AN/FPS-117

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'AN/FPS-117 est un radar tridimensionnel à balayage électronique produit pour la première fois par GE Aerospace (maintenant Lockheed Martin) en 1980[1],[2].

Un radar de la Force aérienne royale australienne en 2007.

Le système consiste en un faisceau de crayons à mine en bande L, un émetteur à semi-conducteurs et un radar de recherche à interrogateur à balises de faible puissance (~ 20 kW), à longue portée (370463 kilomètres). La conception du système comprend une architecture redondante avec des opérations contrôlées et surveillées à distance par logiciel pour minimiser les besoins en personnel.

L'AN/FPS-117 est utilisé dans le cadre du Système d'alerte du Nord canado-américain, composé de radars couvrant toute l'Amérique du Nord, de l'Alaska (USA) au Labrador (Canada). Ce système d’alerte du Nord est conçu pour assurer la détection à long terme, la couverture radar en soutien aux opérations anti-drogues ainsi qu'assurer le commandement et le contrôle tactique.

La mise en œuvre du Système d’alerte du Nord a entraîné une réduction des dépenses d’exploitation et de maintenance de 50% comparées à celle des systèmes précédents. En raison de la position extrême nord de ces radars, la physique de la propagation des ondes radioélectriques dans la gamme de fréquences 1 2151 400 MHz est encore plus critique pour les exigences de détection de cible.

L'US Air Force et la FAA utilisent également un nombre limité de radars AN/FPS-117 sur le continent américain. Le radar AN/FPS-117 est capable de sauter de façon aléatoire parmi 18 canaux dans la bande 1 2151 400 MHz[3].

Initialement sélectionné pour le projet SEEK IGLOO du commandement aérien de l'Alaska, le radar a également été choisi pour remplacer le radar AN/FPS-67 de l'armée de l'air américaine sur l'aéroport Tempelhof de Berlin et a été mis en service en .

La version RRP-117 est un modèle qui est fourni à l'Allemagne avec une entrée offset de Siemens dans les applications sur site fixe.

En 2011, Lockheed Martin s'est vu attribuer un contrat de mise à niveau des radars afin de prolonger leur durée de vie opérationnelle jusqu'en 2025[4],[5].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lockheed Martin, « AN/FPS-117 LONG-RANGE AIR SURVEILLANCE RADARS » [PDF] (consulté le 13 octobre 2013)
  2. « AN/FPS-117 », Radomes (consulté le 5 septembre 2017)
  3. « AN/FPS Series », alternatewars.com (consulté le 13 octobre 2013)
  4. « "Lockheed Martin to Modernize 29 U.S. Air Force Early Warning Long-Range Surveillance Radars." »
  5. « https://web.archive.org/web/20111108155826/http://www.lockheedmartin.com/news/press_releases/2011/110711_LM_FPS-117.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Lockheed Martin, 7 November 2011.
  6. « "The Baltic Air Surveillance Network - BALTNET" » [archive du ] (consulté le 3 juin 2008)
  7. « Bundeswehr baut auf dem Flughafen Tempelhof (Bundeswehr is building at Tempelhof Airport) », Berliner Morgenpost, (consulté le 4 septembre 2017)
  8. « AN/FPS-117 Long Range Radar Upgrade », ASD News, (consulté le 2 septembre 2017)
  9. John Keller, « Lockheed Martin to continue project to upgrade AN/FPS-117 long-range surveillance radars », Military & Aerospace Electronics, (consulté le 2 septembre 2017)
  10. « RRP-117 “Seek Igloo” » (consulté le 14 septembre 2017)