Abbaye Notre-Dame de Mores

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abbaye de Mores)
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Notre-Dame de Mores
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Mores
Armes de l'abbaye de Mores

Diocèse Diocèse de Langres
Patronage Nativité de Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCXLV (345)[1]
Fondation 1153
Début construction
Fin construction
Dissolution 1791
Abbaye-mère abbaye de Clairvaux
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 48° 04′ 37″ nord, 4° 26′ 01″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Commune Celles-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

(Voir situation sur carte : Aube)
localisation

L’abbaye Notre-Dame de Mores (Morae) est une ancienne abbaye cistercienne située sur la commune de Celles-sur-Ource dans le département de l’Aube, région Champagne-Ardenne[3],[4]. Les armes de l’abbaye étaient d'argent à 3 têtes de Maures de sable, entortillées d'argent, posées 2 et 1, avec la légende Hic locus est morum[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’abbaye a été fondée en 1153 par saint Bernard, comme fille de l’abbaye de Clairvaux[5]. Elle compta jusqu'à 350 moines et fut prospère[5]. Les guerres de la maison de Brienne avec celles de Champagne et de Chacenay, provoquèrent la ruine complète de l'abbaye[5]. Celles entre Louis XI et Charles le Téméraire, la ruinèrent à nouveau[5]. À la fin du XVe siècle, elle fut reconstruite, mais les guerres de religion apportèrent à leur tour de gros dommages. Les bâtiments de vie furent reconstruits à nouveau sous Louis XV[5]. À la Révolution, seuls 4 moines vivaient encore dans le monastère qui fut détruit[5]. Les matériaux des bâtiments furent réemployés pour la construction à Landreville et Celles-sur-Ource[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

Placée sous le patronage de Notre-Dame, l'église abbatiale était du type cistercien le plus courant. Elle comprenait une nef de sept travées avec collatéraux, un transept sur les croisillons duquel ouvraient de chaque côté deux chapelles rectangulaires, et un sanctuaire de deux travées limité à l'est par un chevet plat. Ses dimensions étaient les suivantes : longueur 56 mètres ; largeur de la nef 20 mètres; du transept 26 mètres; du chœur 10 mètres. Elle était précédée d'un porche, divisé en trois travées comme celui de Clairvaux et qui occupait toute la largeur de la façade ouest. Le porche ainsi que l'église était voûté. Postérieurement à la construction, des arcs-boutants avaient été établis pour soutenir les voûtes des parties hautes. Au-dessus des grandes arcades de la nef courait un triforium. Comme à Clairvaux, il devait y avoir des fenêtres hautes. Le mur nord du sanctuaire était orné d'une grande peinture murale représentant le Christ en Croix et Saint Bernard, en souvenir d'une vision miraculeuse qu'aurait eu le saint en ce lieu[6],.

Bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Terrier, propriétés, revenus[modifier | modifier le code]

Les granges[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Mores avait dix granges dans la première moitié du XIIIe siècle[7].

