Aït Atta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aït Atta (en tamazight ⴰⵢⵜ ⴰⵟⵟⴰ Ayt Atta) est une confédération berbère, répartie sur cinq provinces du Maroc central : Azilal, Ouarzazate, Zagora, Tinghir et Errachidia.

Origine et localisation[modifier | modifier le code]

Depuis des millénaires, les Aït Atta habitent le centre sud et le sud-est du Haut Atlas et de l'Anti-Atlas jusqu'aux confins algériens. Ils sont rattachés par les anthropologues aux confédérations parlant le Tamazight du Maroc central.

Ils sont organisés en confédération dont le fief est le djebel Saghro, au nord-est de l'oued Drâa. Ils élisent chaque année un amaghar, un chef, qui est responsable de gérer la communauté, de distribuer les ressources (notamment l'eau d'irrigation et les pâturages), de trancher les conflits et de rendre la justice avec les autres notables locaux (les imgharen-n-tqqebilt , c'est-à-dire les chefs (imgharen, pluriel d'amghar) de tribus (teqqebilt)).

Dans son ouvrage « Les Ait 'Atta du Sahara et la pacification du Haut Drâa », Georges Spillmann mentionne l'existence de cinq tribus (« cinq tentes ») composant la confédération : les Ait Ouallal, les Ait Ouahlim, les Ait Isfoul, les Ait Iazza et les Ait Ounbgi. Selon cet auteur, ces tribus se subdivisent elles-mêmes en sous-tribus habituellement appelées fractions, qui à leur tour se subdivisent en ighess, ce qui signifie en tamazight « l'os ou noyau », mais le sens exact est la « racine ». Cette structure socio-politique fonctionne de manière quasi démocratique.

L'identité historique des Aït Atta est liée à un personnage nommé Dadda — ou le grand-père Atta — considéré comme l'ancêtre commun et le père spirituel, en raison de ses relations avec le saint, Moulaye Abdallah Ben Hussein, fondateur de la zaouïa Amagharyine à Tameslouht.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parler des Ait Atta fait partie des langues berbères. Il a notamment été étudié par Ali Amaniss dans le dictionnaire Tamazight-Français (Parlers du Maroc Central).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]