bibliographiques confondent souvent les travaux d’Ernest avec ceux d’Abel, font d’Ernest le fils d’Abel, mélangent les disciplines de différents Abel Desjardins, en donnant les travaux du célèbre médecin à l’historien, etc.
  2. Jean-François Condette, Les lettrés de la République : les enseignants de la Faculté des lettres de Douai puis Lille sous la Troisième République, 1870-1940 : dictionnaire biographique, Université Lille 3, 2006. Une source le présente comme élève de l’École normale supérieure : Adolphe Bitard, Dictionnaire de biographie contemporaine française et étrangère, Paris, 1887, p. 89, mais le nom d’Abel Desjardins ne figure pas dans la liste des promotions parue dans le Supplément historique 2005 édité par l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure : Christophe Hugot, « À propos d’un buste d’Abel Desjardins : une œuvre retrouvée d’Édouard Houssin », Insula, mis en ligne le 16 mai 2011. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2011/05/buste-abel-desjardins-par-edouard-houssin/>
  3. André Chervel, Les lauréats des concours de l’enseignement secondaire, 1821-1950, Paris, 1993, p. 27
  4. Abel Desjardins, L’empereur Julien : thèse présentée à la Faculté des Lettres de Paris, Paris, Firmin Didot, 1845. Voir Louis-Athénaïs Mourier, Notice sur le doctorat ès sciences, suivie du catalogue des thèses admises par les facultés des sciences depuis 1810, avec index et table alphabétique des docteurs, Paris, 1856, p. 39
  5. a b et c Jean-François Condette, Les lettrés de la République : les enseignants de la Faculté des lettres de Douai puis Lille sous la Troisième République, 1870-1940 : dictionnaire biographique, Université Lille 3, 2006.
  6. a b c d et e Christophe Hugot, « À propos d’un buste d’Abel Desjardins : une œuvre retrouvée d’Édouard Houssin », Insula, mis en ligne le 16 mai 2011. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2011/05/buste-abel-desjardins-par-edouard-houssin/>
  7. Abel Desjardins, La Reforme du baccalauréat, Douai, 1885.
  8. On trouve par exemple un écho de ce projet dans la publication de la Séance solennelle de rentrée des Facultés (…) de Lyon du 26 novembre 1875, Lyon, 1875, p. 59. Cité dans Christophe Hugot, « À propos d’un buste d’Abel Desjardins : une œuvre retrouvée d’Édouard Houssin », Insula, mis en ligne le 16 mai 2011. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2011/05/buste-abel-desjardins-par-edouard-houssin/>
  9. Abel Desjardins est nommé Chevalier de l’ordre impérial de la Légion d’honneur le 10 janvier 1853 et Officier le 31 août 1867 ; voir le Bulletin des lois de l’Empire français, volume 31 ; voir encore de Théophile Lamathière, Panthéon de la Légion d’honneur. Volume 9, Paris, 1874.
  10. Voir à ce sujet : Sébastien Barbara, « L’Esclavage dans l’Antiquité, une leçon d’Abel Desjardins (1857) », Insula [En ligne], mis en ligne le 10 mai 2014. URL : <http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2014/05/esclavage-antiquite-abel-desjardins/>.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Voir la notice consacrée à Abel Desjardins dans : Jean-François Condette, Les lettrés de la République : les enseignants de la Faculté des lettres de Douai puis Lille sous la Troisième République, 1870-1940 : dictionnaire biographique, Université Lille 3, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]