AMREF Flying Doctors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AMREF Flying Doctors
African Medical and Research Foundation
Logo de l'organisation
Situation
Région Afrique de l'Est
Création
Type Aide humanitaire
Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale internationale
Siège Nairobi, Kenya
Langue Anglais
Organisation
Fondateurs Michael Wood
Archibald McIndoe
Tom Rees

Site web Amref.fr

L'AMREF Flying Doctors (African Medical and Research Foundation en Anglais; Association pour la médecine et la recherche en Afrique en Français) est la première ONG africaine de santé publique. L'organisation a été créée en 1957. Son siège se trouve à Nairobi, au Kenya. Elle compte environ 1400 salariés dont 97 % d'Africains.

Depuis 60 ans, l'AMREF se bat pour un accès équitable aux soins, avec une priorité donnée aux femmes et aux enfants. Elle déploie, à travers 35 pays, 162 programmes de santé qui viennent en aide chaque année à 9 millions de personnes, jusque dans les zones les plus isolées d’Afrique subsaharienne.

L'AMREF trouve ses origines dans les « Flying Doctors », une association de médecins qui parcourt l'Afrique de l'Est à bord d'avions ambulances pour apporter des soins aux populations les plus reculées.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1946, un chirurgien plasticien, Mac Indoe, découvre le Kenya et décide de s'y établir. Il revient deux ans plus tard, accompagné de deux autres chirurgiens plasticiens: Michael Wood (anglais) et Tom Rees (américain). Les trois hommes sont frappés par la pauvreté des populations isolées du Kenya et passent leurs vacances à opérer malgré l'infortune des villages de brousse.

Pendant toutes les années 1950, ils mettent en place le Service des Flying Doctors, convaincus que le seul moyen d'aller soigner les populations isolées est de les atteindre en avion. Wood achète et apprend à piloter un Piper PA-20 Pacer. De son côté, une femme médecin, Anne Spoerry, a également choisi l'avion pour aller soigner les populations isolées au nord de Nakuru. Lorsque Wood apprend son existence, il la contacte et lui propose de rejoindre l'équipe des Flying Doctors. Spoerry accepte de rejoindre ce groupe de médecins volontaires, qui a fondé sept ans auparavant l'AMREF. Elle pilotera pendant 35 ans pour aller au secours des malades les plus démunis.

Les médecins volants avaient un but : aller soigner les gens dans les coins les plus reculés de la brousse. Leur volonté d'apporter des soins aux plus démunis perdure et leur organisation est devenue la plus importante organisation sanitaire privée africaine à but non lucratif.

En 1978, Françoise Spoerry crée l'AMREF-France. Par ce geste, elle voulait faire connaître et faire durer les actions de sa sœur Anne Spoerry.

En 2005, la Fondation Gates a récompensé l'AMREF pour ses efforts dans le développement de la santé.

Zones d'intervention[modifier | modifier le code]

L'AMREF intervient dans les zones les plus défavorisées de 35 pays d'Afrique subsaharienne : Kenya, Tanzanie, Ouganda, Éthiopie, Soudan, Afrique du Sud, Sénégal, RCI, Guinée...

Les équipes de l'AMREF sont présentes dans ces pays et agissent en respectant les coutumes locales. Elles incitent les communautés à développer leurs capacités et à prendre en charge le développement de leur santé.

Domaines d'intervention[modifier | modifier le code]

4 priorités d'action de l'AMREF :

  • la santé de la mère et de l’enfant ;
  • la formation du personnel de santé;
  • l'assistance médico-chirurgicale;
  • l'accès à l’eau et l’assainissement.

Plusieurs domaines d'intervention sont considérés comme prioritaires :

Stratégie de l'AMREF[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, la nouvelle stratégie de l'AMREF s'applique à trouver les moyens de réduire le fossé entre les communautés et leur système de santé.

La philosophie de l'AMREF est de prendre en considération les besoins des communautés et de travailler avec elles pour qu'elles deviennent autonomes et responsables.

L'AMREF agit en partenariat avec les gouvernements, le secteur privé, les fondations, les instituts universitaires.

Liens externes[modifier | modifier le code]