Abdelhakim Sefrioui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abdelhakim Sefrioui
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(61 ans)
Fès, Maroc
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Membre de
Conseil des imams de France (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Abdelhakim Sefrioui (en arabe : عبد الحكيم صفريوي), né le à Fès (Maroc)[2], est un islamiste intégriste franco-marocain, actif en France depuis la fin des années 1980.

En 2004, il fonde le collectif Cheikh-Yassine, un mouvement pro-Hamas, qui est dissous en conseil des ministre le 21 octobre 2020.

Se revendiquant comme un représentant d'un éphémère Conseil des imams de France, il est décrit en 2010 par L'Express comme un adepte du double discours, opposé à l'islam modéré[3]. Selon France info, « il est dans les radars, remarqué par ses « prêches » antisémites à la sortie des mosquées qu'il juge « infidèles », c'est-à-dire qu'il estime trop complaisantes avec l'État d'Israël »[4]. Il est décrit comme un « vieux routard de l’islamisme en France » par Bernard Godard, ancien spécialiste de l’islam au ministère de l’intérieur[5].

Le 17 octobre 2020, il est mis en garde à vue après la décapitation du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, assassiné par un Tchétchène islamiste lors de l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, puis mis en examen le 21 octobre pour « complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivée en France[modifier | modifier le code]

Actif dans le militantisme islamiste en région parisienne depuis la fin des années 1980[3],[5], il obtient la nationalité française en se mariant avec une Française convertie à l'islam[6].

Conseil des imams de France[modifier | modifier le code]

Abdelhakim Sefrioui fait partie des membres fondateurs du Conseil des imams de France[7], dont il se revendique représentant en 2020 lors de sa campagne contre l'enseignant Samuel Paty. Ce conseil est un groupuscule fondé par Dhaou Meskine en 1992[8] ou 1993[9] et regroupant 13 représentants de mosquées de l'Île de France, du Nord et de Saint-Étienne[10]. En 2003, alors que se pose la question de la formation des imams en France, ce groupuscule, qui revendique alors représenter « un tiers des cadres religieux musulmans exerçant en France », est un interlocuteur de Nicolas Sarkozy, qui assiste à son quatrième congrès. Il est alors soutenu par l'imam de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur[8], lequel juge en 2020 qu'« ils ont été les premiers à se pavaner avec la barbe et à former des gens un petit peu radicaux et très hostiles, un peu comme le GIA, comme ces mouvements dangereux qui ont vécu en Algérie, mais aussi en France », ce qui fait dire au journal Marianne qu'il s'agit d'un groupe radical[11] .

L'association est en sommeil depuis quelques années, et Le Figaro juge son audience « confidentielle »[12]. Selon le fondateur et actuel secrétaire général de l'association, si Abdelhakim Sefrioui est toujours officiellement membre du bureau de l'association, « en attendant la restructuration de l’association, qui est en cours », « le Conseil des imams de France n’a pas autorisé M. Sefrioui à parler en son nom. Il y a cinq ans qu’on a arrêté de travailler avec lui. Nous avions des divergences de méthode[13]. »

Éditions et librairie Arrissala[modifier | modifier le code]

En 2003, dans un entretien au magazine La Vie, il explique avoir été enseignant en informatique au sein de l'Éducation nationale française pendant quinze ans. Il dirige alors « la maison d'édition Arrissala[note 1] consacrée à l'islam et à la littérature orientale », ainsi que la librairie intégrée située rue Jean-Pierre-Timbaud (onzième arrondissement de Paris) qui sert aussi de salle de prières[14] et d'où « il mène des actions, donnant à ce lieu la réputation de bastion de l'islam rigoriste[15]. » La librairie déménage à un moment à Montreuil[7]. Gérant non associé, il en tire de faibles revenus jusqu'à sa fermeture en 2010[7].

