Abdelhadi Zniber (1855-1919)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant marocain
Cet article est une ébauche concernant une personnalité marocaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zniber et Mohamed Ben Abdelhadi Zniber.
Abdelhadi Zniber
Ambassador Mohamed Ben Abdelhadi Zniber in Madrid.JPG

Mohamed Ben Abdelhadi Zniber (à droite) membre de la délégation marocaine à la Conférence d'Algésiras

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Diplomate, commerçantVoir et modifier les données sur Wikidata

Abdelhadi Zniber, de son nom complet Mohamed Ben Abdelhadi Zniber (1855-1919), petit-fils du pacha Abdelhadi Zniber, est un commerçant, un administrateur et un diplomate marocain. Il a aussi fait partie de la délégation marocaine à la Conférence d'Algésiras.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivée des ambassadeurs marocains à Algésiras en 1906, une du Le Petit Journal

Riche commerçant traitant avec Manchester, devient sous le règne du Sultan Moulay Abd el Aziz Amine (trésorier) du Diwan (Cour royale) à Larache et à Marrakech pendant trois ans ensuite Amine du Makhzen de tout le royaume pendant huit ans, il devient aussi adjoint du ministre de la guerre El Manbahi. Il est successeur du savant et politicien Ahmed Ibn Al-Mawaz puis peu de temps après il devient ambassadeur du Maroc à Madrid au début du XXe siècle pour traiter de la question du Rif[1]. Après en avoir beaucoup fait pour la famille royale, il gagne la confiance du Sultan Moulay Abd al-Hafid. Ce dernier le nomme Amine des dépenses de la famille royale puis représentant du Sultan à Tanger. À la suite de l'arrivée du protectorat il perd tous ses titres et retourne à son commerce initial jusqu'au lit de mort[2].

Mohamed Ben Abdelhadi a aussi été parmi les délégués plénipotentiaires lors de la Conférence d'Algésiras aux côtés du Grand Vizir El Mokri, de Mohammed El Torrès, de Mohammed Es-Seffar et de Abderrahmane Bennis entre autres[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Kenneth L. Brown, People of Sale : Tradition and Change in a Moroccan City, 1830-1930, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, , 240 p. (ISBN 9780674661554), p. 29, 37, 44, 176, 177, 178 et 179 Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Ouvrage « publié en français » au Maroc en 2011.
  • (ar) Jean Cousté (trad. Abu al-Kacem Achach), Bouyoutat Madinat Sala (Les Maisons de Salé) [« Les Grandes Familles indigènes de Salé »], Imprimerie officielle de Rabat, diffusion de la bibliothèque Sbihi, , 152 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
    « Informations » sur l'ouvrage original en français, publié en 1931.