Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Notre-Dame.

Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos
image de l'abbaye
Le logis abbatial restauré.

Nom local Bona-Requies
Diocèse Saint-Brieuc
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXX (420)[1]
Fondation 1er mai 1172
Cistercien depuis 1172
Dissolution 1790
Abbaye-mère Savigny
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien (1172-1790)
Période ou style
Protection  Inscrit MH (1940)[2]

Coordonnées 48° 12′ 41″ nord, 3° 07′ 36″ ouest[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Bretagne
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Saint-Gelven
Site http://www.bon-repos.com/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

L'abbaye Notre-Dame de Bon-Repos (en breton abati Itron-Varia a Verrepoz) est située sur la commune de Saint-Gelven dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne, en France. Elle se trouve le long du Blavet, également canal de Nantes à Brest à cet endroit.

Cette abbaye fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye cistercienne fut fondée le 23 juin 1184 par le vicomte Alain III de Rohan et son épouse Constance de Penthièvre de Bretagne, en forêt de Quénécan sous le nom de "Sanctae Mariae de Bona Requie" en présence de Dom Pierre, abbé de Clairvaux, de Dom Simon abbé de Savigny et de Raoul II de Fougères. La première communauté l'occupant viendra d'ailleurs de Savigny

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La crypte de l'église abbatiale servira entre 1196 et 1516 de sépulture à treize Vicomtes de la grande famille de Rohan ainsi qu'à plusieurs de leurs épouses.

La commende[modifier | modifier le code]

Prospère jusqu'au XVIe siècle, l'Abbaye devient alors Royale sous le régime de la commende en 1534. Commence pour elle une période de déchéance qui s'achève au XVIIIe siècle par l'arrivée à sa tête en 1683 de l'abbé Philippe Alexandre Montault-Navaille de Saint-Genies qui reprend en main l'abbaye ruinée. Elle redevient alors prospère pour environ un demi-siècle. Plusieurs de ses abbés sont alors issus de la Famille de Rougé et du Plessis-Bellière, une ancienne famille bretonne.

Destructions révolutionnaires[modifier | modifier le code]

Façade du logis abbatial ruiné.

À la Révolution française de 1789 les 4 derniers moines de l'abbaye de Bon Repos fuient vers l'Angleterre et laissent l'abbaye à l’abandon. Cette date marque la fin de la vie monastique au sein de cette dernière. En 1791 un inventaire est réalisé dans l'abbaye par les révolutionnaires, puis elle est vendue comme bien national, et achetée par un tisserand révolutionnaire, maire de Rostrenen, Julien Le Bris, qui y installera une manufacture de textile. Ce n'est qu'en 1796 qu'elle sera pillée - et non brûlée - par les chouans qui l'occuperont à plusieurs reprises comme caserne ou du moins comme refuge exceptionnel.

Elle servit ensuite d'abris aux constructeurs du canal de Nantes à Brest, puis tomba pour de longues années à l'abandon.

Restaurations[modifier | modifier le code]

Ruines du pigeonnier et à l’arrière-plan, gradins accueillant les spectateurs du spectacle.

L'abbaye n'était plus qu'à l'état de ruines quand en 1986, l'association des Compagnons de l'abbaye de Bon-Repos a entrepris un long travail qui a porté ses fruits avec la rénovation totale de l'angle sud-est de l'abbaye qui est désormais ouverte au public. Ces travaux sont financés localement dans un premier temps par des dons, et par la suite, par le Fonds européen de développement économique et régional (FEDER) à hauteur de 75%, l’État français, le Conseil Régional, le Conseil Général et les collectivités territoriales.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

Chaque été, depuis 1987, elle est le théâtre d'un spectacle de son et lumière. Une fresque historique qui, deux heures durant, occupe une scène de deux hectares avec, en toile de fond, la façade de l'Abbaye. Pour ses trente ans le spectacle a fait peau neuve en 2017.

"Alors vous, en habit du passé. Vous, hommes et femmes de maintenant. Et vous, gens de bonne volonté. Debout. Debout pierres qui ce soir ont comptées. Comme le Phénix renaissant de ses cendres, voici Bon-Repos !" (extrait du spectacle).

Sport[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Bon Repos est le site de départ et d'arrivée du trail de Guerlédan depuis 1998.

L'abbaye de Bon Repos lors du trail de Guerlédan

Gestion[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, l'abbaye est une propriété du conseil départemental, l'abbaye étant toujours gérée par l'association des compagnons.

