Abbaye de Holme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye de Holme
image de l'abbaye
Vue de Brahetrolleborg avec l'église au fond

Nom local Holm
Brahetrolleborg
Insula-Dei
Diocèse Odense (en)
Patronage Vierge Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXXIV (424)[1]
Fondation 26 juin 1172
Dissolution 1550
Abbaye-mère Herrevad
Lignée de Cîteaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style Gothique de brique

Coordonnées 55° 09′ 11″ nord, 10° 21′ 17″ est[2].
Pays Drapeau du Danemark Danemark
Amt Fionie
Région Danemark-du-Sud
Commune Faaborg-Midtfyn
Paroisse (da) Brahetrolleborg (da)

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Abbaye de Holme

Géolocalisation sur la carte : Danemark

(Voir situation sur carte : Danemark)
Abbaye de Holme

L’abbaye de Holme est une ancienne abbaye cistercienne située au Danemark, dans l'île de Fionie, à dix kilomètres au sud-ouest de Fåborg. Depuis la Réforme protestante, elle a été transformée en château, qui porte le nom de Brahetrolleborg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Holme est fondée par les moines de l'abbaye de Herrevad (Scanie), en 1172[2]. Elle est alors qualifiée d'« Insula Dei » (« Île de Dieu »)[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un moine au moins de l'abbaye est connu : il s'agit de Pierre (Peder), qui devient par la suite évêque d'Odense (en). Français de naissance, il est élu en 1252 au siège épiscopal d'Odense. Mais le roi Abel lui substitue un franciscain nommé Regner ; ce n'est qu'à la mort de ce dernier, en 1266, que Peder peut effectuer une réclamation ; en attendant d'obtenir justice, il est nommé à Lübeck en attendant. Certaines sources affirment qu'il n'a jamais pu siéger dans le diocèse dans lequel il avait été élu. Il est toujours fortement lié à l'ordre cistercien : en 1269, son passage à Clairvaux est mentionné ; en juillet 1272, il est à Orvieto, et quelques mois plus tard, au chapitre général de l'ordre à Cîteaux ; la date de sa mort est inconnue[4].

La disparition de l'abbaye et la transformation en château[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brahetrolleborg.

L'abbaye est sécularisée et démantelée à la Réforme en 1550. La couronne danoise met la main sur les anciens biens d'Église et sécularise les domaines de l'abbaye qui sont vendus à des propriétaires privés. Heinrich Rantzau l'acquiert en 1568 et l'ancienne abbaye prend le nom de Rantzausholm. Les terres reviennent à la couronne en 1661 et le roi Frédéric III en fait don à son favori Christoffer von Gabel (de) (1617-1673) en 1664. Celui-ci l'échange trois ans plus tard contre les monts calcaires de Segeberg appartenant à Brigitte Nielsdatter, de la famille Trolle, épouse du baron Brahe, d'où le nom du château et de sa baronnie, Brahetrolleborg (borg signifiant château).

Architecture[modifier | modifier le code]

L'ancienne et imposante église abbatiale, bâtie selon les plans habituels d'une église cistercienne, est aujourd'hui la chapelle de Brahetrolleborg. Elle est flanquée d'un clocher contre la façade-ouest et abrite une crucifixion de Claus Berg (de) datant de 1500 environ. Les bâtiments abbatiaux à droite de l'église sont transformés en château et sont rehaussés vers 1870.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (da) Michael Venge, På sporet af Holme kloster, Fynske Arbøger, 1982, p. 27–38

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 259.
  2. a et b « Holme », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 6 novembre 2013).
  3. Jørgen Marcussen, « Cistercienser » (consulté le 12 février 2016).
  4. (da) Den Store Danske Encyklopædi (lire en ligne), « Peder, biskop i Odense ».