Abbaye de Carracedo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye Santa María de Carracedo
image de l'abbaye
Vue générale de l'abbaye

Diocèse Diocèse de León
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) DXXXX (540)[1]
Fondation 990
Début construction 990
Fin construction 1138
Cistercien depuis 19 novembre 1203
Dissolution 1835
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles 541 - Villanueva de Oscos (1203-1835)
551 - Belmonte (1206-1835)
593 - Peñamaior (1225-1835)
640 - Castañeda (1245-1835)
Congrégation Bénédictins (990-1203)
Ordre cistercien (1203-1835)
Période ou style
Protection Classé BIC (1929) (le 9 novembre 1929 sous le numéro RI-51-0000341)[2]

Coordonnées 42° 34′ 15″ nord, 6° 43′ 54″ ouest[3]
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Royaume Royaume de León
Province Province de León
Comarque El Bierzo
Municipio Carracedelo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Abbaye Santa María de Carracedo

L’abbaye de Carracedo (en espagnol Monasterio de Santa María de Carracedo) est une ancienne abbaye, bénédictine puis cistercienne, située à Carracedelo, dans la comarque d'El Bierzo (Province de León, Espagne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Carracedo est fondée en 990 grâce au soutien de Bermude II de León, qui accueille des moines bénédictins ayant fui devant l'avancée d'Almanzor. Le monastère fondé en cet endroit s'appelle alors San Salvador. De cet édifice ne reste à peu près rien aujourd'hui : une restauration d'envergure est menée en 1138 par Dona Sancha, sœur du roi Alphonse VII[4].

Changement de règle[modifier | modifier le code]

En 1203, les moines choisissent de rejoindre l'ordre cistercien dont la réforme, respectant plus strictement la règle bénédictine, est très populaire : elle s'affilie à l'abbaye de Cîteaux. Sa popularité et son renom s'accroissent d'autant[4].

Au XIVe siècle, l'ordre cistercien entre à son tour en crise ; la branche espagnole se réforme profondément. Cette réforme aboutit notamment, à la création, en 1505, de la branche nommée Congregación de San Bernardo de Castilla, congrégation à laquelle adhère l'abbaye de Carracedo. Cette réforme permet de retrouver l'esprit monastique des débuts, et marque le début d'une nouvelle phase de croissance. Des reconstructions sont entreprises dans l'abbaye : du cloître, de la sacristie, du réfectoire monastique au XVIe siècle, de l'hospice, du clocher et du bâtiment des convers aux XVIIe et XVIIIe siècles, d'une nouvelle église en 1796[4].

Après les moines[modifier | modifier le code]

Le désamortissement de Mendizábal chasse les moines et ferme l'abbaye en 1835. Cette fermeture s'accompagne de pillages et de destructions, seuls l'église et le réfectoire étant sauvegardés[4].

En 1928, une première mesure de sauvegarde est prise grâce à Ramón Menéndez Pidal. En 1988, des mesures plus ambitieuses sont prises et la restauration commence sous la houlette des architectes Salvador Pérez Arroyo et Susana Mora Muñoyerro, pendant que des travaux archéologiques d'envergure sont menés par José Antonio Balboa de Paz[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 302.
  2. (es) « Entorno de Bien de Inetrés Cultural « Monasterio de Santa María de Carracedo » en Carracedelo (León) », sur http://siun.navarra.es, Bulletin officiel espagnol (es), (consulté le 6 novembre 2013).
  3. « Carracedo », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 6 novembre 2013).
  4. a b c d et e (es) José Antonio Balboa de Paz & Fernando Miguel Hernández, « Monasterio de Santa María de Carracedo », sur http://www.jdiezarnal.com/, Instituto Leonés de Cultura (consulté le 6 novembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]