Abbés de Notre-Dame de Bon-Repos[modifier | modifier le code]

Entre sa fondation en 1184 et 1790, l'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos eut à sa tête 38 abbés dont 18 commendataires.

Abbés réguliers[modifier | modifier le code]

  • 1. Lucas décédé entre 1184 et 1195
  • 2. Gauthier décédé avant 1207
  • 3. Guillaume Ier 1210
  • 4. Richard mort vers 1212/1213
  • 5. Geoffroi 1221-1231
  • 6. Valtus 1238
  • 7. Guillaume II 1246
  • 8. Riwallon Ier 1248-1288
  • 9. Auffroi 1323-1330
  • 10. Riwallon II 1330-1356
  • 11. Henri Ier David 1356-1362
  • 12. Guillaume III de Quemper 1362-1381
  • 13. Yves Ier de Quemper 1392-1410
  • 14. Yves II Malescot 1424-1443
  • 15. Henri II le Barbu cité 1451 résigne 1464
  • 16. Alain de Penguily 31 mai 1465 résigne 1483
  • 17. Henri III de Boisberthelot 1484 mort en 1502
  • 18. Yves III Loret 1501
  • 19. Guillaume IV Le Feuvre 1505-1507
  • 20. Hervé de Lannion 1524 mort en 1534

Abbés commendataires[modifier | modifier le code]

  • 21. Renaud Bouchetel 1534-1536
    • Guillaume de Cacé élu par les religieux
  • 22. Guillaume V Lateranus de La Cosse 1537 mort en 1562
    • Jean du Quellenec élu par les religieux
  • 23. Jean Ier Rousselet 1563 mort 1579
  • 24. François Ier Le Ny 1579 résigne en 1606
  • 25. Antoine de Morri de La Vallière 1606
  • 26. Guillaume VI de Peyrat 1609
  • 27. Michel Ier Le Roy nommé ne prend pas possession.
  • 28. Claude Ier de Guillier 1620-1628
  • 29. Claude II de Guillier 1625 mort en 1646
  • 30. Michel II Mazarin 1646 mort en 1648
  • 31. Olivier Ier Luzenac 1653
  • 32. Olivier II Le Barbu 1656-1669
  • 33. Henri-François Ier de Rougé du Plessis-Bellière 1669 (voir Famille de Rougé)
  • 34. Charles Nicolas de Rougé du Plessis-Bellière
  • 35. Philippe-Alexandre de Montault de Beynac de Navailles 1685 mort en 1734
  • 36. Jacques David du Menou 1734 mort le
  • 37. François II Allaire 1761 mort en 1776
  • 38. Jean II Alain Colin de La Biochaye 1776 dépouillé en 1790 émigre à Jersey où il meurt en 1796. Il était auparavant abbé de l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet sous le nom de Jean-Hyacinthe Collin de la Biochaye, fils de François Collin, Sg de la Biochaye, Président au Parlement de Bretagne. Il fut Chanoine et archidiacre de Dol et Portion et également Chantre et Vicaire général de Dol, chanoine de Saint-Malo. Il résigna le Tronchet en 1776.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Floquet, Au cœur de l'Arcoat Éditions France-Empire Paris (1982) (ISBN 978-2-7048-0034-6)
  • Charles Floquet-Gilles Rihouay, Abbaye de Bon Repos, Naissance et Renaissance Éditions des montagnes noires. (ISBN 978-2-913953-20-8)
  • Patrick Huchet, L'Abbaye de Bon Repos Éditions Ouest-France 2009 (ISBN 978-2-7373-4799-3)
  • François Moal, Bon repos : une Abbaye pour la paix Éditions Keltia Graphic (1994) (ISBN 978-2-906992-26-9)
  • Gérard Danet, Châteaux et abbayes du Moyen Âge en Côtes d'Armor Éditions Ouest-France (ISBN 978-2-7373-4756-6)
  • Marc Déceneux, La route des abbayes en Bretagne Éditions Ouest-France (ISBN 978-2-7373-3222-7)
  • Biennale des Abbayes Bretonnes, Les Abbayes Bretonnes Le Sarment Éditeur Fayard Paris (1983) (ISBN 978-2-213-01313-8) pages 417 à 427.
  • Abbé Tresvaux, L'Église de Bretagne depuis les commencements jusqu'à nos jours Éditions Méquignon Junior (1839)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 164 & 165.
  2. a et b Notice no PA00089615, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Bonrepos », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 30 juillet 2015).