Aari (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Ari (langue).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aari (homonymie).

Aari
ʔaːrí
Pays Éthiopie
Nombre de locuteurs 298 300 (2007)[1]
Typologie SOV[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 aiw
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF aiw
WALS aar
Glottolog aari1239

L'aari (autonyme, ʔaːrí) est une langue afro-asiatique de la branche des langues omotiques parlée par les Aari dans la zone Debub Omo de la Région des nations, nationalités et peuples du Sud d'Éthiopie.

Nom[modifier | modifier le code]

L'aari est aussi appelé aarai, ara, ari, aro, et de manière péjorative shankilla, shankilligna ou shankillinya[1].

Classification[modifier | modifier le code]

L'aari est classé parmi les langues couchitiques occidentales, un sous-groupe aussi appelé omotique. Les langues omotiques sont considérées par certains linguistiques comme étant une branche des langues afro-asiatiques et non comme appartenant au couchitique.

La langue fait partie du sous-groupe de l'omotique méridional, avec le continuum linguistique hamer (en).

Utilisation[modifier | modifier le code]

En 2007, l'aari est parlé par 298 300 personnes, dont 285 000 comme langue maternelle et 13 300 comme langue seconde. Il y aurait environ 129 000 monolingues[1].

Il est utilisé par des gens de tous âges, surtout à la maison et au marché. Ses locuteurs utilisent parfois également l'amharique. Certains locuteurs du dime s'en servent comme langue seconde[1].

Dialectes[modifier | modifier le code]

L'aari possède les dialectes du bako (baco), biyo (bio), laydo, seyki, shangama, sido, wubahamer (ubamer) et du zeddo

Alphabet[modifier | modifier le code]

L'aari peut s'écrire avec l'alphasyllabaire guèze (alphabet éthiopien) ou l'alphabet latin[1].

Phonologie[modifier | modifier le code]

Les tableaux montrent la phonologie de l'aari : les consonnes[2] et les voyelles[3].

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieure Centrale Postérieure
Fermée i [i] u [u]
Moyenne e [ɛ] o [ɔ]
Ouverte a [a]

Consonnes[modifier | modifier le code]

Bilabiales Alvéol.[4] Dorsales Glottales
Palatales Vélaires Uvulaires
Occlusives Sourdes t [t] k [k] q [q] ʔ [ʔ]
Sonores b [b] d [d] g [g]
Implosives p’ [ƥ] d’ [ɗ]
Fricatives Sourdes f [f] s [s] š [ʃ] h [h]
Sonores z [z] ž [ʑ][5]
Affriquée Sourdes ts [t͡s] č [t͡ʃ]
Sonores dʒ [d͡ʑ][5]
Éjectives ts’ [t͡sʰ’] č’ [t͡ʃ’]
Nasales m [m] n [n]
liquides l [l]
roulées r [r]
Semi-voyelle w [w] y [j]

Allophones[modifier | modifier le code]

L'uvulaire [q] est fricativisée, entre deux voyelles, par exemple ʃóχa ou, ʃóʁa ou ʃóqa, corne[6]. À l'initiale elle peut être [q͡χ]. La nasale [n] s'assimile à la consonne suivante et peut être dentale, alvéolaire, palatalo-alvéolaire ou uvulaire[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Ethnologue [aiw].
  2. Hayward 1990, p. 429.
  3. Hayward 1990, p. 433.
  4. Et dentales.
  5. a et b La valeur de ces phonèmes n'est pas sûre. Hayward les transcrit [ζ] et [dζ] (Hayward 1990, p. 429).
  6. Hayward 1990, p. 430.
  7. Hayward 1990, p. 431.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard J. Hayward, « Notes on the Aari Language », dans Omotic Language Studies, Taylor & Francis, , 639 p. (ISBN 0728601664 et 9780728601666, lire en ligne), p. 425-493
  • (en) Tsuge Yochi, « On the Consonant Correspondences of South Omotic Languages », Senri Ethnological Studies, vol. 43,‎ , p. 163-188 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]