Abd al-Malik al-Muzaffar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abd al-Malik.

Abd al-Malik ibn Abi al-Muzaffar[1] (975-1008) fut le fils et successeur d'Almanzor, comme hâdjib (chef politique et militaire) d'Al-Andalus d'août 1002 à octobre 1008, sous le califat d'Hicham II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il maintint l'hégémonie militaire du califat sur les royaumes chrétiens, obligeant leurs souverains à respecter les trêves et à l'accepter comme arbitre dans leurs disputes.

Il mourut près de Cordoue, soupçon d'avoir été empoisonné par son frère ´Abd al-Rahman Sanchuelo. Sa mort provoqua le début de la guerre civile en al-Andalus, qui eut pour conséquence la chute du califat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : ʾabū marwān “al-muẓaffar” ʿabd al-malik ben ʾabī ʿāmir,
    أبو مروان "المظفر" عبد الملك بن أبي عامر

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Charles ROMEY, Histoire d'Espagne, t. 5,‎ 1841, chap. 18e (« Fin du règne d'Hescham — Gouvernement d'Abd el Melek, fils d'El Mansour »), p. 1 à 9

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]