Abbaye de Fountains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une abbaye ou un monastère image illustrant l’ordre cistercien
Cet article est une ébauche concernant une abbaye ou un monastère et l’ordre cistercien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abbaye de Fountains
Image illustrative de l'article Abbaye de Fountains
Les ruines de l'abbatiale de Fountains

Diocèse Diocèse d'York
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) LXXXIX (89)[1]
Fondation 1135
Dissolution 1539
Abbaye-mère Abbaye de Clairvaux
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles 135 - Newminster (1538-1537)
277 - Sawley (1147-1536)
136 - Kirkstead (1139-1537)
137 - Louth Park (1137-1536)
206 - Woburn (1145-1538)
206 - Lyse (1156-1536)
231 - Kirkstall (1147-1539)
232 - Vaudey (1147-1536)
318 - Meaux (1151-1539)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection Monument classé grade I (le 11 juin 1986 sous le numéro 331040[2]
Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1986)

Coordonnées 54° 06′ 35″ Nord 1° 34′ 53″ Ouest / 54.109603568181, -1.5815004414677[3]
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Yorkshire du Nord
District Harrogate
Paroisse civile Ripon
Site www.fountainsabbey.org.uk/

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Abbaye de Fountains

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Abbaye de Fountains

Géolocalisation sur la carte : Yorkshire du Nord

(Voir situation sur carte : Yorkshire du Nord)
Abbaye de Fountains
Parc de Studley Royal avec les ruines de l'abbaye de Fountains *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Site et abbaye de Fountains
Site et abbaye de Fountains
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Subdivision Yorkshire du Nord
Harrogate
Ripon
Type Culturel
Critères (i) (iv)
Superficie 309
Zone tampon 1622
Numéro
d’identification
372
Année d’inscription 1986 (10e session)
Autre protection Monument classé grade I
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

L'abbaye de Fountains dans le Yorkshire du Nord (Angleterre) à 3 km au SO de Ripon, est une ancienne abbaye cistercienne aujourd'hui en ruine, fondée en 1132 dans la vallée boisée de la petite rivière Skell. L'abbaye de Fountains est l'un des principaux établissements cisterciens et l'un des mieux préservés en Angleterre. Elle appartient au National Trust. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO avec le parc de Studley Royal qui lui est adjacent.

Les vestiges les plus beaux et les plus complets sont ceux des bâtiments groupés autour du cloître selon le schéma cistercien classique : à l'est, la salle capitulaire, au sud, le grand réfectoire et, à l'ouest, le cellarium.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Fountains fut fondée en 1132 à la suite d'une dispute et d'une émeute à l'abbaye Sainte-Marie d'York. À la suite de cette commotion, treize moines furent bannis et, après avoir vainement tenté de revenir à la règle de saint Benoît du début du VIe siècle, ils furent pris sous la protection de Thurstan, archevêque d'York. Celui-ci leur donna un site dans la vallée de la Skell (en), petit affluent de l'Ure. Cette vallée protégée avait tout ce qui était nécessaire à la fondation d'une abbaye : pierre et bois pour la construction et un cours d'eau[4].

L'abbaye est affiliée à Clairvaux et Geoffroy d'Ainay est envoyé par Bernard pour en être le premier abbé cistercien. Il lance en 1135 le chantier de la nouvelle abbatiale[5]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dès 1147, des complications surviennent. L'abbé Henri Murdac est pressenti comme archevêque d'York ; des opposants à sa nomination incendient l'abbaye, qui endommagent en particulier la partie orientale de l'édifice[6].

Lors de l'abbatiat de John of York, entre 1203 et 1211, l'église abbatiale est largement agrandie, notamment par la destruction du chevet plat, l'adjonction d'un chœur de cinq travées, entouré de collatéraux, et terminé par un second transept, doté de neuf autels adossés au nouveau chevet. De son côté, la salle capitulaire est elle aussi considérablement agrandie, presque aux dimensions du réfectoire[5].

Dissolution et destructions[modifier | modifier le code]

L'abbaye fut active jusqu'en 1539, lorsqu'Henri VIII ordonna la dissolution des monastères. L'abbé d'alors, Marmaduke Bradley, ne fut que chassé, encouragé à partir par la promesse d'une pension ; son prédécesseur William Thirsk avait été pendu en 1537, pour le punir de sa participation au Pèlerinage de Grâce[5]. Les bâtiments et plus de deux kilomètres carrés de terres furent vendus par la Couronne le à Sir Richard Gresham, un marchand londonien[4]. L'ensemble abbatial servit de carrière de pierres durant deux siècles, jusqu'à ce que les propriétaires voisins de Studley Royal décident de conserver les « ruines romantiques » en l'état et d'aménager les espaces naturels qui les entourent[5].

