Abbaye d'Arthous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye d'Arthous
image illustrative de l’article Abbaye d'Arthous
Présentation
Nom local (aujourd'hui) Centre départemental du patrimoine
Type ancienne Abbaye
Rattachement Ordre des Prémontrés
Début de la construction XIIe siècle[1]
Fin des travaux XIVe siècle[1]
Style dominant Roman tardif
Protection Logo monument historique Classée MH (1955, église)
Logo monument historique Classé MH (1969, bâtiments conventuels)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Hastingues
Coordonnées 43° 31′ 38″ nord, 1° 07′ 18″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye d'Arthous

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Abbaye d'Arthous

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Abbaye d'Arthous

L’abbaye d’Arthous (anciennement appelée abbaye Sainte-Marie d'Arthous) était un monastère appartenant à l'ordre des chanoines prémontrés. Fondée vers 1167[2] elle est sise au lieu-dit d'Arthous[1], sur la commune d’Hastingues, aux confins du pays d'Orthe, dans le département français des Landes.

Plan général simplifié de l'abbaye d'Arthous. S.A. 2017

L'église est classée monument historique le 24 septembre 1955, les bâtiments conventuels le 24 septembre 1969[1]. Ils comptent comme éléments remarquables le chevet et les absidioles, ornés de chapiteaux et modillons sculptés et un intéressant ensemble de bâtiments conventuels d'époque moderne.

Présentation[modifier | modifier le code]

Établie près du Pays basque, l’abbaye Sainte-Marie d’Arthous occupe au Moyen Âge un emplacement stratégique entre les territoires contrôlés par les seigneurs de Navarre, de Béarn et d’Aquitaine. L’extérieur présente un style roman tardif à nef unique, l’église a un chevet tripartite dont se dégage une grande unité dans les motifs qui le décorent : formes géométrique ou entrelacs végétaux, pommes de pin, personnages frustes au visage rond et yeux globuleux.

Les bâtiments conventuels, reconstruits aux XVIIe et XVIIIe siècles suite aux destructions des guerres de Religion, forment un intéressant exemple d'architecture canoniale d'époque moderne, avec un imposant logis abbatial et un cloître du second quart du XVIIe siècle supportant des cellules de chanoines.

Le site devient en 2003 le Centre départemental du patrimoine. Bien restaurés, les bâtiments conventuels sont devenus un lieu de recherche et de découverte sur le patrimoine, celui des Landes en particulier. Expositions et stages s’y déroulent tout au long de l’année[3].

Historique[modifier | modifier le code]

C’est vers 1160 que les chanoines de l’ordre des Prémontrés essaiment de l'abbaye de la Case-Dieu dans le Gers pour fonder l’abbaye d’Arthous, sous l’autorité de l'abbé Bernard III. L’obituaire mentionne Martin Sanche de Domezain, noble du pays de Soule, comme le fondateur par les termes « fundator hujus ecclesiae ». Dédiée à Notre-Dame, l'abbaye porte le nom de Sainte-Marie-d'Arthous, signalée vers 1200 dans le cartulaire de Dax.

Établie sur une étendue vacante à proximité du Pays basque, l'abbaye a pour vocation d'évangéliser les populations locales, d'offrir un hébergement aux pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle et de contrôler un territoire âprement disputé par plusieurs seigneurs: Navarre, Béarn et Gascogne.

Les seigneurs locaux, vicomtes de Soule et de Béarn, et ceux du roi d'Angleterre, font des donations, notamment de troupeaux et de terres, car les Prémontrés sont localement des éleveurs. Cet enrichissement de l’abbaye lui assure une prospérité économique qui lui permet de subvenir aux besoins des hôpitaux, prieurés et paroisses qu'elle dirige. Elle joue également un rôle important dans la vie locale : elle fonde notamment sur ses terres en 1289 la bastide de Hastingues, par un paréage signé entre l’abbé d’Arthous et le sénéchal John de Hastings, représentant le roi d’Angleterre en France

Au XVIe siècle, les destructions sont nombreuses en raison de la guerre contre l'Espagne et des guerres de Religion : en 1523, elles sont le fait des Espagnols du comte d’Orange ; en 1571, des Huguenots qui brûlent le chœur de l'église, les bâtiments canoniaux et les archives.

