Abbaye Saint-Philibert de Noirmoutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Abbaye de la Blanche en Noirmoutier.
Abbaye de Noirmoutier
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-Philibert de Noirmoutier
La crypte
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Début de la construction 674
Fin des travaux Détruite fin XVIIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Ville Noirmoutier-en-l'Île
Coordonnées 47° 00′ 01″ nord, 2° 14′ 28″ ouest[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Noirmoutier

Géolocalisation sur la carte : Vendée

(Voir situation sur carte : Vendée)
Abbaye de Noirmoutier

L'abbaye de Noirmoutier est un monastère fondé à partir de 674 sur l'île de Noirmoutier par Philibert de Tournus, qui y meurt le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Philibert, ou Philbert (qu'on écrit aussi Filibert, selon l'ancienne orthographe latine, le Ph -orthographe grecque- étant plus tardif et dû sans doute au contact avec le prénom Philippe: les vitraux de l'église portent l'orthographe en F et non Ph) en conflit avec Ébroïn, maire du palais de Neustrie, doit quitter l'abbaye de Jumièges qu'il a fondée près de Rouen. Il est accueilli par l'évêque de Poitiers Ansoald qu'il aide dans l'évangélisation de son diocèse, puis se retire avec quelques moines de Jumièges, sur l'île de Her, aujourd'hui île de Noirmoutier. Le Ansoald donne aux moines sa villa de Deas et d'autres terres qui permettront le développement de l'abbaye.

D'abord appelé Herio puis Hermoutier, le monastère prend le nom de Noirmoutier de la couleur dont sont vêtus les moines bénédictins qui l'occupent. Il vit de l'exploitation des marais salants[2] et de travaux agricoles, et commerce avec le continent grâce à son port. L'abbaye subsiste dans un état florissant jusqu'à ce qu'elle soit détruite par les Sarrasins en 732[3].

L'abbaye de Noirmoutier est rétablie en 804 par Louis le Pieux, roi d'Aquitaine. Elle est pillée plusieurs fois entre 814 et 819 par les Normands[4]. Les moines construisent à Déas, sur les rives du lac de Grand-Lieu une nouvelle abbaye après avoir obtenu en 819 l'autorisation de Louis le Pieux, devenu empereur, de détourner la rivière Boulogne[5]. Noirmoutier est de nouveau saccagée par les Vikings en 824[6], 830, 835 et l'abbaye est finalement incendiée en 846. L'île devient alors une base pour les opérations des Vikings sur la Loire[7].

Le , les moines quittent l'île pour Déas, transportant la chasse contenant le corps de saint Philibert. De nouveau chassé par les Vikings en 847, ils se réfugient au prieuré de Cunault-sur-Loire qui leur a été donné comme retraite en 845. Ils y emmènent les reliques de saint Philbert en 857, mais doivent fuir de nouveau devant les Normands en 862 à Messac en Poitou, dans un domaine offert par Charles le Chauve. En 870 ils sont à Saint-Pourçain-sur-Sioule en Auvergne pour arriver à Tournus, dans le Mâconnais, en 875 après une longue pérégrination avec les reliques de leur saint fondateur[5]. Il y fondent l'abbaye Saint-Philibert de Tournus. Le monastère de Noirmoutier est réduit en prieuré dépendant de l'abbaye de Tournus aux alentours de l'an mille.

En 1172, une communauté de moines cisterciens s'installe à l'île du Pilier, puis obtient du seigneur Pierre IV de Beauvoir une charte pour s'établir à Noirmoutier en 1205. Les moines construisent au nord de l'île, l'abbaye de la Blanche, nommée ainsi en raison de la couleur de leurs vêtements. Celle-ci, dépendant du diocèse de Luçon, subsistera jusqu'à la révolution de 1789[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

Des anciens bâtiments, seule la crypte mérovingienne subsiste sous l'église paroissiale Saint-Philbert de Noirmoutier-en-l'Île.

Abbés[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)


Moines célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Google earth
  2. saint Philibert évangélise l'île et passe pour avoir enseigné aux habitants la technique des marais salants
  3. Michel Dillange, Églises et abbayes romanes en Vendée, Editions J. Laffitte, 1983, p. 149
  4. T. D. Kendrick A History of the Vikings Courier Dover Publications, 2004 (ISBN 978-0-486-43396-7)
  5. a et b Émile Mabille Les Invasions normandes dans la Loire et les pérégrinations du corps de saint Martin Bibliothèque de l'école des chartes, 1869
  6. Chronologie de l'histoire de France, par Jean-Charles Volkmann Editions Jean-paul Gisserot, 1997 (ISBN 978-2-87747-273-9)
  7. Ambroise Viaud-Grand-Marais Petite histoire de l'île de Noirmoutier Editions PyréMonde, 2005 (ISBN 978-2-84618-264-5)
  8. Revue de Bretagne et de Vendée Éditeur J. Forest ainé, 1868

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]