Abbaye de Maizières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye de Maizières
image de l'abbaye
Vue générale de l'édifice

Diocèse Chalon-sur-Saône
Numéro d'ordre (selon Janauschek) LXII (62)[1]
Fondation 1125
Fin construction 1236
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de La Ferté
Lignée de Abbaye de La Ferté
Abbayes-filles 177 - Abbaye de Sturzelbronn (1143-1790)
Période ou style Roman

Coordonnées 46° 56′ 53″ nord, 4° 53′ 13″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Commune Saint-Loup-Géanges

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Maizières

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye de Maizières

L’abbaye de Maizières est un ancien monastère de cisterciens, troisième fille de La Ferté, fondé à partir de 1125 sur la commune de Saint-Loup-Géanges au lieu dit Saint-Loup-de-la-Salle, dans le diocèse de Chalon-sur-Saône.

La fondation[modifier | modifier le code]

Abbayes cisterciennes en Bourgogne

Au XIIe siècle à l’ouest de la paroisse de Sanctus Lupus (Saint Loup) fut établie une nouvelle abbaye, fille de celle de La Ferté sur Grosne, elle-même fille de Cîteaux.

La charte de fondation date de 1125 environ et l’abbaye reçoit, outre les terres du Verglat et de Maizières, des terres à Corcelotte et à Pommard. D’abord établis aux Gouttières, les moines s’installèrent, probablement au milieu du XIIe siècle, à Maizières. À la fin du siècle, les moines par donations successives ont constitué un patrimoine foncier important en forêts, vignes, étangs, terres de culture et possèdent une maison à Beaune, la maison du petit Maizières.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l’abbaye se concrétise par la consécration de l’église le . En 1251, les moines aménagent des étangs sur la Vendaine (étang neuf et étang du petit beauregard) et au cours de ce siècle, ils s’efforcent de posséder les moulins sur la Dheune ou sur le canal de la petite Dheune.

Les guerres de religion sont la source de graves dommages pour l’abbaye que les moines (au nombre de vingt à trente) s’efforceront de relever à partir du deuxième quart du XVIIe siècle. En 1789, il ne reste que neuf moines. L’Assemblée Constituante décide de la mise à disposition de la Nation des biens du clergé. L’inventaire des biens de Maizières est réalisé en juillet 1790 et, divisée en quatre lots (La maison conventuelle, la maison abbatiale, la métairie de la Forge et la métairie de l’Épervier), l’abbaye est vendue aux enchères.

Un négociant de Chalon, le sieur Degros emporte l’enchère pour les quatre lots qui sont à nouveau divisés en trois lots attribués à des personnes de Maizières, de Cergy et de Géanges. Les meubles de l’église sont vendus à part, le Christ étant transféré à l’église de Saint-Loup. Les ventes des domaines (étangs, moulins, vignes, maisons, bois) se dérouleront jusqu’en 1791. La bibliothèque des moines fut attribuée par un arrêté du Directoire à la ville de Chalon.

Les nouveaux propriétaires détruisent tout ce qui a un caractère religieux : le cloître et l’église abbatiale. La maison conventuelle devient un château.

Le sieur Degros évoqué ci-dessus pourrait avoir été un marchand de fontes et de fers, et avoir servi d'informateur à William Wilkinson, lequel a contribué à la construction de la première usine du Creusot. L'historien anglais H.W. Chaloner a publié une transcription du rapport de William Wilkinson en date du , en appendice de sa communication au colloque international de 1955 à Nancy : Le fer à travers les âges. Wilkinson cite dans son rapport un « Mr. Degros of Châlons-sur-Saône" qui a vu passer dans ses mains plus de 15 000 tonnes de fonte. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 119
  2. « Maizières », sur http://www.cistercensi.info, Cistercensi (consulté le 18 mai 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

  • Archives Départementales de Saône-et-Loire, H 54-80.
  • Archives Départementales de Côte-d'Or, 16 H 1-346.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Gabin, Histoire de l'abbaye de Maizières et du prieuré de Sermesse (Saône-et-Loire), Verdun-sur-le-Doubs, 1952.
  • J. Delissey, L'abbaye de Maizières, Dans Actes du 37e Congrès de l'Association bourguignonne des sociétés savantes, 1966, p. 17-21.
  • J. Berlioz, Saint Bernard en Bourgogne, Lieux et mémoire, Les Éditions du Bien Public, Dijon, 1990. (ISBN 2-905 441-26-7)
  • Gérard Delannoy, L'abbaye de Maizières au XIIe siècle, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 131 (juin 2002), pp. 9–11.

Articles connexes[modifier | modifier le code]