Abdelaziz Belkhodja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Belkhodja.
Abdelaziz Belkhodja
Abdelaziz Belkhoudja.JPG
Abdelaziz Belkhodja en janvier 2012.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
عبد العزيز بلخوجةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Abdelaziz Belkhodja (arabe : عبد العزيز بلخوجة), né le 20 septembre 1962 à Carthage, est un écrivain tunisien, fils du militant et ministre Hassen Belkhodja.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est inscrit au lycée Carnot de Tunis et obtient son diplôme de baccalauréat à Salon-de-Provence (France) en 1981, l'année même de la mort de son père. Il entame ensuite des études de droit à Aix-en-Provence où il obtient, en 1987, une maîtrise en droit public (mention droit interne) et entame un DEA d’études politiques avant de rentrer à Tunis.

Durant la première guerre du Golfe, il écrit plusieurs articles engagés puis son premier roman.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

En 2011, il publie le résultat de 25 ans de passion, Hannibal, l’histoire véritable[1], où il présente de nouvelles thèses remettant en cause la version de l'historiographie romaine concernant le général Hannibal Barca. En mars 2013, il publie 14 janvier, l'enquête coécrit avec Tarak Cheikhrouhou[2].

Il rédige également les scénarios de plusieurs bandes dessinées : Hannibal, le défi de Carthage, biographie du célèbre général qui a affronté Rome, L'affaire Carthage, adaptée de son premier roman, et Elyssa, la fondatrice de Carthage.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après des articles de presse relatifs à la première guerre du Golfe, Abdelaziz Belkhodja publie en 2000 un article dénonçant l’attentat subi par Riadh Ben Fadhl (journaliste et homme politique tunisien) et stigmatisant le régime de Zine el-Abidine Ben Ali. Durant l'été 2002, il récidive en dénonçant l’appel au changement de la Constitution de 1959.

Son activisme sur Internet connaît son apogée le 12 janvier 2011 par la rédaction et la publication d’un rapport intitulé La véritable nature du régime de Ben Ali, dans lequel il dénonce le système mis en place par Ben Ali pour mettre à sac la Tunisie et où il appelle la police, l’armée et l’administration à se rebeller. Le régime tombe deux jours plus tard.

Après la chute de Ben Ali, il appelle dans un manifeste à la création d’un parti politique, le Parti républicain, qui obtient son visa le 14 mars 2011. Quatre mois plus tard, après avoir tenté de rassembler les diverses formations progressistes, le Parti républicain rejoint la coalition du Pôle démocratique moderniste. Après l'élection du 23 octobre 2011, qui est un échec pour les progressistes, trop divisés, Belkhodja démissionne de la présidence du parti pour se consacrer à son métier d’auteur et d’éditeur, en travaillant notamment sur l’histoire de la révolution pour publier, fin mars 2013, 14 janvier, l’enquête.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abdelaziz Belkhodja, Hannibal, l’histoire véritable, éd. Apollonia, Tunis, 2011 (ISBN 9973827546)
  2. Abdelaziz Belkhodja, 14 janvier, l'enquête avec Tarak Cheikhrouhou, éd. Apollonia, Tunis, 2013 (ISBN 9789973827708)

Liens externes[modifier | modifier le code]