Abdelhadi Boutaleb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutaleb.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (janvier 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Abdelhadi Adil Boutaleb
عبد الهادي بوطالب
Fonctions
2e Président de la Chambre des représentants
Monarque Hassan II
Premier ministre Ahmed Laraki
Mohammed Karim Lamrani
Gouvernement Gouvernement Ahmed Laraki
Gouvernement Lamrani I
Législature IIe législature
Prédécesseur Abdelkrim al-Khatib
Successeur Mehdi Benlarabi
Biographie
Nom de naissance Abdelhadi Boutaleb
Date de naissance
Lieu de naissance Fès (Drapeau du Maroc Maroc)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Casablanca (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité Marocaine
Parti politique PDI (1948-1959)
UNFP (1959-1962)
Diplômé de Université Al Quaraouiyine
Profession Professeur
Religion Islam

Abdelhadi Boutaleb
Présidents de la Chambre des représentants marocaine

Abdelhadi Boutaleb Marocain, Homme d’État et professeur universitaire, né le 23 Décembre 1923 à Fès, décédé le 16 décembre 2009 à Rabat, à l'âge de 86 ans (enterré à Casablanca)[1]. Il fut plusieurs fois ministre marocain et résistant, membre éminent du Parti Choura et l'Istiqlal (Parti démocrate de l'indépendance)[2], adversaire du Parti de l'Istiqlal. Il est l'un des acteurs des négociations d'Aix-les-Bains pour l'indépendance du Maroc.

Il est aussi membre fondateur (avec Mehdi Ben Barka) de l'Union nationale des forces populaires (UNFP) en 1959, principal parti politique de gauche marocaine[2].

Parcours politique universitaire[modifier | modifier le code]

  • ETUDES : licence et doctorat en droit musulman de l’université Al Quaraouiyine. Docteur en droit et professeur à la faculté de droit Casa-Rabat. (Droit constitutionnel et Régimes Politiques). Il fut l’un des professeurs de S.M. Le Roi Hassan II, alors Prince Héritier et de S.M. Le Roi Mohammed VI.
  • De 1944 à 1948 ; membre fondateur du parti «Choura et l’Istiqlal» (Parti Démocrates de l’Indépendance (P.D.I.).
  • Rédacteur en chef du journal Arraey Al Am (L'Opinion Publique) ;
  • Membre de la délégation marocaine à la conférence des Nations Unies au Palais Chaillot, à Paris, en 1951. • De surcroît, il fut l’un des dirigeants du mouvement qui lutta contre la colonisation Française quand les Français avaient forcé le Roi feu Mohammed V à l’exil.
  • Fut assigné à résidence à Casablanca par le protectorat français (1953/1954).
  • Présida la délégation du parti (PDI) à Paris, dont la mission était de sensibiliser les milieux politiques et parlementaires français à propos de l’indépendance du Maroc (1954).
  • Participa aux négociations d’Aix-les-Bains en 1955 sur l’indépendance du pays et le retour de feu Mohammed V. Exilé à Antsirabe, Madagascar.
  • Assuma plusieurs responsabilités gouvernementales et mena d’autres activités politiques après le retour du Roi Mohammed V de son exil.
  • En 1955 fut nommé par S.M. Mohammed V ministre du travail et des affaires sociales dans le premier gouvernement de l’indépendance.
  • 1959-1960 participa à la création du parti de l’Union nationale des forces populaires (UNFP) et fut l’un de ses secrétaires généraux.
  • 1960 Représenta le Maroc à la Conférence des peuples africains, tenue à Tunis.
  • 1961 Ambassadeur du Maroc à Damas.
  • 1963-1969 Ministre de l’information, de la jeunesse et des sports, ministre du Sahara et de la Mauritanie, ministre délégué auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement et ministre chargé des affaires du parlement, ministre de la justice, ministre de l’éducation nationale, ministre de l’information, et ministre des affaires étrangères et ministre d’État.
  • 1970 élu président du Parlement.
  • 1971 Maître de conférences à la faculté de droit à Rabat (Droit constitutionnel et régimes politiques).
  • 1974-1976 Ambassadeur du Maroc à Washington et au Mexique.
  • 1976-1978 Conseiller du Roi Hassan II.
  • 1978 nommé Ministre d’État chargé de l’information.
  • 1979 Maître Professeur de chaire à la faculté de droit à Casablanca, où il enseigna le droit
  Constitutionnel et les institutions  Politiques ; et les régimes politiques du tiers-monde. 
  • 1981-1990 Elu Directeur Général de l’ORGANISATION ISLAMIQUE DE L’EDUCATION LA SCIENCE ET LA CULTURE
  «ISESCO» ,  à Rabat. 
  • 1982 Membre de l’Académie royale jordanienne.
  • 1982 Fut admis à l’Académie royale du Maroc.
  • Fut élu, en 1983, vice-président de la Commission internationale pour la conservation du patrimoine culturel islamique présidée par le prince Fayçal Ibn Fahd.
  • Avril 1990 fut nommé membre de l’organisation jordanienne de charité de secours de développement et de la coopération arabe et islamique.
  • Janvier 1993 fut nommé premier membre honoraire de l’association des historiens marocains.
  • Avril 1993 fut nommé président honoraire de la Fondation Hassan II pour la recherche scientifique et médicale sur le Ramadan.
  • Avril 1993 membre honoraire de la Fondation marocaine pour la recherche médicale.

Décorations[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Auteur de plusieurs ouvrages traitant de la littérature, l’histoire, la politique et le droit etc…
  • ROMAN HISTORIQUE - Le vizir de gharnata.
  • LA FEMME --- - - Les droits de la famille et l’émancipation de la femme (mars 2005)
  • LA POLITIQUE ET LE DROIT—Nationalisme arabe et solidarité islamique. - Répertoire du droit constitutionnel et des institutions politiques.
  • Regards sur la cause arabe (en arabe et en français).
  • Entre le nationalisme arabe et la ligue islamique.
  • Les régimes politiques contemporains (en arabe et en français).
  • Les régimes politiques dans le tiers-monde.
  • Les caractéristiques de la diplomatie internationale du vingt –et- unième siècle (en arabe et en français).
  • Le pouvoir, l’autorité et l’état dans l’islam (en arabe et en français).
  • Le cours de la diplomatie internationale et la diplomatie du vingt unième siècle (février 2004).
  • Entre le nationalisme arabe et la solidarité islamique
  • De la révolution politique à la révolution sociale
  • L’éveil islamique
  • La position du monde islamique eu égard au dialogue civilisationnel
  • La démocratie et la Choura
  • Les droits de l’Homme en Islam et la dimension spirituelle au niveau du processus de développement
  • Pour mieux comprendre l’Islam.

Notes et références[modifier | modifier le code]