Préservation[modifier | modifier le code]

L'abbaye est protégée par le National Trust en tant que Monument classé en 1986, conséquence de son inscription au patrimoine mondial. À la fin du XXe siècle, des moines bénédictins proposent de venir réimplanter une communauté monastique à Fountains, en rebâtissant certains bâtiments ; cette proposition entraîne de vives protestations et l'abandon du projet[7]

Architecture[modifier | modifier le code]

Plan général de l'ensemble abbatial.

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

Vue de l'intérieur de la tour-lanterne.

Une des caractéristiques les plus notables de Fountains, à l'inverse du modèle bourguignon des abbatiales cisterciennes, est la présence, courante dans les édifices médiévaux anglo-saxons, d'une tour-lanterne. Fountains présente la particularité d'avoir eu deux de ces édicules, situés à deux endroits différents. Le premier, bâti à partir de 1160, dominait la croisée du transept. Cette croisée n'était en conséquence pas voûtée mais recouverte d'un plafond de bois ; seulement, les piles soutenant cette tour-lanterne dataient d'époques différentes (celle du sud-est est renforcée en 1210, lors des travaux de John of York)[6].

Le second transept, qui termine à l'est le chœur bâti par John of York, est nommé « chapel of the nine altars »[5].

La seconde tour-lanterne est bâtie sous l'abbatiat de Marmaduke Huby, entre 1495 et 1526. C'est cet abbé qui restaure le plafond de bois sous-tendant la première tour-lanterne, et surtout qui fait bâtir la tour septentrionale, beaucoup plus haute et massive, surplombant la partie nord du transept, ainsi que l'immense baie ornant la façade occidentale[5].

Cloître et bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Le cellarium de l'abbaye, illuminé.
Le réfectoire des moines.

La salle du chapitre et l'hôtellerie de Fountains sont parmi les premières réalisations cisterciennes britanniques à utiliser les nouvelles techniques gothiques, en particulier la croisée d'ogives et l'arc brisé. Les recherches archéologiques actuelles tendent à montrer que c'est par souci architectural, afin de simplifier la construction et de se débarrasser de certaines contraintes, que les cisterciens optent pour ces solutions techniques[8].

La salle capitulaire, après les travaux de John of York, n'a plus la forme carrée initiale, et déborde du cloître vers l'est. Elle mesure six travées de longueur, sur une largeur de trois[5].

L'abbaye dans la culture[modifier | modifier le code]

Reconstitution moderne : des moines circulent dans les ruines de l'abbatiale.

L'abbaye et le parc qui l'entoure, classés au patrimoine mondial en 1986[9], est visitée annuellement par trois cents mille touristes[7]

Fountains est largement décrite par Julien Green, dans La Terre est si belle[10]. Il la décrit comme « la plus grande que j'ai jamais vue. [...] cistercienne de la meilleure époque, de ce XIIe siècle qui a mystérieusement emporté avec lui le secret d'une fois sans ombre [...] La pierre est blanche, d'un blanc d'ivoire »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 130.
  2. (en) « Rievaulx Abbey, Rievaulx », sur http://www.britishlistedbuildings.co.uk/, British Listed Buildings (consulté le 16 décembre 2013).
  3. « Fountains », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 16 décembre).
  4. a et b National Trust for Places of Historic Interest or Natural Beauty, « Early years of the abbey » (consulté le 15 octobre 2015).
  5. a, b, c, d, e, f et g Leroux-Dhuys & Gaud 1998, Histoire, p. 213.
  6. a et b Jacques Thiébaut, « La tour de croisée dans les églises cisterciennes », Bulletin Monumental, Persée, vol. 129, no 4,‎ , p. 275-276 (lire en ligne).
  7. a et b Leroux-Dhuys & Gaud 1998, Mise en valeur touristique, p. 215.
  8. Anne Prache, « Peter Fergusson, Architecture of Solitude, Cistercian abbeys in twelfth-century England », Bulletin Monumental, Persée, vol. 145, no 1,‎ , p. 142-143 (lire en ligne).
  9. UNESCO, « Parc de Studley Royal avec les ruines de l'abbaye de Fountains » (consulté le 15 octobre 2015).
  10. Julien Green, Journal, vol. XI : La terre est si belle..., Paris, Éditions du Seuil, , 399 p. (ISBN 9782020061742, OCLC 465758940), p. 137-138.
  11. Leroux-Dhuys & Gaud 1998, Citation de Julien Green, p. 212-213.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]