Aéroport international Jean-Lesage de Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Lesage (homonymie).
Aéroport international
Jean-Lesage de Québec
Québec City Jean Lesage International Airport
Image illustrative de l'article Aéroport international Jean-Lesage de Québec
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Québec, QC
Coordonnées 46° 47′ 31″ N 71° 23′ 36″ O / 46.791951, -71.39336646° 47′ 31″ Nord 71° 23′ 36″ Ouest / 46.791951, -71.393366  
Altitude 74,4 m (244 ft)

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Aéroport internationalJean-Lesage de Québec

Géolocalisation sur la carte : Ville de Québec

(Voir situation sur carte : Ville de Québec)
Aéroport internationalJean-Lesage de Québec
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 2 743,2 m (9 000 ft) asphalte/béton
11/29 1 737,4 m (5 700 ft) asphalte/béton
Informations aéronautiques
Code AITA YQB
Code OACI CYQB
Nom cartographique Q. JEAN-LESAGE
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Aéroport de Québec Inc.
Site web aéroport Consulter

L'aéroport international Jean-Lesage (AITA : YQB, OACI : CYQB) est un aéroport international situé au nord-ouest de la ville de Québec, au Canada, dans l'arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge, à 18 km du centre-ville. Il est nommé en l'honneur de Jean Lesage, premier ministre du Québec de 1960 à 1966 et principal acteur de la Révolution tranquille.

Porte d'entrée de la capitale nationale sur le monde, l'aéroport international Jean-Lesage est le deuxième aéroport en importance au Québec, après l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, et le douzième en importance au Canada pour le nombre de passagers. Il se classe en quatorzième position en importance au pays pour le nombre de mouvements aériens. Il n'est relié au Réseau de transport de la Capitale (RTC) que quelques fois par jour par l'autobus.

Gestion[modifier | modifier le code]

Aéroport de Québec inc. (AQi) est la corporation privée responsable, depuis le 1er novembre 2000, de la gestion, de l’exploitation, de l’entretien et du développement de YQB. L'aéroport est sous l'autorité des différents corps de sécurité aérienne du Canada, dont l'Agence des services frontaliers du Canada, l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Immigration Canada, Nav Canada et Transports Canada.

Le principal dirigeant de l'aéroport est Monsieur Gaëtan Gagné, Président et Chef de la Direction.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'aéroport.

L'aéroport est exploité par une société civile depuis 1941. Actuellement, il génère des retombées économiques évaluées à plus de 120 millions de dollars canadiens (CAD), regroupe plus de 80 entreprises et est à l'origine de 2 000 emplois directs et indirects.

Dès 1929, un petit terrain d'aviation avait été établi à Québec sur le site actuel du Centre hospitalier de l’Université Laval dans l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge, pour l'exploitation d'un service de transport postal par la voie des airs en hiver, de Montréal à Rimouski, le long du fleuve Saint-Laurent. De 1929 jusqu’en 1938, il n’existe à Québec qu’un petit aérodrome nommé Saint-Louis, établi par une compagnie ayant pour mandat l’exploitation du service de transport du courrier par avion. En 1936, il est presque abandonné mais, en 1939, le terrain d'aviation, qui deviendra l'Aéroport international de Québec, est créé afin de former des observateurs aériens pour le Corps d'aviation royale Canadien et la 8e infanterie d'Observation aérienne alors que la Seconde Guerre mondiale éclate.

Le premier vol commercial à y être effectué a lieu le 11 septembre 1941. Dès lors, les installations aéroportuaires sont nettement améliorées en 1943 par l’installation de manœuvres de signalisation aérienne telles que des feux de piste, des voies de circulation et d’approche et un radiophare. Toutes les installations aéroportuaires auraient pu être abandonnées n’eut été de la compagnie Canadian Pacific Airlines, qui s’en servit durant les années d’après-guerre pour relier la vieille capitale aux villes de Montréal, Mont-Joli et Sept-Îles.

En 1945, à la fin de la guerre, l'aéroport passe des mains de la Défense nationale au ministère des Transports du Canada et devient une installation civile. Dans les années qui suivent, on enregistre une croissance graduelle de l’aviation civile à l’aéroport de Québec. En 1955, on commence la construction de la première aérogare moderne ainsi que des rampes et aires de chargement. L'aéroport dispose alors d’une tour de contrôle, de services météorologiques et de services de télécommunications. Vers décembre 1957, Transcanada Airlines et Québecair effectuent leurs premiers vols civils.

En 1959, un système d’atterrissage aux instruments et des feux d’approche à forte intensité sont installés et on y construit un système de radar et de surveillance aérienne. Le début du service par avion à réaction débute en 1964 et connaît une croissance fulgurante. De cette époque jusqu'à la fin des années 1970, de nombreux nouveaux équipements lui permettent de devenir un aéroport moderne et d'accueillir ses premiers vols transatlantiques en 1976. Les premiers vols d’affrètement directs à destination de pointe situés en Europe voient le jour.

La piste principale 06/24 atteint sa longueur actuelle de 9 000 pieds en 1979. En 1981, une nouvelle route d’accès (route d'entrée principale) menant directement au cœur de l’aéroport de Québec est construite. La piste 12/30 est aussi prolongée à 6 000 pieds.

Aéroport International Jean-Lesage.

Située aux confins d'axes routiers majeurs et bénéficiant d'un trafic aérien en hausse constante, l'aéroport reçoit le statut d'Aéroport international le 23 juin 1993, et est renommé Aéroport international Jean-Lesage (AIJL) en l'honneur du 19e premier ministre du Québec Jean Lesage. L'aéroport fait honneur à cette appellation en s’enrichissant d’une nouvelle zone internationale plus vaste et plus fonctionnelle à l’automne 1996, et en prolongeant la voie de circulation INDIA dans la zone d'aviation générale.