Les bâtiments conventuels sont restaurés et agrandis du XVIIe au XVIIIe siècle avec de la pierre et des colombages. Mais en 1766, il ne reste plus que 5 chanoines, ce qui pousse l'évêque de Dax à fermer l'abbaye en 1791. L'abbaye est vendue comme bien national. Les chanoines n'y reviendront plus[4].

Elle est alors utilisée comme ferme: les charrettes pénètrent dans l’abside éventrée de l’église et les bâtiments conventuels se délabrent. L’église, tombée en piteux état, a servi un temps de grange et de chai.

Le site est classé au titre des Monuments historiques en 1955. En 1964, Madame de Vilmorin en fait don au département des Landes qui entreprend en 1966 sa restauration avec l'aide de l'État, notamment sur la partie extérieure de l'église. Une partie des bâtiments sert aujourd’hui d’hébergement aux stagiaires en archéologie, une autre partie abrite un centre de documentation et un dépôt archéologique. L'abbaye est devenue depuis 2003 le site départemental de l’abbaye d’Arthous.

Bâtiments canoniaux[modifier | modifier le code]

Cour intérieure, colombages de style traditionnel landais

Il ne reste quasiment plus rien des bâtiments monastiques originaux mis à part la base du mur ouest et le mur nord, les bâtiments ayant été remaniés aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Comme dans toute abbaye médiévale, celle d'Arthous possédait un réfectoire accolé au dortoir. Ce dortoir possédait un escalier appelé « escalier de nuit » qui permettait aux moines de se rendre directement dans l'abbatiale pour les offices nocturnes.On en distingue les traces sur les murs du transept nord, alors que le bâtiment lui-même a disparu.

Le mur nord de l'abbaye révèle une reconstruction des bâtiments canoniaux au XIVe siècle, avec un agrandissement des espaces de vie et peut-être un premier logis abbatial.

Le logis abbatial de l'abbaye d'Arthous (XVIIe-XVIIIe s.)

Les bâtiments attestent aussi une reconstruction massive dans les années 1630-1650, avec des travaux d'aménagement jusque vers 1750 : logis abbatial, chambres et réfectoire pour les chanoines avec deux galeries de cloître permettant d'accéder à l'église abbatiale, jardin extérieur[4]...

L’église abbatiale[modifier | modifier le code]

L'étude des nombreuses marques de tâcherons et de la géologie des matériaux permettent de distinguer les différentes phases de construction de l'église abbatiale :

-       l'absidiole sud, construite en calcaire nummulitique d'extraction locale, semble la première construite et a pu fonctionner comme première église autonome ;

-       l'abside centrale a rapidement complété cette première absidiole, avec pratiquement la même équipe de constructeurs et sculpteurs ;

-       l'absidiole nord a été construite par une nouvelle équipe après une interruption des travaux. Une porte occultée et un oculus bouché dans l'abside principale montrent qu'un bâtiment bas (un premier dortoir ?) se trouvait construit avant 1200 à l'emplacement de cette absidiole nord. Le transept est édifié dans la même phase, sauf les voûtes, ainsi qu'une partie du mur gouttereau nord (portail nord) ;

-       les murs gouttereaux sud et ouest, les voûtes du transept sont établis vers le début du XIIIe siècle, plus d'une génération après le début des travaux. Le monumental portail ouest et les fenêtres hautes de la nef révèlent une influence du style gothique ;

-       plusieurs phases d'aménagements postérieures sont décelables : voûte de la croisée, tentative de voûtement de la nef, aménagements funéraires[4]...

L’abside et les absidioles[modifier | modifier le code]

Vue de l'extérieur, le chevet de l'abbatiale frappe par sa décoration. Orientée plein est, l'abside et ses deux absidioles sont décorées par 35 modillons répartis en 5 groupes de 7 représentant, entre autres, les péchés capitaux (luxure, ébriété, avarice, concupiscence...), les vertus (tempérance, chasteté, miséricorde...) et le Salut par l'Église[5].

