Abdelkarim Guennoun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guennoun.
Abdelkarim Guennoun
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Abdelkarim Guennoun عبد الكريم كنون (né à Fès en 1924 décédé en 1995) fut un chanteur de malhoun marocain très apprécié des spécialistes de la poésie arabe. Il s'est distingué des autres chanteurs de son époque par la force de sa voix contrastant avec la douceur de son chant. Son chant est par ailleurs devenu une référence spécifique à la ville de Fès, par l'arabe vernaculaire rhétorique qu'il interprète avec éloquence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cet artisan de profession, est surtout connu pour être le chantre de la littérature et de la poésie du malhoun qu'il nous a transmis tout au long de sa vie, passion qui l'a poussé très loin dans la connaissance de cette forme musicale.

Très jeune, Abdelkarim apprit la littérature populaire et l'art de « AL Malhoune » et le conte populaire. C'est surtout grâce au célèbre poète de Malhoun El Ghali Eddemnati (décédé en 1956) qu'il a appris et assimilé les normes de chant du Tarab al Malhoune. Guennoun devient dès lors, ce narrateur poétique que l'on connait. Il n'est pas de mystère à faire sur l'éloquence de sa prononciation qui met en évidence les termes et les significations des poèmes. Il a vécu parmi une génération de grands chanteurs comme Haj Mhammed Bouzoubaâ (le père) et Haj Thami El Harouchi (qassidat ahl lbit parmi tant d'autres).

Abdelkrim Guennoun a enseigné l'art du Malhoune sous le Protectorat français à Dar Slah (qui est devenu ensuite le musée El Batha). Il enseigne plus tard au conservatoire de la ville de Fès, dès sa construction à Dar Âadil.

Nombreux sont les musiciens et les chanteurs qui l'ont côtoyé et bénéficié de son enseignement. Il dirige également l'orchestre du Malhoun de la radio de Fès et enregistre avec eux, nombreux poèmes (qaçaïd) et plusieurs disques vinyle et environ 100 cassettes seront gravées. Il a également participé à des rencontres artistiques au niveau marocain et au niveau international et a reçu plusieurs distinctions sur le plan national, sous la supervision des grands professeurs et chercheurs tel feu le savant Mohammed El Fassi qui félicitait régulièrement ses performances.

Il s'est éteint à Fès, le lundi .

La 5e édition du festival de Fès de la musique «Malhoun» organisé les 12, 13 et 14 avril 2007 lui a rendu un vibrant hommage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anthologie d'Al-Melhun : traditions de Fès, Meknès, Salé, Marrakech - Haj Hussain Toulali, Abdelkarim Guennoun, Hussein Ghazali, Maison des cultures du monde, 1990