Abbaye Saint-André de Lavaudieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-André.
Abbaye Saint-André de Lavaudieu
Vue générale de l'abbaye Saint-André
Vue générale de l'abbaye Saint-André
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbatiale
Rattachement abbaye de la Chaise-Dieu
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Logo monument historique Classé MH (1932)
Logo monument historique Classé MH (1958)
Logo monument historique Classé MH (1966)
 Inscrit MH (1958)
 Inscrit MH (2001)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Ville Lavaudieu
Coordonnées 45° 15′ 49″ nord, 3° 27′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

(Voir situation sur carte : Haute-Loire)
Abbaye Saint-André de Lavaudieu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-André de Lavaudieu
Lavaudieu, le cloître de l'abbaye (XI/XIIe siècles).

L'abbaye Saint-André est un ancien prieuré bénédictin français situé à Lavaudieu dans le département de la Haute-Loire. Il dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première mention en 909 du site qui s'appelle alors Comps.

La terre est donnée vers 1050 par Raoul de Lugeac, seigneur de Lugeac à l'abbaye de la Chaise-Dieu qui doit répondre au nombre important de vocations féminines. Il cherchait à créer un prieuré conventuel de moniales dans un site moins froid que le plateau du Livradois. Un monastère de religieuses bénédictines est fondé en 1057 par saint Robert de Turlande, fondateur de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Cette donation est confirmée par Rancon, évêque d'Auvergne, en 1050 et par le roi Henri Ier, en 1052. Cette donation est confirmée en 1066 par Raoul ou Radulphe de Lugeac, abbé de Brioude. Le lieu est connu jusqu'au XVe siècle sous le nom de Saint-André-de-Comps, avant de prendre celui de Vallus Dei (Vallée de Dieu) dont Lavaudieu est la forme simplifiée. Le prieuré connaît son apogée au XIIe siècle où de nombreuses donations permettent l'érection de l'ensemble des bâtiments monastiques[1].

Chapiteau Adam et Ève à la croisée du transept

En 1070, Judith, fille du comte d'Auvergne Robert II (1060-1096) et de Judith, sœur du comte de Melgueil, se retire dans ce prieuré. Cela va entraîner des donations importantes.

En 1077, les prieurés de Censac, de Chassignoles, de Paulhaguet et d'Entremont sont rattachés à l'abbaye. Plus tard viendront s'ajouter les prieurés de Bonneval, de Saint-Didier-sur-Doulon et de Touls, ainsi que le prieuré de Sainte-Marie-de-la-Rocca en Lombardie.

En 1173, Guillaume VII le Jeune et son fils Robert, dauphin d'Auvergne, donnent la terre de Touls située dans le Cantal à condition d'y établir un prieuré.

L'église prieurale, le cloître et des bâtiments du prieuré sont réalisés au XIIe siècle. La partie la plus ancienne du cloître est celle située sur le côté ouest.

Le pape Alexandre III donne en 1176 une bulle de protection du monastère fixant les privilèges du monastère et confirmant les dons qui lui ont été faits.

Des chapelles latérales sont édifiées sur le côté nord de la nef de l'église au XIIIe siècle.

Fresque du XIVe siècle dans l'église

Le cycle de peintures de la nef de l'église prieurale est peint au XIVe siècle. Il représente la Crucifixion sur le mur triomphal, cinq scènes de la Passion du Christ côté nord et côté sud quatre scènes n'ayant apparemment pas de lien entre elles dont la célèbre Mort Noire personnifiant la peste.

La position haute de ce cycle de peintures vient de la présence de tribunes en bois qui ont aujourd'hui disparu. Une inscription donne la date de 1315, époque où Louise de Vissac est prieure.