Plusieurs modillons et chapiteaux présentent un décor original : des chanoines prémontrés sont sculptés avec des instruments de culte destinés à l'évangélisation des laïcs (croix, encensoir, goupillon), alors que d'autres chanoines semblent porter des pierres et modillons destinés à la construction de leur église abbatiale[4].

La nef et la façade ouest[modifier | modifier le code]

La nef mesure 32,8 mètres de long pour une largeur de 7,4 mètres.

Cette nef était charpentée à l'origine, renforcée d'arcs doubleaux en maçonnerie.

Elle conserve aussi dans deux travées les vestiges de deux voûtes aux lourdes ogives prismatiques, posées sur la corniche romane, entreprises au début du XVIe siècle, qui ont entraîné l'écartement des murs gouttereaux : on a alors construit deux gros contreforts au sud pour soutenir ce mur et éviter l'effondrement de toute la nef. Ce projet de voûtes a logiquement été abandonné.

On distingue encore de rares vestiges d'enduit peint qui prouvent que toute la nef était enduite et peinte a fresco : fragment de fausse draperie décorant les parties basses...

A l'ouest, la façade de l'abbatiale a été reculée et rebâtie au XVIIe siècle : on sait cependant qu'elle s'ornait à l'origine d'un portail à tympan historié doté de cinq voussures sculptées d'un zodiaque, d'un calendrier... dont quelques fragments sont conservés. Quatre colonnes avec leurs chapiteaux encore en place rappellent ce monumental décor de qualité.

Une tourelle d'escalier circulaire, dont il reste les fondations, permettait d'accéder à un probable clocher-mur au-dessus de ce portail.

En 1726, par souci d'économie, l'abbé fit couper la nef en deux par un mur doté d'une autre tourelle et d'un clocher-mur. Ce mur a été supprimé voici quelques années, quand la nef a été restaurée.

Vue générale de la cour : à gauche, église abbatiale ; au centre, cloître du XVIIe s. ; à droite, bâtiments canoniaux modernes.
Plan de l'église abbatiale Notre-Dame d'Arthous avec essai de datation des différentes parties

La croisée et le transept

Les bras de transept ont été voûtés en berceau dès l'époque romane : ils contrebutaient les culs-de-fours des absidioles. Des indices montrent que ce transept était doté d'autels et de monuments funéraires.

La croisée a été voûtée au XIVe siècle. Au XVIe siècle, cette partie de l'édifice a été incendiée : les murs rubéfiés et les chapiteaux partiellement brûlés prouvent la destruction du mobilier en bois de l'église (un chœur liturgique ?)

En 1925, la voûte de la croisée a été dynamitée pour raisons de sécurité.

Patrimoine temporel[modifier | modifier le code]

L'abbaye possédait l'ensemble de l'actuelle commune de Hastingues, au moins jusqu'à la fondation de la bastide en 1289. Elle disposait aussi des terres de deux petits prieurés, Pardies à Peyrehorade et Sept-Haux à Cauneille, sur la rive nord des Gaves réunis. Plus au sud, le prieuré souletin de Pagolle, offert aux chanoines en 1178, était au cœur d'une grande exploitation agro-pastorale. Le prieuré-hôpital disparu de Subernoa ou Zubernoa à Hendaye était également administré par les chanoines d'Arthous.

À l'époque moderne, l'ensemble de ces terres fut mis en fermage et le tout fut vendu à des particuliers en 1791.

Le musée[modifier | modifier le code]

Ponctué d’expériences diversifiées (visites virtuelles, manipulations…), l’espace d’exposition vous propose un voyage dans le temps où émotions et surprises sont au rendez-vous. Bornes interactives, vidéos, objets originaux dont d’exceptionnelles sculptures magdaléniennes de chevaux, vous font découvrir le patrimoine du Pays d’Orthe depuis la période des hommes préhistoriques installés à Sorde jusqu’aux dernières innovations agricoles.

