Abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne
Abbaye de Saint-Michel-en-Brenne
Présentation
Culte Catholicisme traditionaliste
Type Abbaye
Début de la construction VIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Ville Saint-Michel-en-Brenne
Coordonnées 46° 48′ 22″ nord, 1° 09′ 19″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Indre

(Voir situation sur carte : Indre)
Abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne

L'abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne, aussi dénommée depuis 1975 abbaye de Saint-Michel-en-Brenne, est une abbaye située dans la commune de Saint-Michel-en-Brenne dans le département de l'Indre, anciennement province du Berry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sigiran(d), devenu plus tard saint Cyran, fonda le monastère de Longoret vers 632 sur des terres offertes à cet effet par le roi Dagobert Ier, qu'il fréquentait pour s'adonner à l'un de ses plaisirs favoris, la chasse. Le monastère d'origine devint plus tard une abbaye de fondation royale portant le nom de son fondateur : l'abbaye Saint-Cyran-en-Brenne.

Au XVIIe siècle, l'abbaye marque son temps par le fait de l'un de ses abbés, Jean Duvergier de Hauranne, appelé Saint-Cyran, qui introduisit le jansénisme en France, mouvement portant en son sein la contestation de certaines doctrines religieuses officielles et du pouvoir. Foyer du jansénisme, opposé aux Jésuites et tombé en disgrâce auprès de Richelieu, il est emprisonné. L'abbaye Saint-Cyran-en-Brenne subit un sort comparable à son célèbre abbé quasi éponyme : elle est officiellement supprimée en 1712. Détruite sur les ordres de l'archevêque de Bourges, les religieux sont dispersés et le mobilier vendu à l'encan en 1739. Elle est vendue comme bien national en 1790. Il ne reste plus de l'illustre abbaye même qu'un corps de bâtiment appelé la Chambre des hôtes (du XVe siècle) mais sont restées debout les dépendances (granges, étables, moulins).

Elle possédait des reliques de saint Cyran, saint Génitour, saint Sylvain et saint Fructueux, renfermés dans un reliquaire en bronze doré offert, en 1860, par l'impératrice Eugénie.

Quelques décennies plus tard, les Moulins de Paris l'achetèrent et en firent, plus tard, une maison de vacances pour leurs employés.

Dans les années 1930, l'abbaye est convertie en un élevage varié, essentiellement de chiens de chasse.

Abbaye Saint-Michel[modifier | modifier le code]

En juin 1975, l'abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne est acquise par la sœur de Mgr Marcel Lefebvre qui la renomme alors Abbaye Saint-Michel. Celle-ci devient la maison mère[2] des Sœurs de la Fraternité Saint-Pie X.

Une perquisition menée le 21 mai 1989 dans l'abbaye permet à une quarantaine de gendarmes de saisir les bagages du milicien Paul Touvier, recherché par la justice française qui le condamnera pour crime contre l'humanité, Il était alors en fuite et protégé par les carmélites de l'abbaye de Saint-Cyran-en-Brenne[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail.fr.
  2. http://www.laportelatine.org/ordres/ordfsspx/soeursfsspx.php.
  3. Renaud Thomazo : Les grands scandales de l'histoire de France, éditions Larousse, 2013, p. 104.