Couvent des Dames de Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Couvent des Dames de Beaumont
Nom local Couvent des Dames de Beaumont
Début construction Xe siècle
Destination initiale Logements
Coordonnées 50° 21′ 22″ nord, 3° 31′ 44″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune Valenciennes

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Couvent des Dames de Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Dames de Beaumont

Le couvent de Notre-Dame de Beaumont est un couvent de moniales dominicaines situé près de la commune de Bavay dans le Nord de la France.

Le couvent fut fondé, à Valenciennes, le 12 décembre 1310 par Béatrice d'Avesnes(† 1321)[1],[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Béatrice d'Avesnes est la fondatrice du couvent et fille de Baudoin d'Avesnes, seigneur de Beaumont, et de Félicité de Coucy, et petite-fille de Bouchard d'Avesnes et de Marguerite de Flandre, comtesse de Flandre et de Hainaut qui a épousé Henri VI de Luxembourg[4],[5], reconnu en 1309 par acte de Henri VII du Saint-Empire, Roi des romains.

Le palais des familles de Baumont et d'Avesnes, est donné aux sœurs Prôcheresse par Béatrice d'Avesnes par charte le mercredi suivant Pierre et Paul de 1310[6] .

Agnés Magnilencial Nutriel et Marguerite d'Avelaines, religieuses de l'Abbiette de Lille vinrent former à la vertu et observances de Ordre des Prêcheurs les premières vierges qui devaient constituer le couvent . Elles arrivérent le 12 décembre 1310.

Ce palais, transformé en monastère, est clôturée à la Pâques de 1311[7].

Huit demoiselles de la première qualité prirent l'habit des mains de Béatrice d'Avesnes le 28 mars 1312 en présence du père Jean Bouchéres, vicaire des dites sœurs. La première étant Félicité de Luxembourg, veuve de Jean de Louvain. Elle fut la première prieure en 1311. Chrétienne d'Ipres lui succéda en 1322 puis Isabelle Delfaux en 1324, Jacqueline de Douai en 1328, Béatrice de Barbanson, Agnès Daussi, Marie de Sassegnies, Béatrix de Sassegnies.

Aux environs de 1616 la construction des remparts de Valenciennes cause des dégâts aux murs et bâtiments et la grande tempête de 1705 emporta le clocher des Dames de Beaumont[8].

Ces remparts seront démolis en 1893. et la destruction des Dames de Beaumont n'est pas connu.

Le couvent est d'abord rattaché au diocèse de Cambrai, province de Reims, de 580 à 1559 puis au diocèse de Cambrai, province de Paris de 1801 à sa destruction.

Note :Il est important de na pas confondre cette abbaye avec l'Abbaye des dames de Beaumont dans le Puy-de-Dôme fondée en 655.

Beaumont[modifier | modifier le code]

Beaumont est un lieu-dit appelé auparavant Mont des Belges, peu éloigné de Bavay, Jules César ayant remporté une grande victoire sur les Belges auprès de ce Mont en changea le nom en Belle Bataille[9]. L'historien Pierre d'Outreman évoque même en résidence à Beaumont de Valentinien Ier, Gratien, Constantin Ier (empereur romain), Pépin le Bref, et Charlemagne mais précisant aussi qu'il ne garantit pas les faits.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'abbaye des dames de Beaumont était accolée aux remparts sud de la ville à proximité de la Porte cardon, actuelle Place Cardon et à proximité de Saint-Nicolas et du marché aux bêtes[10],[11]. donc situé Rue de Beaumont à Valenciennes[12],[13]

Archéologie[modifier | modifier le code]

Situé Rue de Beaumont à Valenciennes[12]. Une statue d'un des chevaliers de Lallaing a été retrouvé dans les fondations, Statue de pierre bleu représentant un chevalier en armes et maintes jointes.

En 1973 deux gisants furent découverts [14]

Domaine[modifier | modifier le code]

Un chasserau général des biens est établie en 1415, avec additions en 1602 qui intéresse les communes de Aulnoy, Beuvrages, Bousignies-sur-Roc, Curgies, Escaudain, Estreux, Haussy, Neuville-sur-Escaut, Onnaing, Quiévrechain, Saint-Saulve, Saulzoir, Sebourg, Vendegies-au-Bois, Vendegies-sur-Ecaillon, Villerau et Wasnes-au-Bac.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le couvent fut construit à proximité de la Rhônelle, rivière française du département du Nord et un affluent de l'Escaut.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean de Giffre de Rechac - La vie du glorieux patriarche S. Dominique fondateur… et de ses seize premiers compagnons - Huré Sébastien, 1647 - A lire:[1]
  2. « Abbrégé de l'histoire de Valenciennes / ; [tiré de divers auteurs, & particulièrement du P. Doutreman ...]. ; », Europeana (consulté le 25 mars 2013)
  3. Nicolas Vignier - Histoire de la maison de Luxembourg - 1617- A lire
  4. J. Giard - Le culte de N-D. Du Saint Cordon à Valenciennes du XIe au XIXe - 1864- A lire :[2]
  5. Archives départementales du Nord - a lire
  6. Philippe-Joseph Caffiaux - Trésor généalogique, ou Extraits des titres anciens- mpr. de P.-D. Pierres, 1777 - A Lire [3]
  7. Journal de Toulouse - 29/07/1845 - A lire en page 3
  8. Valenciennes au XVIII0 siècle: tableaux historiques et journaux inédits, Volume 20, Jules Loridan, Imprimerie Reboux, 1913, A lire:[4]
  9. Pierre d'Outreman, Abbrégé de l'histoire de Valenciennes, de l'Imprimerie de Balthasar Le Francq, 1688, archive [5]
  10. « Valenciennes oder Valencin in der Graffischaft Hennegau nach dermahlicher Bevestigung... Gabriel Bodenehr fecit... », Europeana (consulté le 24 mars 2013)
  11. Inselin, Charles (1673-17..). Graveur, « Plan de la Ville et Citadelle de Valenciennes, Ville très ancienne du Pays-Bas dans le Hainaut scize sur l'Escaut / Gravé par C. Inselin, Geogr. », Europeana (consulté le 24 mars 2013)
  12. a et b Revue du Nord, Volume 67,Partie 1, Alexandre Saint-Léger, Université de Lille, 1985, A lire [6]
  13. J.Giard, Le culte de N-D. Du Saint Cordon à Valenciennes du XIe au XIXe s- A lire:[7]
  14. Musée des beaux-arts de Valenciennes: guide des collections, (ISBN 2711836584 et 9782711836581) - A lire :[8]
  15. Journal général de l'Instruction publique - 1834 -
  16. Jean le Carpentier -Histoire Généalogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis: - 1664 A lire [9]
  17. Charles Joseph de Francquen -Recueil historique, généalogique, chronologique et nobiliaire des maisons et familles illustres et nobles du royaume -Imprimerie de Demanet, 1826 - 454 pages -[10]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Hardy et Philippe Beaussart, Peintures et sculptures gothiques du couvent des Dames de Beaumont à Valenciennes, Université de Lille III, , 12 p.[11]
  • Paul Bertrand, Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes : Cartulaire du prieuré Notre-Dame de Beaumont à Valenciennes (lire en ligne)