Abbaye de la Peyrouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye de la Peyrouse
image de l'abbaye
Château de Beynac : galerie provenant de l'abbaye.

Diocèse Diocèse de Périgueux
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCXLIII (343)[1]
Fondation 1153
Dissolution 1793
Abbaye-mère abbaye de Clairvaux
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 45° 28′ 54″ nord, 0° 51′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Saint-Saud-Lacoussière
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
localisation
Géolocalisation sur la carte : Aquitaine
(Voir situation sur carte : Aquitaine)
localisation
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
(Voir situation sur carte : Dordogne)
localisation

L’abbaye de la Peyrouse (Petrosa) est une ancienne abbaye cistercienne située sur la commune de Saint-Saud-Lacoussière dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L’abbaye de la Peyrouse est fondée en 1153 par saint Bernard comme fille de l’abbaye de Clairvaux[2].

Édifiée à proximité d'une « vieille abbaye » disparue, comme en atteste le hameau ainsi nommé, sur le fond plat et inondable de la vallée étroite et encaissée du ruisseau de Palin elle est peu à peu délaissée au fil du temps[3].

Déclin[modifier | modifier le code]

Largement détruite au XVIe siècle, lors des guerres de Religion[4] elle est reconstruite sous Louis XV[5]. Un descriptif et état des lieux de 1683 en souligne déjà le délabrement et l’humidité[3]. À la Révolution, elle ne compte plus que quatre religieux[6]. Vendue comme bien national en 1793[4] elle est ensuite entièrement détruite.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie la plus vraisemblable de Peyrouse est petra alta (« rocher haut ») et désignerait un lieu où s'élevait un autel druidique.

Architecture et description[modifier | modifier le code]

Des éléments de l'abbaye se retrouvent en réemploi dans de nombreuses constructions de la région dont le proche château de Beynac.

Les statues en bois polychrome des quatre Évangélistes, issues de l'abbaye ont été transférées dans l'église Saint-Étienne de Saint-Saud-Lacoussière ; elles ont été restaurées en 2018 à Montignac[7].

Le cloître[modifier | modifier le code]

Une partie du cloître du XVIIe siècle a été remontée au château de Beynac à Saint-Saud-Lacoussière, pour soutenir une galerie (ne pas confondre avec le château de Beynac à Beynac-et-Cazenac)[8].

Façade d'une grange à la Peyrouse.

Filiation et dépendances[modifier | modifier le code]

La Peyrouse est fille de l'abbaye de Clairvaux. De ses anciennes dépendances subsiste un étang créé par les moines sur le ruisseau de Palin derrière une digue haute de sept mètres.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • Roger
  • Pierre
  • 1208 - 1218 : Hugues.
  • 1221 - 1225 : Jean Ier
  • 1235 - 1246 : Étienne Ier
  • 1265 - 1281 : Guillaume Ier
  • 1293 - 1295 : Jean II
  • 1299 : Bernard Ier
  • 1303 : Raimond Ier
  • 1305 - 1328 : Bernard II
  • 1341 - 1348 : Étienne II
  • 1348 - 1356 : Géraud Ier
  • 1366 : Étienne III
  • 1375 : Géraud II de Martin
  • 1375 : Joseph Maignan (Manhani)
  • 1380 - 1400 : Fortanier Ier
  • 1400 : Guillaume II
  • 1404 : Fortanier II; peut-être le même que Fortanier Ier
  • 1416 - 1424 : Guillaume III de la Sauzède
  • 1430 - 1436 : Raimond II
  • 1442 - 1480 : Bernard III de Mayac
  • 1478 - 1487 : Itier du Puy, abbé commendataire
  • 1490 - 1497 : Jean III de Pérusse; abbé commendataire
  • 1502 - 1547 : Charles des Cars; abbé commendataire
  • 1547 - 1555 : Jean IV de Pompadour
  • 1564 : N. Veyssière
  • 1572 - 1616 : Jean V Vigier de Saint-Mathieu
  • 1626 : Nicolas Ier du Mazeau; abbé commendataire
  • Nicolas II de la Brousse, neveu du précédent, mort en 1674
  • 1663 - 1713 : Théobald de la Brousse; par cession de son oncle,
  • 1719 - 1724 : Nicolas III de la Brousse de Verteillac; frère du précédent
  • 1723 : Jean-François de Montferrand de Sainte-Orse
  • 1759 : N. de Gontaut
  • 1759 : Armand de Chapt de Rastignac
  • 1773 - 1780 : N. de Ia Laurencie de Villeneuve
  • 1784 : Bragouze de Saint-Sauveur; dernier abbé.
Source[9]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 227.
  2. Laurent-Henri Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, t. 1, Mâcon, Protat frères, (notice BnF no FRBNF31972730, lire en ligne)
  3. a et b « Abbaye de Peyrouse », sur Bordeaux aujourd’hui (consulté le 2 mai 2020)
  4. a et b « Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1880. », sur gallica BNF (consulté le 28 décembre 2013)
  5. « Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1880. », sur gallica BNF (consulté le 28 décembre 2013)
  6. « Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1880. », sur gallica BNF (consulté le 28 décembre 2013)
  7. « Tourisme et Nature, onglet « Église » », sur Mairie de Saint Saud (consulté le 2 mai 2020)
  8. « Château de Beynac à Saint-Saud-Lacoussière », sur Châteaux de France (consulté le 29 décembre 2013)
  9. « Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1874 », sur gallica BNF (consulté le 27 décembre 2013)