Abbaye des Allois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye des Allois
Présentation
Type Abbaye
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant romane
Protection Monument historique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Coordonnées 45° 47′ 43″ nord, 1° 25′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Abbaye des Allois

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye des Allois

L'abbaye des Allois est une abbaye bénédictine située en Haute-Vienne, fondée aux Allois puis transférée à Limoges.

Histoire de l'Abbaye[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye des Allois aurait été fondée vers 1137, sous la règle de Saint-Augustin aux Allois dans le canton de Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne.

Elle était issue d'un prieuré de religieuses, soumis au supérieur d'une communauté de chanoines réguliers, et l'abbesse devait obéissance aux chanoines d’Aureil.

Évolution du statut[modifier | modifier le code]

La règle de saint Benoît fut adoptée au XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle mais elle était suivie alternativement avec celle de Saint-Augustin.

En 1503, il y avait 123 religieuses. Au nom du grand prieur de Cluny, un moine de Brantôme, vint y faire visite le 6 mai 1506. Puis toujours au nom du grand prieur de Cluny elles eurent la visite du prieur d’Aureil. Cette abbaye avait toujours gardé son indépendance jusqu’en 1653 où l’évêque de Limoges demanda son agrégation à Cluny qui envoya un commissaire le 20 août 1653.

Les moniales ont suivi la règle de Saint-Augustin jusqu'en 1810.

Cinq prieurés relevaient de l'abbaye des Allois :

Unions et transferts[modifier | modifier le code]

En 1750 elles sont transférées à Limoges et s'unissent aux Urbanistes de Sainte Claire, dites les grandes Claires de Limoges dans leur couvent entre la place de la Cité et la Cathédrale de Limoges.

Après le grand incendie de Limoges en 1790, le couvent des Ursulines étant détruit, il est proposé de les reloger au couvent des Allois en les unissant mais ce projet n'aboutit pas.

Liste des prieures et abbesses[1][modifier | modifier le code]

Prieures

  • 1137-1150 : Etiennette
  • 1150-1180 : Blanche (1)

Abbesses

  • 1180-1198 : Blanche (2)
  • 1198-1215 : Ayceline I de Sarrau
  • 1215-1228 : Béatrice I de Jovignac
  • 1228-1240 : Ayceline II
  • 1240-1249 : Fouquette I
  • 1249-1260 : Jeanne I
  • 1260-1278 : Alix de Boisse
  • 1278-1288 : Auzane
  • 1288-1304 : Volgude
  • 1304-1317 : Béatrice II de Vision
  • 1317-1343 : Fouquette II de Saint-Jean
  • 1343-1362 : Marguerite I Lamy
  • 1362-1431 : Marie I Audouin
  • 1431-1461 : Sereine de Nabolières
  • 1461-1462 : Mapia de Nabolières
  • 1462-1484 : Jeanne II de Nabolières
  • 1484-1512 : Marguerite II de Nabolières
  • 1512-1556 : Françoise de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1556-1593 : Marguerite III de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1593-1595 : Jeanne III de Montroux de Tranchelion
  • 1595-1610 : Isabelle de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1610-1613 : Catherine de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1613-1626 : Suzanne de Beaufort de La Vergne
  • 1626-1669 : Judith I de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1669-1715 : Judith II de Genouilhac de La Baume de Foursac
  • 1715-1741 : Anne-Thérèse de Pichon d’Affis
  • 1741-1758 : Léonarde-Gabrielle d’Ussel de Châteauvert
  • 1758-1771 : Marie II Madeleine de Lentilhac
  • 1771-1781 : Marie III Louise de Villoutreys de Faye
  • 1781-1791 : Marie IV Antoinette d’Ussel de Châteauvert

Architecture de l'Abbaye[modifier | modifier le code]

L'ensemble des bâtiments formait un quadrilatère dont un des côtés était l'église abbatiale rue des Allois.

L’église abbatiale[modifier | modifier le code]

L'église abbatiale a été détruite à la Révolution en 1793. Cette église Saint Genest se trouvait à l'emplacement actuel des numéros 2 à 4 de la rue des Allois. Elle ne mesurait que 16,5 mètres de long sur 11,5 mètres de large.

Les bâtiments monastiques[modifier | modifier le code]

Le logis abbatial formait un autre côté et il y est adossé un cloitre qui porte inscrite la date de 1687.

En 1806, Mgr Dubourg rachète ce qui reste des bâtiments conventuels pour y loger les prêtres de Saint-Sulpice directeurs du séminaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Gallia Christiana

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gallia Christiana
  • Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin

Articles connexes[modifier | modifier le code]