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • 1152-???? : Girard
  • 1165-1168 : Ménard Ier
  •  ????-1178 : Herbert de Clairvaux
  • 1178-1187 : Hugues
  • 1187-1191 : Ménard II
  • 1191-1196 : Barthélemi Ier
  • 1198-1206 : Barthélemi II
  • 1206-???? : G.
  • 1212-1215 : Galo
  • 1216-1220 : Raoul
  • 1223-1226 : Michel
  • 1232-1238 : Nicolas Ier
  •  ?-1245-?  : Pierre de Bar[8]
  •  ?-1247-?  : Thibault
  •  ?-1256-?  : Arnoul
  •  ?-1262-?  : Nicolas II
  •  ?-1272-?  : Jean Ier Bioleau de Bar
  •  ?-1279-?  : Guillaume Ier
  •  ????-???? : Gilbert
  •  ?-1302-?  : Martin
  •  ????-???? : Milon
  •  ?-1346-?  : Jean II
  •  ?-1369-?  : Guillaume II
  •  ?-1389,1391-? : Jean III
  •  ????-???? : Simon de Merey
  • 1483-1501 : Jean IV Baquelet
  •  ????-1530 : Jean V Morel de Celles
  •  ????-1537 : Jean VI Raguier
  •  ?-1568-?  : Jean VII Bochetel
  •  ????-1592 : Gabriel de Bligny-le-Genevois
  • 1605-???? : Jean-Baptiste Largentier de Chapelaines
  • 1614-???? : André Stegler
  • 1640-1645 : François de Servien. Le , il donne à bail pour 9 ans le revenu du temporel de l'abbaye à Jacques Berbier, marchand demeurant à l'abbaye, moyennant 5 000 £ par an et plusieurs charges[9]
  •  ????-1693 :Charles de Cossé-Brissac (°.29/05/1628 Brissac- †.06/09/1693. Chelles en Seine-et-Marne), fils de François de Cossé-Brissac et Guyonne Ruellan. Jésuites, puis abbé de Mores et de Saint-Vincent de Lucq, frère de François, abbé de la Bussière[10]
  • 1693-1731 : Louis-Guillaume de Chavaudon
  • 1731-1749 : Roger Langlois
  • 1749-1755 : Joachim Enjobert de Martillat
  • 1755-1786 : Jean-Benoît d'Hèlyot
  • 1786-1788 : Louis-Augustin de Juges-Brassac
  • 1788-1790 : Le Pappe de Trévern

Source[7]

Religieux et personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Fait légendaire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, le miracle du Christ se détachant de sa croix pour embrasser Saint Bernard en oraison, se produisit en l'église abbatiale[11],[12].

Vestiges[modifier | modifier le code]

Le pont sur l'Ource.

De l'abbaye, il ne subsiste que de rares bases de murs, à proximité de la route reliant Celles-sur-Ource à Landreville. Le pont sur l'Ource, construit par l'abbaye vers 1744 est parvenu jusqu'à nous[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 228.
  2. « Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube; 1865; tableau des latitudes, longitudes et altitudes (la longitude est donnée depuis le méridien de Paris) », sur gallica BNF (consulté le 6 mai 2016)
  3. « Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube 1857; Notice historique sur Landreville par Lucien Coutant », sur gallica BNF (consulté le 30 août 2013)
  4. « Cadastre de 1841, Celles, section A dite de Maure, feuille n°5 », sur Archives de l'Aube (consulté le 7 janvier 2014)
  5. a, b, c, d, e, f, g et h « Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube 1856; Notice historique sur L'Abbaye de Mores par Lucien Coutant », sur gallica BNF (consulté le 30 août 2013)
  6. « Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube 1933; Les églises disparues du département de l’Aube; Mores par M. Duhem », sur gallica BNF (consulté le 27 avril 2016)
  7. a et b « Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube 1873; Chartes de l'abbaye de Mores par M. l'abbé Charles Lalore », sur gallica BNF (consulté le 2 septembre 2013)
  8. « Revue de Champagne et de Brie, 1879 », sur gallica BNF (consulté le 12 juillet 2014)
  9. Minutes et répertoires de Charles Dupuis, notaire (étude XXIV) à Paris, cotes MC/ET/XXIV/428, fol, II/C/IIII/XX/
  10. Maison de Cossé-brissac
  11. Edmond Martène, Ursin Durand, « Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur », sur gallica BNF, (consulté le 15 juillet 2014), p. 104
  12. Lucien Coutant, « Annuaire administratif et statistique du département de l'Aube, Notice historique sur L'Abbaye de Mores », sur gallica BNF, (consulté le 15 juillet 2014), p. 14
  13. « Voyage littéraire de Dom Guyton en Champagne (1744-1749) », sur gallica BNF (consulté le 6 janvier 2014)