Activisme islamiste[modifier | modifier le code]

Le 22 mars 2004, jour de l'assassinat du leader du Hamas Ahmed Yassine, Abdelhakim Sefrioui fonde le mouvement pro-Hamas Collectif Cheikh-Yassine[7]. Ce collectif sans existence légale se positionne constamment contre les personnalités musulmanes jugées trop proches du gouvernement, et présente la communauté musulmane française comme systématiquement opprimée[6]. Son épouse joue avec lui un rôle prééminent dans les activités de ce collectif[6].

Bernard Rougier considère Sefrioui comme « sulfureux » et le collectif Cheikh-Yassine (CCY) comme un « groupuscule », dont la « défense du Hamas sert d'utile paravent à de multiples causes[16]. » Pour Gérard Davet et Fabrice Lhomme, c'est un collectif « anti-israélien[17] ». Ce groupuscule gère un temps « le site de l'association cultuelle Ansar-al Haqq. Une plateforme de recrutement pour partir faire le jihad[18]. » En 2015, l'ancien policier Bernard Godard estimait que les mots d'ordre de ce collectif étaient « nettement antisémites »[19].

Au début des années 2000, il est président de l'association culturelle des musulmans des Ulis[11] . Il organise en 2004 des manifestations et lance des appels à la prière sur la voie publique[3], pour obtenir la création d'une mosquée d'une taille un peu plus importante que celle accordée par le maire, n'hésitant pas à mentir aux fidèles sur le contenu des discussions avec la mairie pour mieux les mobiliser. Il perd la confiance de ces fidèles lorsqu'un conseiller municipal fréquentant la salle de prière l'accuse de manipulations, en affirmant notamment que leurs manifestations sont soutenues par le préfet. Il quitte alors l'association cultuelle[7]. En 2005, il préface le livre du Frère musulman Youssef al-Qaradâwî, « un Frère musulman extrême » selon Hassen Chalghoumi[11].

En 2009, Sefrioui tente d'intimider le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, après des propos de celui-ci appelant à l'amitié envers les juifs. Il organise un sit-in devant la mosquée, provoquant sa fermeture pendant six semaines[20].

En 2010, il s'oppose violemment à l'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, réputé proche de la communauté juive et qui vient d'approuver une loi limitant le port du voile intégral. Tentant de déstabiliser l'imam Chalghoumi et de le faire destituer de son poste à la mosquée de Drancy, il est brièvement placé en garde à vue pour avoir manifesté et essayé d'organiser des groupes de prière sur le parking adjacent alors que son collectif est interdit de manifestation[20]. L'année suivante, Chalghoumi est placé sous protection policière après des menaces proférées par Sefrioui et ses soutiens. Selon l'imam Chalghoumi, « On aurait dû interdire ses actions il y a bien longtemps[11]. »

Le préfet de Seine-Saint-Denis et le patron des renseignements généraux tentent alors, sans succès, d'obtenir une déchéance de nationalité[20].

Il est fiché « pour radicalisation à caractère terroriste » au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste[11].

Il entretient pendant quelque temps des relations informelles avec Mohamed Achamlane, le leader de Forsane Alizza[20], un groupuscule islamiste nantais dissous en mars 2012[21], avec qui il tente de faire pression en 2011 sur la proviseure du lycée de Saint-Ouen qui veut interdire le port des jupes longues[20].

Le , Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif Cheikh-Yassine, « directement impliqué », selon lui, dans l’assassinat de Samuel Paty[22]. Cette décision est validée en conseil des ministres le 21 octobre[23].

Rapprochement avec les milieux d'extrême droite et négationnistes[modifier | modifier le code]

En 2005, il se rapproche de Dieudonné, qui tente alors de présenter sa candidature à l'élection présidentielle. La même année, il fonde avec Ginette Hess-Skandrani (qu'il aurait rencontrée lors de manifestations contre la guerre d'Irak) et Mondher Sfar, deux proches des milieux négationnistes, un « Comité sur le génocide en Palestine »[7]. En 2006, il devient membre du bureau de campagne de Dieudonné[3],[11], bureau auquel participent « des militants d’extrême droite, des négationnistes et des islamistes radicaux[24] » et auquel il est chargé des « liens arabo-musulmans »[25]. Il l'introduit notamment au congrès de l'UOIF[26].

