Abbécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbécourt
Abbécourt
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère
Maire
Mandat
René Pâris
2020-2026
Code postal 02300
Code commune 02001
Démographie
Gentilé Abbécourtois
Population
municipale
502 hab. (2019 en diminution de 4,38 % par rapport à 2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 47″ nord, 3° 10′ 50″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 64 m
Superficie 5,96 km2
Aire d'attraction Chauny
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chauny
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Abbécourt
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Abbécourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abbécourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abbécourt

Abbécourt est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

La commune d'Abbécourt se situe dans le canton de Chauny à 5,5 km du chef-lieu du canton par la route. Elle se situe à 2,1 km de la commune la plus proche qui est Ognes en orthodromie. Elle se situe à 3,6 km du chef-lieu de canton et à 32,2 km à vol d'oiseau de la préfecture du département. Par rapport à Paris, la commune est à 101,7 km à vol d'oiseau[1].

Communes limitrophes d’Abbécourt
Neuflieux Ognes
Marest-Dampcourt Abbécourt
Manicamp Bichancourt

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Abbécourt se situe dans le Bassin parisien. Le sous-sol de la commune date surtout du Crétacé supérieur, lorsque le bassin parisien était recouvert d'eau de mer. L'altitude de la commune varie de 38 mètres à 64 mètres d'altitude, avec une moyenne de 45 mètres d'altitude. Le risque sismique est très faible.

Délimitation et hydrographie[modifier | modifier le code]

Ecluse d'Abbécourt, début du canal de l'Oise à l'Aisne.

Le territoire de la commune est délimité, en grande partie, par des rivières : à l'ouest, par le ru de Vigny, au sud, par le ru de Pontoise et par l'Oise. D'autres cours d'eau traversent la commune, le Brouage et le canal latéral à l'Oise. La commune se situe sur le bassin versant de la Seine.

Climat[modifier | modifier le code]

Abbécourt comme toute l'ancienne région Picardie est soumis à un climat océanique dégradé. Le relevé climatique est proche de celui de Saint-Quentin, qui se situe à 29,2 km en vol d'oiseau.

Relevés d'Abbécourt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0,4 2,2 4,2 7,6 10,3 11,9 11,8 9,8 7 3 0,9 5,8
Température moyenne (°C) 2,3 3,4 5,8 8,6 12,3 15,2 17,1 17,1 14,6 10,8 5,9 3,2 9,7
Température maximale moyenne (°C) 4,6 6,3 9,4 13 17 20,1 22,3 22,3 19,4 14,7 8,7 5,6 13,6
Précipitations (mm) 57,1 47,5 57,1 50,2 63 66,2 59,5 51,6 56,7 59,1 68,1 61,1 697,1
Source : Infoclimat : Saint-Quentin (1961-1990)[2]


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Abbécourt est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chauny, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 23 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,1 %), prairies (23,4 %), forêts (10,1 %), zones urbanisées (7,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Voie de communication et de transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Entrée d'Abbécourt.

La D 1032 qui relie Noyon à Chauny passe au nord de la commune et elle ne traverse pas le village, qui est relié à la D 1032 par la D 437. Une route dénommée D 922 permet de relier Abbécourt à Quierzy en passant par Manicamp. L'autoroute la plus proche est l'A26, située à 28,5 km de la commune.

Transports[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare.

La commune est traversée par la ligne de Creil à Jeumont. La gare la plus proche qui dessert la commune est celle de Chauny mais auparavant, une gare desservait la commune ; la commune est desservie par le t.a.c (transport agglomération chaunoise).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Abecurt en 1151[10] (charte de l'abbaye de Prémontré); Abbécourt en 1711; Abbecourt vers 1750 (carte de Cassini); Abbécourt au XIXe siècle[11].

Il s'agit d'une formation en -court, caractéristique du haut Moyen Âge et du Nord de la France. Le mot court (curt, cort en ancien français) avait autrefois le sens de « cour de ferme, ferme, domaine rural » (parallèle au mot germanique hof cf. allemand Hof « cour, ferme »). Il est issu du bas latin cōrtem[12], comprendre gallo-roman CŌRTE, issus du latin classique cohors, cohortis. Le mot cour qui en procède, a une orthographe différente par analogie avec le latin curia, voir cependant courtois.

Il est généralement précédé d'un nom de personne germanique au cas régime, mais ici ce n'est pas le cas comme le montrent les formes anciennes : il s'agit du bas latin abbas[12], abbatis « abbé », comprendre gallo-roman ABBATE qui a régulièrement donné le français abbé. Le sens global du toponyme est « domaine rural de l'abbé ». Par contre, le nom de personne germanique Abbo aurait donné Abbon-, Aban- au cas régime, comme dans certains Abancourt de Picardie et de Normandie dont Abancourt (Seine-Maritime, Abencourt vers 1240).

Homonymie avec Abbecourt (Oise, Abattis curtis en 1224)[12].

