Aîné (religion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aîné.

Dans le Nouveau Testament, un prêtre (du grec πρεσβύτερος: "l'aîné") est un chef de file d'une congrégation Chrétienne locale. Le mot dérive du grec presbyteros, qui signifie frère ou senior. Le mot grec episkopos signifie littéralement surveillant; il se réfère exclusivement à l'office de l'évêque. Beaucoup se réfèrent au terme presbyteros comme surveillant ou "gardien"[1],[2]. En théologie moderne, l'utilisation de pasteur, est distincte de l' évêque mais synonyme de prêtre. Au sein du culte Protestant, un prêtre ne se réfère pas à un membre distinctif de la prêtrise appelé "prêtre", mais plutôt à un ministre, pasteur, frère ou Aîné.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot prêtre étymologiquement dérive du grec πρεσβύτερος (presbyteros), la forme comparative de πρέσβυς (presbys), "le vieil homme"[3]. Cependant, alors que le mot anglais prêtre a comme racine le grec[4], dans le Nouveau testament, le mot grec (grec ἱερεύς hiereus) pour "prêtre" n'est jamais utilisé pour presbyteros/episkopos, sauf comme faisant partie de la prêtrise de la communauté de croyance[5], avec les premiers Chrétiens opérant une distinction entre le sacerdoce Juif, les prêtres païens et les pasteurs du Nouveau Testament[6].

L'histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne organisation de l'Église de Jérusalem était, selon la plupart des savants similaire à celle des Juifs , les synagogues, mais il avait un conseil ou du collège des prêtres, des prêtres (grec moderne : πρεσβύτεροι les anciens[7]). Dans Actes 11:30[8] et « Acts 15:22 {{{3}}} », nous voyons une collégiale système de gouvernement, à Jérusalem, bien que dirigé par Jacques le Juste, d'après la tradition, le premier évêque de la ville. Dans « Acts 14:23 {{{3}}} », l'Apôtre Paul ordonne que des prêtres soient nommés dans les églises qu'il a fondées.

Le terme de prêtre était pas encore clairement distingué du terme surveillant ou gardien (ἐπίσκοποι episkopoi, plus tard, exclusivement utilisé en ce sens d'évêque), comme dans « Acts 20:17 {{{3}}} », Tite 1:5-7[9] et 1 Pierre 5:1[10],[11],[12]. Les premiers écrits des Pères Apostoliques, la Didachè et la Première Épître de Clément par exemple, montre l'église utilisé deux termes pour les services de l'église—presbytères (vus par beaucoup comme interchangeables avec le terme d'episcopos (surveillants) et de diacre.

Dans Timothée et Tite, dans le Nouveau Testament, un épiscopat mieux défini peut être entrevu. On nous dit que Paul avait laissé Timothée à Éphèse et Tite en Crète pour superviser l'église locale (« 1Tim 1:3 {{{3}}} » et « Titus 1:5 {{{3}}} »). Paul commande d'ordonner des prêtres/évêques et d'exercer une surveillance générale, et exhorte Titus à "reprendre toute autorité" (« Titus 2:15 {{{3}}} »).

Les premières sources ne sont pas claires, mais les différents groupes de la communauté Chrétienne auraient eu un Collège de prêtres-surveillants, fonctionnant comme les dirigeants des églises locales[13]. Finalement, la tête ou l’évêque a affirmé son pouvoir plus clairement, et toutes les églises locales auraient finalement suivi l'exemple des autres églises en se structurant elles-mêmes, d'après le modèle des autres paroisses, avec un évêque en chef, bien que le rôle du corps des prêtres soit restés importants.

À partir du IIe siècle, il est certain que les bureaux de l'évêque et du prêtre ont été clairement distingués, l'évêque est légitimement compris comme président du conseil des prêtres, et si l'évêque était distingué à la fois dans l'honneur et dans les prérogative de la ville, qui étaient considérés comme découlant de leur autorité, par délégation de l'évêque.[réf. nécessaire] Chaque siège Épiscopal avait son propre évêque, et leur présence était nécessaire de consacrer tout rassemblement de l'église.[réf. nécessaire]

Finalement, comme la Chrétienté a grandi, les congrégations individuelles n'étaient plus directement desservis par un évêque. L'évêque dans une grande ville (l’évêque Métropolitain) pouvait nommer un prêtre, le pasteur, pour guider les croyants au sein de chaque congrégation, agissant en qualité de délégué.[réf. nécessaire]

Le chercheur en théologie Jérôme , du IVe siècle (347-420), a déclaré:

"Par conséquent, un prêtre est au même niveau qu'un évêque, et avant que par l'instigation du diable, les hérétiques ont commencé à clamer: je me revendique de Paul, moi d'Apollos, et moi de Céphas. Avant cela, les églises étaient régies par l'assemblée des prêtres ou presbytère. Mais, après que chacun se fût habitué à considérer ceux à qui il avait donné le baptême comme ses propres disciples, et non pas comme ceux du Christ, il fût décrété dans le monde entier que l'un choisi parmi les prêtres, devrait être placé au-dessus des autres...Par conséquent, à ce titre, les prêtres savent peut-être que par la coutume de l'Église, ils sont soumis à celui qui a été placé au-dessus d'eux, et de la même manière, les évêques peuvent croire, qu'ils sont au-dessus des prêtres, plus par la coutume que par le véritable ordonnance du Seigneur." D'autres versions diffèrent légèrement sur ce point, (citant Jean Calvin) et  expriment la même idée.

Une explication du Catholicisme, suggère que les délégués étaient des évêques de fait, mais qu'ils ne possédaient ni les attributs ni le titre. Comme ces derniers étaient essentiellement itinérants, ils ont confié  les fonctions liées à la vie quotidienne de la communauté au soins des convertis les plus instruits et les plus hautement respectés.

