Abbaye du Jard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye du Jard
Façade du Château du Jard à Voisenon.
Façade du Château du Jard à Voisenon.
Présentation
Culte Catholique romain
Dédicataire saint Jean-Baptiste
Type Abbaye
Début de la construction XIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Ville Voisenon

L'abbaye royale de Saint Jean-Baptiste du Jard ou Saint-Jean du Jard-de-la-Reine (de Jardo Regina)[Note 1], fondée au XIIe siècle, était située sur la commune de Voisenon (Seine-et-Marne), canton et arrondissement de Melun, et faisait partie du diocèse de Sens (actuellement de Meaux)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Elle a d'abord été fondée en 1171 à Passy, et érigée en abbaye en 1196 ou 1197. La reine Alix de Champagne, veuve du roi Louis VII, qui faisait de fréquents séjours au château royal du Jard où elle a peut-être donné naissance au futur Philippe Auguste en 1165, désira le transfert de l'abbaye vers ce château[1]. En 1203 l'évêque de Sens Pierre de Corbeil approuva cette translation, confirmée par Innocent III en 1204[2].

Dépendant de l'abbaye Saint-Victor de Paris, l'abbaye du Jard possédait une partie des terres de Vert-Saint-Denis[réf. souhaitée], ainsi que les prieurés de Melun, Sarnois et Villebéon. Elle percevait également les bénéfices de Boisgalon, Courcelles, Notre-Dame du Pré, Passy, Roiblay, Tréyans (dit aussi Tréhans) et Villechavau[1].

L'abbaye accueillit des ermites de Pacy, près de Villebéon, soumis à la règle de Saint-Augustin ; et des religieux de Saint-Victor de Paris.

L'église abbatiale fut consacrée sous le vocable de saint Jean-Baptiste. La grande richesse de sa décoration la fit surnommer le « Saint-Denis des comtes de Melun ».

L'écrivain Claude-Henri de Fusée (1708-1775), comte de Voisenon, fut abbé du Jard de 1741 à sa mort.

Il ne subsiste aujourd'hui de l'abbaye que la façade du château du Jard à Voisenon, ancien bâtiment conventuel en brique et pierre de style Louis XIII, ainsi qu'une glacière souterraine du XVIIIe siècle parfaitement conservée, au milieu d'un parc de 45 hectares.

L'abbaye possédait un manoir à Rubelles, attesté dès le XIIIe siècle.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • 1194-1213 : Geoffroy
  • 1213-1234 : Hervé
  • 1235-1253 : Renaud
  • 1253-1261 : Gilbert
  • 1261-1266 : Jean I
  • 1266-1271 : Jean II de Celle
  • 1271-1284 : Thomas
  • 1285-1305 : Pierre I
  • 1305-1315 : Jean III
  • 1315-1329 : Guillaume I de Thienville
  • 1329-1333 : Vincent d’Escrenis
  • 1333-1349 : Gilles I du Petit-Paris
  • 1349-1369 : Guillaume I du Lys
  • 1369-1391 : Hugues de Mons-Gison
  • 1391-1400 : Guillaume III de Bombon
  • 1400-1416 : Pierre II Petitbon
  • 1416-1470 : Gilles II Gilbert
  • 1470-1501 : Étienne Gale
  • 1501-1523 : Pierre III Magnet
  • 1523-1540 : Pierre IV Rousselet
  • 1540-1543 : Vacance
  • 1543-1556 : cardinal Philibert I Babou de La Bourdaisière de Givray (1)
  • 1556-1560 : Philibert II Babou de La Bourdaisière de Givray
  • 1560-1569 : cardinal Philibert I Babou de La Bourdaisière de Givray (2)
  • 1569-1600 : Hannibal de Rucellay
  • 1600-1611 : Louis I de Rucellay
  • 1611-1645 : Thibaud Henning
  • 1645-1653 : Nicolas-François Brûlart de Sillery
  • 1653-1657 : François de Rébé d’Amplepuis (1)
  • 1657-1659 : Vacance
  • 1659-1664 : Louis II Fouquet de Vaux
  • 1664-1665 : François de Rébé d’Amplepuis (2)
  • 1665-1668 : Vacance
  • 1668-1684 : Jean-Louis de Fromentières des Etangs
  • 1684-1733 : Louis III du Four de Longuerue
  • 1733-1742 : Henri-Ignace de Chaumont de La Galézière
  • 1742-1775 : Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Source : Gallia Christiana

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Le Jard désignait à l'origine un grand jardin clos.

Références