Aïn El Ahnech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ain El-Hanech
la Source du Serpent
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Wilaya de Sétif
Coordonnées 36° 12′ 32″ nord, 5° 41′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Ain El-Hanech
Ain El-Hanech

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Ain El-Hanech
Ain El-Hanech
Histoire
Époque Pléistocène inférieur

Le gisement préhistorique d'Ain El-Hanech (la Source du Serpent, en français), daté d'environ 1,8 million d'années, est le plus vieux site connu d'occupation humaine en Afrique du Nord. Il s'agit d'un ancien lac, situé dans la commune de Guelta Zerka, à environ 7 km au nord-ouest d'El Eulma, dans la wilaya de Sétif, en Algérie[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le site d'Ain El-Hanech fut découvert en 1947 par le paléoanthropologue français Camille Arambourg (1885-1969), au cours de ses recherches à visée paléontologique de dépôts continentaux dans la région de Sétif[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Ce gisement a livré des ossements fossiles d'animaux du Pléistocène inférieur, associés à une industrie sur galets de type oldowayen[3]. La paléofaune comprend des éléphants, équidés, bovidés, suidés, hippopotames et rhinocéros[4]. Les galets taillés consistent en des polyèdres, subsphéroïdes et sphéroïdes à facettes, analogues à ceux trouvés sur les sites d'Olduvai, en Tanzanie. Ils ont été mis au jour dans une couche datée par paléomagnétisme de 1,8 million d'années[1],[5]. Il s'agit de galets façonnés en outils par une taille rudimentaire.

Paléoenvironnement[modifier | modifier le code]

Les vestiges de flore et de faune reflètent un milieu de plaine alluviale et de savane ouverte, avec une végétation de type C3, analogue à celle qui existe actuellement en région méditerranéenne.

Le site témoigne d'une occupation saisonnière sur les bords d'un ancien lac. De tels emplacements fournissaient la matière première en galets calcaires et nodules de silex pour fabriquer des outils, et l'opportunité de chasser des animaux venant s'abreuver[1].

Analyse[modifier | modifier le code]

Bien qu'aucun fossile humain n'ait été trouvé sur le site, l'ancienneté du gisement d'Ain El-Hanech illustre l'expansion précoce des premiers hommes vers l'Afrique du Nord, il y a au moins 1,8 million d'années[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Le gisement oldowayen d'Aïn El-Hanech », sur Setif.com, 1999-2018 (consulté le 25 septembre 2018)
  2. Camille Arambourg, 1947 et 1949a
  3. Camille Arambourg, 1949a et 1947d
  4. Camille Arambourg, 1970 et 1979
  5. Sahnouni, 1985, 1987, 1993
  6. Ginette Aumassip, L'Algérie des premiers hommes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 224 p. (ISBN 978-2-735-10932-6, lire en ligne), p. 37-44

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]