Abbaye de Bonnefontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnefontaine.
Abbaye de Bonnefontaine
Image illustrative de l'article Abbaye de Bonnefontaine
Vue des ruines de l'abbatiale

Diocèse Archidiocèse de Reims
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCLI (351)[1]
Fondation 1152
Début construction XIIe siècle
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye Notre-Dame de Signy
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection  Inscrit MH (1926)[2]

Coordonnées 49° 47′ 07″ nord, 4° 14′ 25″ est[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie
Département Ardennes
Commune Blanchefosse-et-Bay

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Bonnefontaine

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Abbaye de Bonnefontaine

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

(Voir situation sur carte : Ardennes)
Abbaye de Bonnefontaine

L’abbaye de Bonnefontaine est une abbaye cistercienne située sur la commune de Blanchefosse-et-Bay (Ardennes).

Cet article court présente un sujet plus développé dans : Abbatiale de Blanchefosse.

L'abbaye a été fondée en 1152[4],[5], grâce à un don du seigneur de Rumigny, de retour de la deuxième croisade, à saint Bernard, abbé de Clairvaux et de Notre-Dame de Signy, qui avait prêché cette croisade, et qui était également le promoteur de l'ordre cistercien. Deux autres seigneurs ainsi que l'Abbaye de Signy accordèrent des arpents de terre à cette nouvelle communauté religieuse où s'installèrent douze religieux[4]. La fondation est consignée sur parchemin dans la 14e année du pontificat de Samson de Mauvoisin, archevêque de Reims[6]. Elle a été abandonnée par les moines en 1790 : suite à la révolution française, la constitution civile du clergé mise en place remet en cause un des principes des ordres religieux et congrégations, en considérant les vœux perpétuels comme une atteinte à la liberté de l'homme, et impose une nouvelle organisation de l'église catholique, qui est refusée par la plupart des communauté monastiques en Ardennes[7]. Vendue comme bien national, elle est ensuite l'objet de destructions. En 1926, seule la partie la plus ancienne l'église ou abbatiale de Blanchefosse, est inscrite sur l'inventaire des monuments historiques[8]. Cette abbatiale, en ruine, est la partie la plus ancienne, datant des origines de Cîteaux[8]. Les autres batiments sont de la fin du XVIIe siècle, et de style classique, mêlant dans leurs constructions la brique et la pierre[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 157
  2. Notice no PA00078348, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Bonnefontaine », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 18 juin 2013)
  4. a et b Manceau 1950, p. 8.
  5. Demouy 2005, p. 342.
  6. Manceau 1950, p. 9.
  7. Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays sedanais, vingt siècles d’histoire, Paris, Guénégaud, 1969.
  8. a et b Henri Manceau, « Grandeurs et misères des vieilles pierres ardennaises : Bonnefontaine en Thiérache », L'automobilisme ardennais, no 73,‎ , p. 7-14
  9. Philippe Seydoux, Gentilhommières et Maisons fortes en Champagne : Marne et Ardennes, t. 1, Éditions de La Morande, , 320 p. (ISBN 2-902091-30-3), « Bonnefontaine, à Blanchefosse », p. 125-126

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]