Remarque : Ce village, d'après la tradition, devrait son origine et son nom à une ferme bâtie par un abbé de Saint-Médard de Soissons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La commune doit son origine à un abbé de l'abbaye Saint-Médard de Soissons qui a donné son nom à une ferme, située dans l'actuelle commune. Les premiers renseignements historiques de la commune ne datent que du IXe siècle.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La commune formait une seigneurie avec son propre château et ses seigneurs du lieu sur son territoire où vivaient ses seigneurs d'où le don d'Isabelle, dame d'Abbécourt, en 1265 d'un muid de blé de rente à percevoir sur le moulin et la seigneurie aux religieux de l'abbaye Sainte-Élisabeth de Genlis, qui se situe actuellement à Villequier-Aumont. En 1405, la seigneurie est achetée par le seigneur de Genlis, Jean de Hangest. En 1457, la région connait un épisode de peste puis, en 1471, un épisode de famine.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1579, le seigneur de Crosne, Pierre Brûlart de Genlis (1535-1608), dit le « Capitaine de Crosne », achète la terre d'Abbécourt au seigneur de Genlis. En 1581, un terrier d'Abbécourt est dressé grâce à des lettres accordées par le roi et le secrétaire d'État. Lors des épisodes de la Fronde, le village est pillé par les Espagnols lors du siège de Chauny en 1652. Abbécourt est de nouveau rattachée au marquisat de Genlis en 1645 mais elle est séparée de nouveau en 1685 où elle a relevé de l'abbaye de Saint-Médard. En 1736, elle est rentrée définitivement dans le domaine du marquisat de Genlis jusqu'à la Révolution. Ce marquisat devient le duché de Villequier-Aumont en 1774. À la veille de la Révolution, l'actuelle commune fait partie de l'intendance de Soissons de la subdélégation et du bailliage de Chauny. La paroisse d'Abbécourt est quant à elle rattachée à l’évêché de Noyon.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution, Abbécourt est devenu une commune indépendante relevant du district de Chauny et du canton du même nom. Lors de la campagne de France en 1814, les troupes prussiennes de Bülow ont traversé la commune, en pillant les habitations, et pour contrer le mouvement offensif de Napoléon Ier. Lors de la guerre franco-allemande de 1870, le village est occupé par les Allemands.

La Première Guerre mondiale a laissé un impact important sur Abbécourt, le village est occupé dès le par les Allemands qui mettent en place un administrateur communal qui les représente et un nouveau maire. Face à l'avancée des troupes britanniques, les Allemands ont détruit le village le dans leur repli jusqu'au front Hindenbourg. Lors de l'offensive allemande de , Abbécourt est de nouveau occupé le avant la contre-offensive alliée, le village est définitivement libéré le . À la suite de la guerre et de sa destruction, la commune a reçu la croix de guerre par arrêté du .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

À la suite des élections municipales de 2014, le conseil municipal d'Abbécourt est composé de 11 conseillers municipaux dont le maire de la commune. Ce nombre de conseiller est défini par les résultats du recensement de 2011 où la commune comptait 447 habitants. Le maire sortant, René Paris, est réélu à la suite de ces élections.

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 N. Béguin[13]    
mars 1983 En cours
(au 12 mai 2014)
René Pâris DVD Réélu pour le mandat 2020-2026[14],[15]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Sur le plan judiciaire, Abbécourt est rattachée à divers échelons judiciaires. Pour le commerce, la commune dépend du tribunal de commerce de Saint-Quentin. Abbécourt fait partie de la zone de compétences des tribunaux d'enfance, d'instance et de grand instance de Laon et les appels s'effectuent au tribunal d'Amiens. Dans le domaine administratif, elle est rattachée au tribunal d'Amiens mais les appels dans ce domaine se déroulent au tribunal de Douai. Le Conseil de prud'hommes dont la commune dépend est celui de Laon.

Sur le plan administratif, la commune est intégrée dans le canton de Chauny, rattaché à l'arrondissement de Laon. Elle fait partie comme 22 autres communes de la communauté de communes Chauny-Tergnier.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2019, Abbécourt vote légèrement plus que la moyenne (53, 55% de participation contre 50,12%). Le Rassemblement National arrive en tête avec 55,61% des voix et 109 suffrages dans cette ville où, lors du second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen avait obtenu 72% des voix. La République en Marche arrive derrière avec 10,20% des suffrages, score national 22,41%. La France insoumise et Europe-Ecologie-Les-Verts arrivent eux-æquo avec 5, 61% contre respectivement 6,31% et 13,48% au niveau national. Les autres partis y obtiennent moins de 5%[16].

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[17] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 3 0,97
Marine Le Pen (FN) 122 39,61
Nicolas Sarkozy (UMP) 76 24,68 158 55,83
Jean-Luc Mélenchon (FG) 22 7,14
Philippe Poutou (NPA) 3 0,97
Nathalie Arthaud (LO) 7 2,27
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 15 4,87
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 6 1,95
François Hollande (PS) 54 17,53 125 44,17
Inscrits 386 100,00 386 100,00
Abstentions 76 19,69 77 19,95
Votants 310 80,31 309 80,05
Blancs et nuls 2 0,65 26 8,41
Exprimés 308 99,35 283 91,59

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[18] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 5,32 16
Marine Le Pen (FN) 47,51 143 72,00 198
Emmanuel Macron (EM) 11,30 34 28,00 77
Benoît Hamon (PS) 2,99 9
Nathalie Arthaud (LO) 0,00 0
Philippe Poutou (NPA) 1,66 5
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 1,33 4
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 16,94 51
François Asselineau (UPR) 0,33 1
François Fillon (LR) 12,62 38
Inscrits 393 100,00 393 100,00
Abstentions 78 19,85 87 22,14
Votants 315 80,15 306 77,86
Blancs 0 0,00 24 7,84
Nuls 14 4,44 7 2,29
Exprimés 301 95,56 275 89,87

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

Une école primaire publique est présente dans la commune. Cette école compte 34 élèves pour l'année scolaire 2011-2012 selon le site du ministère de l'Éducation nationale[19].

Pour l'enseignement secondaire, les élèves d'Abbécourt se rendent essentiellement dans les collèges et lycées de Chauny. Ils ont la possibilité de s'orienter vers des établissements publics ou privés. Le seul établissement scolaire privé de Chauny est le collège-lycée Saint-Charles. Dans le public, on compte deux collèges et deux lycées. Pour l'enseignement dans les lycées professionnels, les élèves font leur scolarité soit au lycée professionnel Gay-Lussac, soit au lycée privé professionnel Saint-Charles. Il y a aussi, à Chauny, un lycée privé agricole Robert-Schumann.

Santé[modifier | modifier le code]

Sur le plan médical, il n'existe aucun service présent dans la commune mais la proximité avec la ville de Chauny, qui est à 5,5 km d'Abbécourt, permet aux Abbécourtois d'effectuer des consultations médicales par des médecins spécialistes ou des médecins, d'aller à la pharmacie. Un centre hospitalier est aussi présent à Chauny.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Abbécourtois[20].

Évolution[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2019, la commune comptait 502 habitants[Note 3], en diminution de 4,38 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484554564594685662661720680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
660657692653654635669640663
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
650615591438544510427476510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
558512468471467447472474528
2015 2019 - - - - - - -
497502-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,4 % la même année, alors qu'il est de 26,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 251 hommes pour 249 femmes, soit un taux de 50,2 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,74 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,8 
4,3 
75-89 ans
7,6 
13,4 
60-74 ans
14,7 
23,6 
45-59 ans
20,3 
22,0 
30-44 ans
21,5 
15,4 
15-29 ans
15,1 
21,3 
0-14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Aisne en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
6,4 
75-89 ans
9,6 
17,4 
60-74 ans
17,9 
20,5 
45-59 ans
19,7 
18,2 
30-44 ans
17,6 
17,1 
15-29 ans
15,5 
19,8 
0-14 ans
18 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu tous les 4es dimanches de juin. Cela est dû à la proximité avec le , jour de la Saint-Jean-Baptiste, saint patron de l'église de la commune. Une brocante a aussi lieu tous les premiers dimanches d'octobre.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est pratiqué à Abbécourt en relation avec l'église Saint-Jean-Baptiste. Au niveau de ce culte, Abbécourt appartient au diocèse catholique de Soissons, Laon et Saint-Quentin, lui-même subdivision de la province ecclésiastique de Reims.

L'église de la commune fait partie de la paroisse Saint-Momble-en-Chaunois.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 961 euros, c'est environ 34 000 euros de moins que la commune située au 1er des ménages en métropole[27].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Industries présentes sur le territoire de la commune :

  • menuiserie ;
  • métallurgie ;
  • serrurerie ;
  • électricien ;
  • carreleur ;
  • garagiste.

Les petits commerces de proximité ont disparu.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance d'orthodromie d'Abbécourt
  2. Archives climatologiques mensuelles - Saint-Quentin (1961-1990), consulté le 04 mars 2012.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 1a.
  11. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la direction du Comité des travaux historiques » Accès libre, sur Gallica, (consulté le ).
  12. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  13. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Reims, Matot-Braine, 1879, p. 240.
  14. « Abbécourt : et de trois pour René Pâris », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Élu, René Pâris fustige le corbeau qui a troublé la campagne d'Abbécourt », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Doyen des maires du canton, René Pâris, a été élu à l'unanimité maire d'Abbécourt ce mardi  ».
  16. « Abbécourt : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le )
  17. Ministère de l'Intérieur - Aisne (Picardie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abbécourt » (consulté le )
  18. Ministère de l'Intérieur - Aisne (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abbécourt » (consulté le )
  19. École primaire d'Abbécourt sur le site du ministère de l'Intérieur
  20. « Nom des habitants des communes françaises, Abbécourt », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Abbécourt (02001) », (consulté le ).
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Aisne (02) », (consulté le ).
  27. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'INSEE (consulté le )