Ce voyage dans l’histoire du Pays d’Orthe, en compagnie d’un chasseur préhistorique, d’un pèlerin du Moyen Âge ou d’un batelier du XVIIIe siècle, se poursuit à travers un film qui utilise prises de vues aériennes et images de synthèse…

Les collections du musée de l’abbaye d’Arthous sont constituées essentiellement de pièces archéologiques.

La première collection a été acquise par le Conseil général des Landes en 1979 et comprend plus de 20 000 pièces (outillage en pierre et en os, objets d’art mobilier…) issues des fouilles archéologiques effectuées par Robert Arambourou entre 1958 et 1967 dans les abris préhistoriques de la falaise du Pastou sur la commune de Sorde-l’Abbaye.

Détail d'une mosaïque antique présentée dans l'abbaye.

La seconde collection provient des vestiges gallo-romains (mosaïques, céramiques, fragments de marbre) mis au jour lors des fouilles menées par Jean Lauffray entre 1958 et 1966 sur les deux villas antiques des Abbés et de Barat-de-Vin sur la commune de Sorde-l’Abbaye.

Des dépôts de fouilles complètent ces collections.

Le musée possède une barque monoxyle en chêne, de type chaland, datée entre 1543 et 1573 et retrouvée en 1966, au niveau du Bec-du-Gave dans l’Adour par les pêcheurs de Sainte-Marie-de-Gosse.

Pèlerinage à Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

L'abbaye d'Arthous, tout comme sa voisine l'abbaye Saint-Jean de Sorde, était sans doute une étape sur la route menant de Bordeaux à Astorga. Cette route antique est utilisée par les pèlerins de Compostelle venant de Paris pour rejoindre Ostabat (voie appelée via Turonensis). Les chanoines réorganisaient le chemin en créant des prieurés facilitant le trajet des jacquets. Conformément à leur vœu de pauvreté, ils s'occupaient plus particulièrement des pèlerins les plus démunis.

Un hôpital est signalé près de l'abbaye d'Arthous en 1327. Les prémontrés administraient aussi l'hôpital de Subernoa à Hendaye. Les prieurés proches des voies jacquaires (Sept-Haux à Cauneille, Pagolle) ont aussi pu avoir une fonction hospitalière ponctuelle.

Sites majeurs d’Aquitaine[modifier | modifier le code]

L’ensemble constitué par le patrimoine archéologique de Sorde, Arthous et Brassempouy permet de couvrir la présence de l'homme dans les Landes de −25 000 ans (Brassempouy), à −12 000 (grottes de Sorde) en poursuivant par les périodes gallo-romaines et médiévales (Sorde et Arthous) jusqu’à nos jours.

Un projet de valorisation touristique de ce patrimoine exceptionnel et de renommée internationale, porté par le Conseil général des Landes, la Communauté de communes du Pays d’Orthe et la Communauté des communes Coteaux et vallées des Luys, vient d’être retenu au titre des Sites Majeurs d’Aquitaine par le Conseil régional, dans le cadre de sa programmation 2011-13.

La mise en synergie de ces équipements appartenant à trois collectivités qui se mobilisent aujourd'hui autour d'une offre touristique cohérente se concrétisera par une programmation et des outils communs, voire par un label scientifique national partagé, dans l’objectif d'accroître leur rayonnement et de développer l’attractivité de ce territoire du sud des Landes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Classement de l'abbaye d'Arthous », notice no IA40000082, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Centre départemental du patrimoine, Abbaye d'Arthous, Hastingues
  3. Jean-Jacques Fénié, « Un été dans les Landes », Sud-Ouest du 23 juillet 2009, p. 12
  4. a, b, c et d Stéphane Abadie, L'abbaye d'Arthous, Arthous, Conseil départemental des Landes,
  5. Nadia Fouché, Le programme sculpté de l'abbaye Sainte-Marie-d'Arthous, Arthous, Conseil départemental des Landes,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]