Au XVIe siècle l'abbaye passe en commende pendant le règne de François Ier.
Remarque: le pape Clément VI institue la commende – du latin « commendare », confier – lui permettant de se réserver le droit de nommer les abbés. Cette pratique est due aux besoins d'argent de la papauté. À partir du concordat de Bologne, en 1516, le roi de France se réserve le droit de nommer les abbés commendataires, qui peuvent être des laïcs. Ces abbés perçoivent les revenus de leurs abbayes et délèguent le pouvoir spirituel aux prieurs. Le monastère abandonne alors la règle bénédictine pour adopter celle des chanoinesses. Le recrutement s'effectue alors parmi la noblesse auvergnate. Les chanoinesses abandonnent le dortoir situé au-dessus du cloître et décident de vivre dans des maisons individuelles construites à l'arrière du monastère. Elles continuent à prononcer les trois vœux monastiques et pratiquent les exercices religieux en commun mais leur application s'assouplit.

La fresque du martyre de sainte Ursule dans l'église est réalisée au XVIe siècle.

Lavaudieu, fresque du réfectoire de l'abbaye (XIIe siècle).

À partir de 1718, les trois dernières prieures portent le titre d'abbesse.

Au XVIIIe siècle sont des appartements pour l'abbesse au-dessus de la galerie ouest du cloître.

C'est dans ce lieu retiré que le cardinal de Rohan, exilé à la Chaise-Dieu, finit par trouver refuge, après la scandaleuse affaire du collier de la reine en 1786[1].

Les chanoinesses doivent quitter le monastère en 1791.

En 1792 l'abbaye est vendue comme bien national. Elle est alors décomposée en plusieurs lots vendus à des agriculteurs qui transforment le cloître en bâtiment de ferme.
Le côté ouest du cloître est modifié par permettre la stabulation des vaches et le passage des charrettes.

Le clocher est tronqué en 1793 à la demande des Révolutionnaires pour supprimer tout ce qui n'est pas égalitaire.

En 1896, découverte de fragments d'une peinture datant du XIIe siècle sur le mur est de la salle située côté sud du cloître représentant le Christ en majesté au-dessus de la Vierge entourée des apôtres. Cette salle a servi de réfectoire à un moment de l'histoire du prieuré (passe-plats avec la cuisine située à l'ouest de la salle, aujourd'hui démolie) mais la qualité de cette peinture pourrait faire penser qu'elle a été faite pour une chapelle.

Les fresques de l'église ont été découvertes en 1966-1967.

Description[modifier | modifier le code]

Cloître

Subsistent l'église du XIe siècle, le cloître du XIIe siècle et un réfectoire plus tardif. Le clocher octogonal a été en partie tronqué à la Révolution. Des restaurations ont été entreprises pour mettre en valeur les restes des bâtiments conventuels inclus dans l'actuel village. Dans le cloître roman, de petites dimensions, mais complet, alternent colonnes simples et jumelées, surmontées de chapiteaux historiés[1].

  • Longueur de l'église dans l'œuvre : 26,70 m
  • Largeur de la nef principale : entre 5,60 m et 5,30 m
  • Largeur au transept : 12,15 m
  • Hauteur de la nef : 14 m environ
  • Dimensions intérieures du cloître : environ 15,65 m × 5,50 m
  • Réfectoire : environ 15,60 m × 5,50 m

Protections[modifier | modifier le code]

De nombreux éléments sont protégés au titre des monuments historiques français[2],[3] :

  • l'église abbatiale et le cloître, classés par liste en 1862
  • le réfectoire orné de fresques, classé en 1932
  • les ruines des bâtiments abbatiaux, une partie est classée en 1958, l'autre inscrite également en 1958
  • l'ancien logis de l'Abbesse, classé en 1966
  • les jardins de l'abbaye, inscrits en 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « La France des abbayes romanes », Notre Histoire, no 201,‎
  2. « Ancienne abbaye Saint-André-de-Lavaudieu », notice no PA00092685, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Église abbatiale », notice no PA00092687, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Craplet, Auvergne romane, La Pierre-qui-Vire, Éditions Zodiaque, coll. « la Nuit des temps:2 », , 4e éd., 372 p., p. 281-286
  • Anne Courtillé, Lavaudieu : les trésors d'une abbaye, Brioude, Éditions Créer, , 125 p. (ISBN 978-2-84819-103-4)
  • Léon Giron, Peinture murale de l'abbaye de Lavaudieu, fin du douzième siècle, p. 296-305, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1896, 20e session (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :