Abū Hāshīm al-Jubbā'ī

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abû Hâshim 'Abd al-Salâm ibn Abî 'Alî Muhammad al-Jubbâ'î ibn 'Abd al-Wahhâb (né en 280 à Bassorah, mort en 933 à Bagdad) était un théologien mu'tazile du Xème siècle, particulièrement connu pour être le fondateur de l'école de théologie Bahshamite (en)[1]. Il est par ailleurs le fils d'Abu 'Ali al-Jubbâ'i[HPI 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Abû Hâshim 'Abd al-Salâm ibn Abî 'Alî Muhammad al-Jubbâ'î ibn 'Abd al-Wahhâb, est né, d'après ce qu'il dit lui-même[2], en 277 de l'Hégire (soit vers 890), à Bassorah. Il arrive en 314 de l'Hégire (vers 926) afin de fuir la pauvreté de Bassorah[3]. Il resta ensuite à Bagdad jusqu'à la fin de sa vie[2],[HPI 1].

Formation[modifier | modifier le code]

Activité[modifier | modifier le code]

Ses disciples[modifier | modifier le code]

Abû Hâshim eut beaucoup de disciples, dont quelques-uns sont mentionnés par Ibn al-Murtadâ[HPI 2] :

  • Abû 'Alî ibn Khallâd
  • Abû 'Abdullâh al-Husain ibn 'Alî al-Basrî, le plus fameux de ses disciples, qui fut d'abord disciple d'Abu 'Alî ibn Khallâd,et ensuite d'Abû Hâshim lui-même. "Par son assiduité et sa persévérance, il atteignit ce que les autres disciples d'Abu Hâshim n'ont pas atteint"[4],[HPI 2].
  • Abû Ishâq al-'Ayyâsh.
  • Abû al-Qâsim al-Sîrâfî.
  • Abû 'Umrân al-Sîrâfî, qui fut d'abord le disciple d'Abû Hâshim, pour être ensuite celui d'Abû Bakr al-Ikhshîd.
  • Abû al-Husain al-Azraq, qui fût l'élève d'Abu Hashim dans le Kâlam.
  • Abû al-Husayn al-Tawâ'ifî al-Baghdâdî.
  • Sa propre soeur, qui était excellente prosélyte.
  • Ahmad ibn Abî Hâshim, un des fils d'Abû Hâshim.
  • Abu al-Hasan ibn al-Nujaih, de Baghdâd. Il fut d'abord disciple d'Abû Ishâq ibn 'Ayyâsh, puis d'Abû Hâshim à Baghdâd.
  • Abû Bakr al-Bukhâri, qui fût disciple d'Abû Hâshim en théologie.
  • Abû Muhammad al-'Abdakî.

Mort[modifier | modifier le code]

Abû Hâshim mourut en 933 à Bagdad. Il fut enterré dans le cimetière d'al-Bustân, dans la partie de la ville à l'est. Il serait mort à l'âge de quarante-six ans, huit mois et 21 jours[HPI 3],[2],[5],[3],[6].

Pensée[modifier | modifier le code]

Théorie des modes[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Selon Ibn al-Nadîm[7], Abu Hashim aurait écrit[HPI 3] :

  • Al-Jâmi' al-kabîr
  • Al-Abwâb al-kabîr
  • Al-Abwâb al-saghîr
  • Al-Insân
  • Al-'IWad
  • Al-masâ'il al-'askaryyât
  • Al-Naqd 'âla Aristâtâlîs fi "al kawn wa al-fasâd"
  • Al-ijtihâd
  • Istihqâq al-dhamm
  • Al-Baghdâdyyât. Livre qu'il aurait écrit pour réfuter les opinions des mu'taziles bagdadiens.

Références[modifier | modifier le code]

Références principales[modifier | modifier le code]

ʻAbd al-Raḥmān Badawī, Histoire de la philosophie Islamique, Paris, Vrin, 1972, 886 p. (lire en ligne)

  1. a et b p. 166
  2. a et b p. 170
  3. a et b p. 167

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Al-Jubba'i (trad. Daniel Gimaret, préf. Daniel Gimaret), Une lecture mu'tazilite du Coran, Peeters, 1994, 890 p. (ISBN 978-90-6831-611-7), p. 11
  2. a b et c Al-Khatîb al-Baghdâdî, Târikh Baghdâd, t. XI, p. 55, n°5735.
  3. a et b Ibn al-Nadîm, al-Fihrist, p. 261, Le Caire
  4. Al-Murtada, Tabaqât al-mu'tazilah.
  5. Ibn Khillikân : Wafayât al-A'yân, II, p. 355, n. 356, Le Caire, 1948
  6. Ibn al-Qiftî, Inbâh al-ruuvâh 'alâ anbâh al-nuhâh, III, p. 97-98, Le Caire, 1955
  7. Ibn al-Nadîm, al-Fihrist.

Voir aussi[modifier | modifier le code]