Abbaye de Franquevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Franquevaux
Image illustrative de l'article Abbaye de Franquevaux
Vestiges de la petite chapelle de l'Abbaye
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction 1143
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Ville Beauvoisin
Coordonnées 43° 38′ 58″ nord, 4° 20′ 52″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Franquevaux

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Abbaye de Franquevaux

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Abbaye de Franquevaux

L’abbaye de Franquevaux est une abbaye cistercienne fondée vers 1143 et aujourd'hui en ruines, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon.

Le hameau né de ses ruines, Franquevaux, se trouve sur le territoire de la commune de Beauvoisin, au cœur de la Petite Camargue, à mi-chemin entre les villes de Saint-Gilles et de Vauvert.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini de Franquevaux

La tradition populaire prétend qu'il existait en ce lieu une ancienne ville qu'on désigne sous le nom de Caramignan. Cette tradition n'est appuyée par aucun document écrit, mais au sud de la chapelle on voit la terre jonchée de briques et de tuiles romaines.

L'histoire prestigieuse de l'abbaye cistercienne de Franquevaux commence au milieu du XIIe siècle au Castrum Belvedin (château de Beauvoisin). Celui-ci aurait appartenu aux Templiers avant de revenir à la famille du vicomte de Nîmes.

En 1141 un groupe de moines envoyés par le jeune Ordre de Cîteaux requiert l'hospitalité du seigneur Pierre de Belvedin. Ils avaient traversé à pied la France, menés par le père abbé Galthérius, dans le but de fonder une abbaye. Celui-ci après une longue prospection, décide d'implanter son abbaye au milieu du pays camarguais. Pour cela il a tenu compte de l'isolement du lieu, de critères divers notamment telluriques, voire occultes…

En 1143 un gentilhomme du pays, nommé Pons-Guillaume, fit la donation de terres au bord du vaste étang de Scamandre. L'évêque de Nîmes, Aldebert, entérine cette décision, faisant de Galthérius (Gautier) le premier père abbé de cette épopée spirituelle. L'abbaye sera construite durant 70 ans avec les pierres des carrières de Fontvieille charriées par bateau sur un ancien bras oriental du Rhône. Rapidement, elle devient l'une des plus importante du Languedoc.

Au XVe siècle, l'instauration de la commande sonnera le déclin de l’abbaye, en effet le roi récompensant ses nobles vassaux en leur offrant une abbaye, ils vont y puiser à loisir d'importants pourcentages[1].

En 1789 les habitants de Vauvert chassèrent les derniers moines.

Les pierres d'une partie des ruines de l'abbaye ont permis de construire les murs des maisons d'un hameau comptant aujourd'hui une centaine d’habitants. Situé près du canal du Rhône à Sète et contre le plateau des Costières sur une route qui se perd dans les roseaux au milieu des étangs, Franquevaux connaît des jours silencieux et tranquilles entre le noir et le blanc des taureaux et des chevaux camarguais. À l'instar de Beauvoisin, commune dont il dépend, le hameau de Franquevaux fait partie du terroir viticole des Costières de Nîmes.

Le corps principal a été rénové et propose aujourd'hui les gîtes et chambres d'hôtes de « l'Ancienne Abbaye de Franquevaux »2.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les possessions territoriales de l'abbaye de Franquevaux (Gard) dans le diocèse de Mende; Jules BARBOT in Bulletin de la Soc. agr. de Lozère, 2e semestre 1915

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]