Abbaye de la Joie Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye
de la Joie Notre-Dame
Église abbatiale.
Église abbatiale.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye de moniales
Rattachement Ordre cistercien
Début de la construction 1953
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Ville Campénéac
Coordonnées 47° 58′ 44″ nord, 2° 18′ 24″ ouest
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de la Joie Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Abbaye de la Joie Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : Forêt de Paimpont
(Voir situation sur carte : Forêt de Paimpont)
Abbaye de la Joie Notre-Dame

L’abbaye de la Joie-Notre-Dame est une abbaye cistercienne située dans la commune de Campénéac, à l'orée de la forêt de Brocéliande. Elle a été construite en 1953. Les moniales étaient auparavant à Sainte-Anne-d'Auray.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté fut fondée en 1920 à Auray par les sœurs de l'abbaye Notre-Dame de la Coudre de Laval en Mayenne, sous le vocable de « Notre Dame de Bonne Garde ». Mais, les locaux se sont vite révélés inadaptés à la vie monastique et la propriété jugée trop exigüe pour faire vivre l'ensemble de la communauté, son transfert fut décidé en 1947[1].

La même année, les frères de l'abbaye Notre-Dame de Timadeuc se portèrent alors acquéreur de la propriété du château La Ville Aubert, avec sa ferme et commencèrent la construction du monastère. La communauté y fut transférée en 1953[1] prenant alors le nom de l’ancienne abbaye La Joye d’Hennebont[2] fondée en 1260 par Blanche de Navarre, comtesse de Champagne et femme de Jean Ier, duc de Bretagne et disparue lors de la Révolution française[3].

Filiation et dépendances[modifier | modifier le code]

La Joie Notre-Dame est liée à l’abbaye Notre-Dame de Timadeuc dont les frères ont construit le monastère actuel et dont le père abbé est père immédiat des moniales.

La Joie Notre-Dame a une fondation à Madagascar : Notre-Dame d’Ampibanjinana dont le père abbé de Timadeuc est également père immédiat[4]

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

  • 1921-1938 : M. Marie Perney
  • 1938-29/08/1941 : M. Lutgarde Masson (1)
  • 29/08/1941-05/11/1941 : M. Gertrude Trébault
  • 05/11/1941-1942 : Vacance
  • 1942-1954 : M. Lutgarde Masson (2)
  • 1954-1971 : M. Bernarde Moal
  • 1971-1989 : M. Madeleine Cabillic
  • 1989-1996 : M. Geneviève-Marie Fravalo
  • 1997-2012: M. Michaël (Françoise) Le Tendre
  • 2012-présent M. Marie-Joseph (Martine) Dhanger

Activités des moniales[modifier | modifier le code]

La biscuiterie-chocolaterie[modifier | modifier le code]

Depuis plus de 25 ans, les sœurs fabriquent des gâteaux à l'ancienne. Leurs produits sont des galettes sablées bretonnes, des gâteaux bretons des pains d'épices, et des croque-thés aux amandes, aux noisettes et à l’orange.

Elles font également du chocolat depuis 20 ans, en privilégiant le chocolat noir.

Le fromage[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Peugniez : Le guide routier de l'Europe cistercienne. Esprit des lieux. Patrimoine. Hôtellerie., éditions du Signe, Strasbourg 2012, p. 93.
  • La Joie Notre-Dame. Une abbaye de moniales cisterciennes dans le Morbihan, Liens cisterciens 24, 2013, pp. 40–46.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]