Aïn El Ahnech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les plus anciens vestiges préhistoriques du Maghreb ont été découverts dans l'ancien lac d'Aïn El Ahnech, dans la commune de Guelta Zerka, près d'El Eulma, dans la wilaya de Sétif, en Algérie.

Le site a été découvert en 1947 par Camille Arambourg.

Il s'agit essentiellement de galets transformés par une taille grossière en outils, dont des sphéroïdes à facettes, constituant l'un des éléments de ce que l'on nommait autrefois la pebble culture, outillage le plus archaïque de l'humanité, correspondant plus ou moins à l'Oldowayen. Chronologiquement, le site correspond à la période la plus ancienne du Paléolithique. Il témoigne de l'expansion des hominidés en Afrique du Nord environ 1,8 million d'années avant le présent[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ginette Aumassip, L'Algérie des premiers hommes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 224 p. (ISBN 978-2-735-10932-6, lire en ligne), p. 37-44.
  2. « Le gisement oldowayen d'Aïn El Ahnech », sur Setif.com, (consulté le 29 mai 2014).

Lien externe[modifier | modifier le code]