ANRS (France Recherche Nord & Sud Sida-hiv Hépatites)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ANRS - France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites virales
Image illustrative de l'article ANRS (France Recherche Nord & Sud Sida-hiv Hépatites)

Création 1988
Type Agence autonome de l'INSERM
Domaine Recherche scientifique sur le VIH et les hépatites
Siège 101 rue de Tolbiac, Paris
Drapeau de la France France
Langue Français
Budget ~ 50 millions d'euros
Directeur François Dabis
Organisations affiliées Ministère de la Recherche
Ministère de la Santé
Site web http://www.anrs.fr

L’ANRS (France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites) a été créée en 1988.

Elle a pour mission de fédérer, coordonner, animer et financer la recherche publique sur le VIH et les hépatites virales. L’ANRS prône une approche de la recherche pluridisciplinaire : recherches fondamentale, clinique, vaccinale ou en sciences humaines et sociales qui s’étend en France, mais également dans les pays aux ressources limitées.

Agence autonome de l’INSERM depuis 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

L’ANRS a été créée en 1988 soit sept ans après la première description en 1981 d’un syndrome inconnu apparu aux États-Unis et cinq ans seulement après l’identification du VIH (virus de l’immunodéficience humaine) responsable du SIDA par une équipe de recherche française de l’institut pasteur[1].

Devant l’ampleur que prend l’épidémie, c’est dans un rapport rédigé à la demande du ministre de la santé de l’époque que le Pr. Claude Got préconise la mise en place de trois entités pour : la prise en charge des malades, de l’éthique et de la recherche en matière de sida qui seront respectivement : l’Agence française de lutte contre le sida, le Conseil national du sida et l’Agence nationale de recherches sur le sida[2].

C’est ainsi que l’ANRS voit le jour en novembre 1988.

Dès sa création, les missions de l’ANRS ont été de fédérer, coordonner, animer et financer l’ensemble de la recherche publique sur le sida.

1990 : ouverture du premier site de recherche ANRS en Afrique : au Sénégal.

Il existe maintenant des sites de recherche dans 8 pays du sud : au Brésil, Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Cameroun, Égypte, Cambodge et Vietnam.

En 1992, l’ANRS devient un groupement d’intérêt public (GIP) financé par l’état.

En 1999, face à l’ampleur de l’épidémie d’hépatites virales, les pouvoirs publics ont élargi la mission de l’ANRS à la recherche clinique sur les hépatites virales en France et dans les pays aux ressources limitées.

En 2005, l’ANRS a de nouveau vu son domaine d’intervention s’élargir puisqu’elle est alors chargée de coordonner et financer tous les secteurs scientifiques concernés par l’étude des hépatites virales, principalement les hépatites B et C.

L’ANRS est ainsi devenue l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales.

Au 1er janvier 2012, l’ANRS change de statut, de Groupement d’intérêt public (GIP), elle devient agence autonome de l’Inserm.

En 2013, l’ANRS renouvelle son identité avec la création d’un nouveau logo.

Thématiques de recherches[modifier | modifier le code]

L’ANRS aborde la recherche sur le VIH et les hépatites de manière pluridisciplinaire. Elle est organisée en services scientifiques dont les domaines de compétences portent sur :

La recherche fondamentale qui a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes de ces infections virales afin de développer des moyens de les contrer.

La recherche clinique, qui a pour but d’évaluer de nouvelles stratégies de traitement plus efficaces, plus simples et mieux tolérées.

La recherche en santé publique et en sciences humaines et sociales qui est destinée à améliorer les connaissances sur les dimensions sociales, économiques, psychologiques et culturelles des épidémies. Elle aide à la définition des stratégies de prévention et de prise en charge des personnes atteintes.

La recherche dans les pays du Sud qui concerne tous les domaines de recherche, du fondamental aux sciences sociales et de l’homme, avec comme finalité d’améliorer la prévention, la prise en charge, l’accès aux traitements, la connaissance des virus ainsi que les particularités des épidémies de sida et d’hépatites dans les différents contextes nationaux.

Enfin, le service de Pharmacovigilance qui assure l’évaluation et la surveillance continue de la sécurité des patients qui se prêtent aux recherches cliniques dont l’ANRS est promoteur[3].

La recherche vaccinale qui a pour objectif de mettre au point un vaccin préventif efficace contre les infections à VIH et VHC était également pris en charge par l'ANRS mais est maintenant confié au VRI (Vaccine Reaserch Institute)[4]

Organisation[modifier | modifier le code]

Un conseil d’orientation[modifier | modifier le code]

Depuis l’intégration de l’ANRS à l’Inserm en tant qu’agence autonome en 2012, un conseil d’orientation, composé de 15 membres, remplace l’ancien conseil d’administration. Il est chargé de faire de définir les grandes orientations stratégiques de l’ANRS, d'approuver ses actions, son budget et son bilan de gestion, et se prononce sur toute question relative au fonctionnement de l’Agence.

Un conseil scientifique[modifier | modifier le code]

Le conseil scientifique est constitué de 15 membres, personnalités scientifiques, et de 2 membres représentant le milieu associatif. Ces membres sont choisis soit pour leurs compétences scientifiques dans le domaine du VIH/sida et des hépatites, soit pour leur capacité à évaluer objectivement les actions menées à l'ANRS. Ils sont désignés par le directeur de l'Agence. Leur mandat est de quatre ans, renouvelable une fois. Le conseil exprime un avis sur les orientations scientifiques de l'ANRS, sur l'ensemble de ses actions, conduit une réflexion prospective et établit le bilan des travaux menés. Il se réunit autant de fois que nécessaire et au minimum une fois par an[5].

Directeurs[modifier | modifier le code]

1988 - 1998 : Jean-Paul Levy

1998 - 2005 : Michel Kazatchkine

2005 - 2017 : Jean-François Delfraissy

2017 -  : François Dabis

Partenariat[modifier | modifier le code]

Du fait des recherches sur le VIH et les hépatites virales qu'elle soutient dans le domaine de la recherche fondamentale, clinique et en prévention, ainsi que de son implication dans les pays du sud, l'ANRS a établi un dense réseau de partenaires en France, avec les organismes de recherche et les hôpitaux, et également avec la plupart des grandes organisations internationales spécialisées dans la recherche et la santé.

L’ANRS est également associée très étroitement aux associations de lutte contre le SIDA et les hépatites qui jouent un rôle essentiel dans la combat contre ces épidémies.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Barré-Sinoussi
  2. « FICHE QUESTION », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 24 mars 2017)
  3. « ANRS - Qui sommes-nous ? - Présentation de l'ANRS - L'ANRS et ses missions », sur anrs.fr (consulté le 24 mars 2017)
  4. (en) « Partenaires - VRI | Vaccine Research Institute », sur vaccine-research-institute.fr (consulté le 27 mars 2017)
  5. « ANRS - Qui sommes-nous ? - Organisation - Règlement intérieur », sur www.anrs.fr (consulté le 27 mars 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]