Abbaye de la Joie Notre-Dame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye
de la Joie Notre-Dame
Église abbatiale.
Église abbatiale.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye de moniales
Rattachement Ordre cistercien
Début de la construction 1953
Site web Site de l'Abbaye la Joie Notre Dame | Campénéac
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Ville Campénéac
Coordonnées 47° 58′ 44″ nord, 2° 18′ 24″ ouest
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de la Joie Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Abbaye de la Joie Notre-Dame
Géolocalisation sur la carte : Forêt de Paimpont
(Voir situation sur carte : Forêt de Paimpont)
Abbaye de la Joie Notre-Dame

L’abbaye de la Joie-Notre-Dame est une abbaye cistercienne située dans la commune de Campénéac, à l'orée de la forêt de Paimpont. Elle a été construite en 1953. Les moniales étaient auparavant à Sainte-Anne-d'Auray.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté fut fondée en 1920 à Auray par les sœurs de l'abbaye Notre-Dame de la Coudre de Laval en Mayenne, sous le vocable de « Notre Dame de Bonne Garde ». Mais, les locaux se sont vite révélés inadaptés à la vie monastique et la propriété jugée trop exiguë pour faire vivre l'ensemble de la communauté, son transfert fut décidé en 1947[1].

La même année, les frères de l'abbaye Notre-Dame de Timadeuc se portèrent alors acquéreur de la propriété du château La Ville Aubert, avec sa ferme et commencèrent la construction du monastère. La communauté y fut transférée en 1953[1] prenant alors le nom de l’ancienne abbaye La Joye d’Hennebont[2] fondée en 1260 par Blanche de Navarre, comtesse de Champagne et femme de Jean Ier, duc de Bretagne et disparue lors de la Révolution française[3].

Filiation et dépendances[modifier | modifier le code]

La Joie Notre-Dame est liée à l’abbaye Notre-Dame de Timadeuc dont les frères ont construit le monastère actuel et dont le père abbé est père immédiat des moniales.

La Joie Notre-Dame a une fondation à Madagascar : Notre-Dame d’Ampibanjinana dont le père abbé de Timadeuc est également père immédiat[4]

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

  • 1921-1938 : M. Marie Perney
  • 1938-29/08/1941 : M. Lutgarde Masson (1)
  • 29/08/1941-05/11/1941 : M. Gertrude Trébault
  • 05/11/1941-1942 : Vacance
  • 1942-1954 : M. Lutgarde Masson (2)
  • 1954-1971 : M. Bernarde Moal
  • 1971-1989 : M. Madeleine Cabillic
  • 1989-1996 : M. Geneviève-Marie Fravalo
  • 1997-2012 : M. Michaël (Françoise) Le Tendre
  • 2012-2018 : M. Marie-Joseph (Martine) Dhanger
  • 2018-2021 : M. Anne-Marie Gillot (ad nutum)
  • 2021-  : M. Soazig (Marie-Françoise) Connan

Activités des moniales[modifier | modifier le code]

La biscuiterie-chocolaterie[modifier | modifier le code]

Depuis plus de 25 ans, les sœurs fabriquent des gâteaux à l'ancienne. Leurs produits sont des galettes sablées bretonnes, des gâteaux bretons des pains d'épices, et des croque-thés aux amandes, aux noisettes et à l’orange.

Elles font également du chocolat depuis 20 ans, en privilégiant le chocolat noir.

Le fromage[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Peugniez : Le guide routier de l'Europe cistercienne. Esprit des lieux. Patrimoine. Hôtellerie., éditions du Signe, Strasbourg 2012, p. 93.
  • La Joie Notre-Dame. Une abbaye de moniales cisterciennes dans le Morbihan, Liens cisterciens 24, 2013, pp. 40–46.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]