Aaron Schock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aaron Schock
Photo officielle du représentant Aaron Schock
Photo officielle du représentant Aaron Schock
Fonctions
Représentant du 18e district de l'Illinois

(6 ans 4 mois et 28 jours)
Prédécesseur Ray LaHood
Successeur Darin LaHood (en)
Biographie
Nom de naissance Aaron Jon Schock
Date de naissance (35 ans)
Lieu de naissance Morris, Minnesota
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université Bradley[1]
Religion Baptiste[1]
Résidence Peoria[1]

Aaron Jon Schock (né le 28 mai 1981 à Morris) est un homme politique américain, membre du parti républicain. Il représente le dix-huitième district de l'Illinois à la Chambre des représentants des États-Unis de 2009 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts, ses études[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Aaron Schock est élu à 19 ans au sein de la commission scolaire (school board) de Peoria, dont il prend la présidence à 23 ans. Il est ensuite élu à la Chambre des représentants de l'Illinois pour deux mandats[2].

Il est élu à Chambre des représentants des États-Unis en novembre 2008 avec 58,9 % des voix[1]. Le 3 janvier 2009, il succède à Ray LaHood nommé Secrétaire aux Transports des États-Unis. À 27 ans, Aaron Schock devient le plus jeune membre de la Chambre. Il est largement réélu en 2010 (69,1 % des suffrages), 2012 (74,2 %) et 2014 (74,7 %)[1].

Dès le début de son mandat, Schock fait l'objet d'une couverture médiatique importante, en raison de son physique et de son jeune âge[3]. Il fait notamment la une du magazine Men's Health torse nu[4]. Se voyant reprocher d'être davantage connu pour ses publications Instagram que pour son travail de parlementaire[5], Schock se justifie : « si vous voulez faire changer les gens d'avis ou faire en sorte que quelqu'un vote pour vous, un électeur ou un collègue, vous devez d'abord avoir leur attention »[6],[7]. Cette notoriété lui permet notamment de devenir un important leveur de fonds pour le Parti républicain[7].

En février 2015, alors considéré comme une étoile montante du Grand Old Party, Schock est accusé d'avoir utilisé des fonds publics, à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de dollars, pour redécorer son bureau en hommage à la série télévisée Downton Abbey[8]. Dans les semaines qui suivent, il est soupçonné d'utiliser son compte public pour effectuer des voyages sur des avions appartenant à certains de ses donateurs ou pour assister à des concerts[9]. Le 17 mars 2015, Schock annonce sa démission de son mandat de représentant, prenant effet le 31 mars[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Rep. Aaron Schock (R-Ill.) », 2014 Member Profile Page, sur RollCall.com (consulté le 19 juillet 2016).
  2. (en) Randy James, « The First Gen Y Congressman », sur Time,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  3. (en) James Oliphant, « Aaron Schock, GOP's fresh face, mixes TMZ and House committees », sur The Los Angeles Times,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  4. (en) Stephen Perrine, « The Ripped Representative », sur Men's Health,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  5. (en) Lynn Sweet, « Inside the fall of Aaron Schock », sur Chicago Sun Times,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  6. « If you want to change people's minds or get someone to vote for you, either a voter or a colleague, you've got to first get their attention ».
  7. a et b (en) Jessica Brady, « Rep. Aaron Schock Looks to Build Political Profile », sur Roll Call,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  8. (en) Paul Singer, « Taxpayers pay thousands for Rep. Schock's renovations », sur USA Today,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  9. (en) Jack Gillum et Stephen Braun, « Aaron Schock under increased scrutiny », sur US News & World Report,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  10. (en) Jake Sherman, Anna Palmer et John Bresnahan, « Schock resigns », sur Politico,‎ (consulté le 18 juillet 2016).
  11. Emilie Geffray, « Un politique démissionne après avoir redécoré son bureau sur le modèle de Downton Abbey », sur Le Figaro TV,‎ (consulté le 18 juillet 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]