En 2009, il se trouve « aux côtés du site conspirationniste d’extrême droite Alter-info, poursuivi devant le tribunal pour antisémitisme[24] ». Secrétaire d'Alter-info[27], il prend la défense du responsable du site[28] dont il justifie les publications devant les caméras d'Arte, en criant « Est-ce que les juifs n'ont pas de mauvais ? Si[11] ! » La même année, il tente de se joindre à la manifestation du 10 janvier protestant contre l'opération Plomb durci, mais lui et son collectif Cheick Yassine sont rejetés du cortège officiel en raison de leur « réputation sulfureuse ». Il forme donc un cortège à part, aux côtés de Dieudonné et de deux membres du Front national, Frédéric Chatillon et Axel Loustau, où ils protestent contre le «  génocide palestinien »[7]. Sefrioui finit par s'éloigner de l'humoriste lors de sa campagne pour les élections européennes. Ses raisons diffèrent selon les versions : d'après les auteurs du livre La Galaxie Dieudonné, ce serait par stratégie, Sefrioui ayant jugé qu'une alliance avec d'anciens membres du FN n'était pas pertinente vis-à-vis de son public. D'après un militant ayant côtoyé Sefrioui à cette époque contacté par Mediapart, il aurait en fait été écarté de la liste au profit de Yahia Gouasmi[7].

Prise de position contre Samuel Paty[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 2020, à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015 un professeur d'histoire-géographie du collège de Conflans-Sainte-Honorine, Samuel Paty, utilise deux caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours d'enseignement moral et civique (EMC)[29] sur la liberté d'expression[30] qui est un thème au programme national[31]. Il prévient les élèves musulmans qu'ils peuvent détourner le regard s'ils se sentent choqués[32]. Selon d'anciens élèves, il illustrait ce cours chaque année de manière identique[33] sans que cela ait provoqué une quelconque réaction chez les élèves ou les parents[34].

Le 8 octobre, un parent d'élève, Brahim C. dénigre le professeur d'histoire-géographie dans un texte qu'il publie sur Facebook[35]. Le texte qu'il publie sur Facebook exhorte ses « frères et sœurs »[36] à se plaindre à l'administration[36] (il cite le collège, l'inspection académique, le ministre de l’éducation, la présidence de la République) et au CCIF[36]. Il laisse le numéro de téléphone du CCIF et en appelle à agir.

Abdelhakim Sefrioui assiste des parents d'élèves venus protester contre l'utilisation de ces caricatures. Il se rend dans l'établissement avec le parent d'élève pour parler avec la principale et exiger d'elle[37] qu'elle congédie l'enseignant « sous peine de manifestations »[37]. Les deux hommes font fortement pression durant plusieurs jours, afin que l’enseignant soit limogé de l'Éducation nationale[38], venant à de multiples reprises devant le collège pour essayer de mobiliser d'autres parents contre Samuel Paty[35].

Au moins deux vidéos sont diffusées sur Internet, traitant le professeur, entre autres, de « voyou » et de « malade »[35]. L'une d'entre elles provient du père de famille qui condamne l'utilisation de ces caricatures en traitant ensuite le professeur de « voyou ». Il accuse Samuel Paty d'avoir présenté aux élèves « la photo » d'un homme nu. Le 9 octobre, la vidéo est diffusée sur les réseaux sociaux, entre autres, par la Grande Mosquée de Pantin sur son site Facebook. Son responsable, Mohammed Henniche, indique qu'elle « est déjà virale dans les milieux musulmans » et très relayée sur WhatsApp[39]. L'autre vidéo est enregistrée et diffusée par Sefrioui qui fait tout d'abord témoigner la fille du parent d'élève, qui dit combien elle a été choquée à la vue des « photos » alors qu'en réalité elle n'a pas assisté à ce cours. Il s'exprime ensuite face caméra[35],[40] et parle d'un comportement « irresponsable et agressif » du professeur, conséquence selon lui de « l’appel du président de la République à haïr les musulmans ». « Ça fait cinq-six ans, explique-t-il, que des enfants de 12-13 ans, des musulmans, sont choqués, sont agressés, sont humiliés devant leurs camarades[12]. » Selon LCI, sur les commentaires vidéos sont indiqués le nom du professeur[35] et l’adresse de l’établissement[35].