En découle de cela que le titre de "prêtre" soit distinctement attribué aux prêtres/évêques. L'écrivain catholique Greg Dues, auteur de Les Coutumes Et les Traditions Catholiques, explique que "le Sacerdoce, tel que nous le connaissons dans l'église Catholique, était inconnu au cours de la première génération du Christianisme, parce qu'à l'époque, la prêtrise était toujours associée à des sacrifices d'animaux à la fois chez les Juifs et les païens." "Quand l'Eucharistie est venu à être considérée comme un sacrifice, après la théologie Romaine, le rôle de l'évêque a pris une dimension sacerdotale. Durant le troisième siècle, les évêques étaient considérés comme des prêtres. Les prêtres ou les "Frères" ou "Ainés", étaient parfois substitués à l'évêque pour pratiquer l'Eucharistie. Au cours de la fin du troisième siècle, partout les gens utilisaient indifféremment le titre de "prêtre" (hierus en grec et Latin sacerdos en latin) pour désigner celui qui présidait l'Eucharistie."[14]

L'utilisation moderne du terme[modifier | modifier le code]

L'Église Catholique Romaine, l'Église Orthodoxe, la Les Églises des Trois Conciles (non-chaldéennes) et des groupes similaires, font généralement référence aux Presbytères, en anglais comme des "prêtres" (prêtre est étymologiquement dérivé du grec presbyteros via le Latin presbyter). Collectivement, cependant, leur "collège" est appelé le "presbyterium"ou "presbytère".

Cette utilisation est considérée par la plupart des Chrétiens Protestants comme la suppression faite aux laïcs , de leur statut sacerdotal, tandis que ceux qui utilisent le terme défendent son utilisation en maintenant que, bien qu'ils croient en la prêtrise de tous les croyants (en grec ἱερεύς hiereus – un autre mot tout à fait, utilisé dans Apocalypse 1:6, 1 Pierre 2:9), ils ne croient pas en la communauté des Anciens unissant tous les croyants. Cela est généralement vrai des Méthodistes Unis, qui, ordonnent des anciens ou Aînés comme membres du clergé (les pasteurs) tout en affirmant le sacerdoce de tous les croyants. Les évangélistes du Diocèse Anglican de Sydney ont aboli l'utilisation du mot "prêtre", pour ceux qui sont ordonnés en tant que tel. Ils sont désormais appelés "presbytes". Les presbytériens se réfèrent parfois à leurs aînés et aux anciens (les Ministres), comme à des "presbytes".

Le site web de l' International Standard de la Version de la Bible, une traduction Protestante, répond à une critique de son utilisation du mot "Aîné" plutôt que de celui de "prêtre", en apportant la justification suivante[15]:« No Greek lexicons or other scholarly sources suggest that "presbyteros" means "priest" instead of "elder". The Greek word is equivalent to the Hebrew zaqen, which means "elder", and not priest. You can see the zaqenim described in Exodus 18:21–22 using some of the same equivalent Hebrew terms as Paul uses in the GK of 1&2 Timothy and Titus. Note that the zaqenim are not priests (i.e., from the tribe of Levi) but are rather men of distinctive maturity that qualifies them for ministerial roles among the people.

Therefore, the NT equivalent of the zaqenim cannot be the Levitical priests. The Greek presbyteros (literally, the comparative of the Greek word for "old" and therefore translated as "one who is older") thus describes the character qualities of the episkopos. The term "elder" would therefore appear to describe the character, while the term "overseer" (for that is the literal rendering of episkopos) connotes the job description. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jack Cottrell, The Faith Once for All: Bible Doctrine for Today, Joplin, MO, College Press Pub., (ISBN 0899009050), p. 419
  2. Geoffrey W. Bromiley, « The International Standard Bible Encyclopedia », dans The International Standard Bible Encyclopedia, vol. 1, Grand Rapids, MI, Fully rev., (ISBN 978-0802837813), p. 516
  3. (en) « Henry George Liddell, Robert Scott, A Greek-English Lexicon, πρέσβυ^ς », tufts.edu (consulté le 31 août 2015)
  4. Webster's New World Dictionary of the American Language, College Edition, The World Publishing Company, Cleveland OH, s.v. "priest"
  5. Colin Buchanan, Historical Dictionary of Anglicanism, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1442250154), p. 483
  6. Ronald A. Knox, The hidden stream, San Francisco, Ignatius Press, , 181 p. (ISBN 978-0898708639)
  7. « presbuteros », sur Bible Hub (consulté le 21 février 2016)
  8. Modèle:Bibleref
  9. Modèle:Bibleref
  10. Modèle:Bibleref
  11. Oxford Dictionary of the Christian Church, 1997 edition revised 2005, page 211: "It seems that at first the terms 'episcopos' and 'presbyter' were used interchangeably..."
  12. Cambridge History of Christianity, volume 1, 2006, "The general consensus among scholars has been that, at the turn of the first and second centuries, local congregations were led by bishops and presbyters whose offices were overlapping or indistinguishable."
  13. John O'Grady, The Roman Catholic church: its origins and nature, p. 140
  14. Greg Dues, Catholic customs & traditions : a popular guide, Mystic, Conn., Twenty-Third Publications, (ISBN 978-0896225152), p. 166
  15. « Elders » [archive du ] (consulté le 6 janvier 2013)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Liddell & Scott, Greek-English Lexicon Intermédiaire, pp. 301, 668
  • Édition Compacte de l'Oxford "English Dictionary", p. 2297
  • Le Dictionnaire Oxford de l'Église Chrétienne (3e ed.), p. 1322

Liens externes[modifier | modifier le code]