Aïcha Taymour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aïcha Taymour
Ayesha Al-Taymuriyya.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
عائشة التيموريةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Aḥmad Taymūr (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Mahmoud Taymour (en) (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata

Aïcha Taymour ou A'isha Taymur (en arabe : عائشة التيمورية), née au Caire en 1840, morte au Caire en 1902, est une femme de lettres et une féministe égyptienne.

Elle est une des femmes de lettres des années 1870 et 1880 dont les écrits, poésies, essais, et romans, célèbres à l'époque, témoignent de l'émergence d'une sensibilité féministe[1],[2]. Elle est notamment l'auteure de Miroir de la contemplation dans la situation (مرآة التأمل في الأمور), œuvre dans laquelle elle decrypte les rapports: hommes / femmes[1],[3],[4]. Elle est une des figures du féminisme de la Nahda[5].

Le cratère vénusien Al-Taymuriyya a été nommé en son honneur [6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Raḍwá ʻĀshūr et Ferial Jabouri Ghazoul, Arab Women Writers : A Critical Reference Guide, 1873-1999, American University in Cairo Press, , 526 p. (lire en ligne), p. 102-105
  2. Alain Roussillon et Fāṭimah al-Zahrāʼ Azruwīl, Être femme en Égypte, au Maroc et en Jordanie, Aux lieux d'être, , 141 p. (lire en ligne), p. 28
  3. Cf. Mervat Fayez Hatem, Literature, gender, and nation-building in nineteenth-century Egypt: the life and works of ʻAʼisha Taymur, Literatures and cultures of the Islamic world (Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2011), p. 113.
  4. Al-Ahram Hebdo, « Al-Ahram Hebdo,Livres | La féministe du XIXe siècle », sur hebdo.ahram.org.eg (consulté le )
  5. Leyla Dakhli. La Nahda (Notice pour le dictionnaire de l’Humanisme arabe). 2012., lire en ligne
  6. (en) Working Group forPlanetary System Nomenclature, Gazetteer of Planetary Nomenclature 1994, Washington, International Astronomical Union, United States Government Printing Office, , 295 p. (lire en ligne), p. 12.

Liens externes[modifier | modifier le code]