Le parent d'élève polémiste porte ensuite plainte à la police pour « diffusion d'images pornographiques »[41]. Il est avec sa fille qui ment en affirmant aux policiers avoir assisté au cours[42],[35]. Alertée sur ce conflit, l'inspection académique conforte l'enseignant[43].

Le 12 octobre, auditionné par la police, Samuel Paty porte plainte à son tour « pour diffamation et dénonciation calomnieuse » mais, indique BFMTV, « pas pour violences ou menace »[44].

Samuel Paty est assassiné et décapité le 16 octobre par un jeune Tchéchène.

Le 17 octobre, Abdelhakim Sefrioui est mis en garde à vue pour 96 heures, afin de déterminer son rôle dans l'attentat lors de l'enquête ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle »[13]. Il est mis en examen à l'issue de la garde à vue pour « complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou La Rissala, selon les sources

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mikael Corre et Anne-Bénédicte Hoffner, « L’islamisme, une « déclinaison identitaire de l’islam » », sur lacroixcom,
  2. Willy Le Devin, « Conflans: Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste aux racines de l'engrenage », sur Liberation.fr, (consulté le 18 octobre 2020).
  3. a b c et d « L'islamiste qui mène la fronde », sur LExpress.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  4. « remarqué par ses "prêches" antisémites à la sortie des mosquées qu'il juge "infidèles" » sur francais.rt.com.
  5. a et b « Attentat de Conflans : Abdelhakim Sefrioui, « un vieux routard de l’islamisme » connu des renseignements », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2020)
  6. a b et c (en) Mohamed Ali-Adraoui, « Radical Milieus and Salafis Movements in France: Ideologies, Practices, Relationships with Society and Political Visions », sur European University Institute, .
  7. a b c d e f g h et i Pascale Pascariello, Yann Philippin, Antton Rouget, Matthieu Suc et Marine Turchi, « Attentat de Conflans: révélations sur l’imam Sefrioui », sur Mediapart, (consulté le 25 octobre 2020)
  8. a et b « M. Sarkozy rappelle aux imams l'importance de leur formation en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  9. Selon les archives nationales du ministère de la culture, il a été créé le 18 novembre 1993.
  10. Christiane Cheyron, « Novembre-décembre 1993 en France : Chronologie », Hommes & Migrations, vol. 1172, no 1,‎ , p. 111–113 (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  11. a b c d e f et g Étienne Girard et Paul Conge, « Frère musulman, pro-Hamas : Sefrioui, le prédicateur à l'origine de la fronde contre l'enseignant décapité », sur marianne.net (consulté le 18 octobre 2020).
  12. a et b Jean Chichizola, « Comment Abdelhakim Sefrioui, radicalisé notoire, catalyse les haines en toute impunité sur le sol français », sur Le Figaro.fr, (consulté le 18 octobre 2020).
  13. a et b « Attentat de Conflans : ce que l’on sait de l’enquête après le meurtre brutal de Samuel Paty », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  14. La Vie magazine, « La Vie – Actualité, Débat, Christianisme, Idées, Débats, Spiritualité », sur La Vie.fr (consulté le 18 octobre 2020).
  15. Voir sur lci.fr.
  16. Sous la direction de Bernard Rougier, Les Territoires conquis de l'islamisme, Presses universitaires de France, Paris, janvier 2020.
  17. Inch'allah : l'islamisation à visage découvert, sous la direction de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, éditions Fayard, Paris, 2018.
  18. « Professeur décapité : qui est Abdelhakim Sefrioui, cet islamiste radical placé en garde à vue ? », sur LCI (consulté le 19 octobre 2020).
  19. Bernard Godard, La Question musulmane en France, éditions Fayard, Paris, 2015.
  20. a b c d et e Aziz Zemouri, « Conflans : le rôle d'un agitateur radicalisé pointé du doigt », sur Le Point, (consulté le 17 octobre 2020)
  21. Willy Le Devin et Dominique Albertini, « Antisémitisme : deux groupes propalestiniens dans le viseur », sur Libération.fr, (consulté le 17 octobre 2020).
  22. Islamisme radical : Macron annonce la dissolution du collectif propalestinien Cheikh Yassine Europe1, 20 octobre 2020
  23. « Qu’est-ce que le collectif Cheikh Yassine, dissout ce mercredi en conseil des ministres ? », sur L'Obs (consulté le 21 octobre 2020)
  24. a et b Voir sur ouest-france.fr.
  25. « Un groupuscule recruté à l'extrême gauche », sur leparisien.fr, (consulté le 26 octobre 2020)
  26. Xavier Ternisien, « Les discriminations au cœur du congrès de l'UOIF », sur lemonde.fr, (consulté le 27 octobre 2020)
  27. « Charlie Hebdo : qui sont ces sites qui vous parlent de complot ? », sur nouvelobs.com, (consulté le 27 octobre 2020)
  28. « 1 jour, 1 combat : 2 avril 2009 - Le nouvel antisémitisme à la barre », sur Licra - Antiraciste depuis 1927, (consulté le 19 octobre 2020).
  29. « C’était sûr que ça allait mal finir », sur 20min.ch, .
  30. « Ce que l'on sait de l'attaque terroriste contre un professeur, décapité à Conflans-Sainte-Honorine », sur France Info, (consulté le 16 octobre 2020).
  31. « Conflans Saint-Honorine : un enseignant décapité pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe », sur sur La Voix du Nord, (consulté le 16 octobre 2020).
  32. « Attentat de Conflans : neuf personnes en garde à vue, dont des parents d’élèves et des proches du meurtrier », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  33. Professeur d'histoire décapité : qui était Samuel Paty, quadragénaire "à fond dans son métier"? sur parismatch.com (consulté le 17 octobre 2020)
  34. « Le père qui avait diffusé la vidéo hostile au professeur d'histoire en garde à vue », Le Point.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  35. a b c d e f et g « Assassinat de Samuel Paty : un parent d'élève au cœur d'un engrenage islamiste ? », sur LCI, (consulté le 18 octobre 2020).
  36. a b et c « Après l’attentat de Conflans, Gérald Darmanin veut dissoudre le Collectif contre l’islamophobie en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020).
  37. a et b « Conflans: Des caricatures montrées par Samuel Paty à l'attentat, ce qu'il s'est passé », sur yahoo.com (consulté le 18 octobre 2020).
  38. Frédéric Fatoux, « Enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine : un parent d’élève s'était plaint de l’enseignant sur YouTube », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 17 octobre 2020).
  39. Bernadette Sauvaget, « Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : la mosquée de Pantin reconnaît avoir diffusé la vidéo du père de famille », sur Libération.fr, (consulté le 19 octobre 2020).
  40. Étienne Girard et Paul Conge, « Frère musulman, pro-Hamas : Sefrioui, le prédicateur à l'origine de la fronde contre l'enseignant décapité », sur marianne.net (consulté le 18 octobre 2020).
  41. « Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : que sait-on du cours qui a fait polémique chez certains parents d'élèves ? », sur Franceinfo, (consulté le 17 octobre 2020).
  42. « Attentat de Conflans : qui sont les onze gardés à vue ? », sur leparisien.fr, (consulté le 18 octobre 2020).
  43. Pauline Moullot, « Samuel Paty était-il sur le point d'être sanctionné par la rectrice de l'académie de Versailles ? », sur liberation.fr, (consulté le 18 octobre 2020).
  44. « D’un cours sur le liberté d'expression à un assassinat : les 10 jours qui ont précédé l'attentat de Conflans », BFMTV.com, 17 octobre 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]