En 1997, l'aéroport inaugure sa nouvelle tour de contrôle ultra-moderne et son complexe Aviation de Nav Canada. Le premier novembre 2000, la gestion des installations passe du ministère des Transports du Canada à une entreprise à but non lucratif formée d'intervenants originaires de la région, Aéroport de Québec inc. pour une période de 60 ans et selon les termes d'un bail foncier. La corporation de gens d'affaires et d'investisseurs privés projette un ambitieux projet de revitalisation et d'agrandissement de ses installations aéroportuaires afin d'accroître encore davantage la capacité maximale de passagers au sol[1].

Le « Plan directeur 2005-2025 » de l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec comprend cinq volets principaux :

En 2006, l'aéroport dévoile un important projet d'investissement dans la modernisation de ses installations pour un montant de 65 millions de dollars canadiens (CAD). Les travaux doivent se poursuivre jusqu'en 2008, coïncidant avec date de célébration des fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec[2].

Le 19 avril 2006, on annonce qu'une nouvelle compagnie aérienne venait de voir le jour, Vacances Maëstro. Vacances Maëstro voulait offrir, à partir du 19 décembre 2006, des vols à partir de Québec et vers Québec, dans toutes les grandes villes européennes, américaines et canadiennes. Au total, 17 destinations furent offertes aux voyageurs. Son existence fut de courte durée, prenant fin à sa fermeture le 7 mars 2007.

Parallèlement, Sunwing Airlines offre, à compter du 19 décembre 2006, des vols hebdomadaires vers Cuba (La Havane, Varadero), l'île de La Romana en République dominicaine, les villes de Panama au Panama(depuis le 20 décembre 2012) et Fort Lauderdale dans l'état de la Floride.

De plus, CanJet Airlines propose, dès le 18 décembre 2006, un vol hebdomadaire à destination de la station balnéaire de Cancún au Mexique et de Montego Bay en Jamaïque.

La nouvelle aérogare, plus moderne et conviviale, a été inaugurée le 12 juin 2008. Par la même occasion, un nouveau logo et une nouvelle appellation ont été dévoilés. Le nom officiel de l'aéroport est maintenant Aéroport international Jean-Lesage de Québec.

En décembre 2008, l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec a atteint pour la première fois le cap du 1 million de passagers.

Le 19 septembre 2013, dû à la déclinaison magnétique, l'orientation de la piste 12-30 fut changée pour devenir officiellement la piste 11-29.

L'année 2014 voit la démolition de plusieurs bâtiments à l'est du terminal principal. En effet, la caserne des pompiers aéroportuaires, divers FBO et le garage d'entretien furent détruit complètement et relocalisés sur différents sites spécialement aménagés sur les terrains de l'aéroport. Ainsi, l'espace vacant permet l'expansion du terminal et de sa partie internationale. Les travaux furent commencés en avril 2015 et devraient s'échelonner sur une période d'environ trois ans. De plus, 2014 marque l'arrivée du 1.5 millionième passagers, un nouveau record pour l'Aéroport Jean-Lesage. Un nouveau stationnement étagé a également fait son apparition pour répondre à la demande constante des usagers.

Travaux d'agrandissement[modifier | modifier le code]

L'année 2014 voit la démolition de plusieurs bâtiments à l'est du terminal principal. En effet, la caserne des pompiers aéroportuaires, divers FBO et le garage d'entretien furent détruit complètement et relocalisés sur différents sites spécialement aménagés sur les terrains de l'aéroport. Ainsi, l'espace vacant permetrat l'expansion du terminal et de sa partie internationale. Les travaux furent commencés en avril 2015 et devraient s'échelonner sur une période d'environ trois ans. De plus, 2014 marque l'arrivée du 1.5 millionième passagers, un nouveau record pour l'Aéroport Jean-Lesage. Un nouveau stationnement étagé a également fait son apparition pour répondre à la demande constante des usagers. L'année 2015 marque le début de la deuxième phase d'agrandissement des installations de l'aéroport. Au coût de 250 millions de dollars, les investissements réalisés par ADQ, les paliers provinciaux et fédéraux permettront d'agrandir les installations internationales qui opèrent présentement au-delà de leurs capacités.

Au programme, une réfection et un doublement de la superficie du terminal déjà existant et de la zone internationale afin de répondre à la demande toujours croissante des usagers. Cette expansion prévoit notamment l'ajout de carrousels à bagages pour les vols internationaux, des douanes réaménagées, une offre bonifiée et diversifiée de restauration, quatre nouvelles barrières d'embarquement pouvant accueillir des gros-porteurs, une réfection du linéaire pour optimiser la fluidité des utilisateurs en plus d'un salle à bagage plus grande et plus efficace pour les compagnies aériennes.

Cette phase physique d'agrandissement est également intimement reliée à une arrivée de nouvelles technologies visant à bonifier l'expérience passager. Des bornes d'enregistrement, de dédouanement automatisé et un système de dépôt des bagages libre-service, de nouveaux systèmes électroniques pour les compagnies aériennes, des stations de recharge pour les appareils mobiles en plus de systèmes de communication et d'affichage dynamique feront leur apparition d'ici 2018 dans l'ensemble du terminal afin de mettre YQB aux standards internationaux des grands aéroports.

En plus des agrandissements et de la modernisation des équipements, ADQ prévoit de nombreux travaux d'entretiens sur les installations déjà en place. La réfection de certaines voies de circulations, plus larges et adaptées à de gros appareils, le resurfaçage de la piste principale (06/24) lors des étés 2017 et 2018, la mise aux normes des ponts d'embarquement déjà existants et l'aménagement d'un centre de dégivrage dernier cri sont au menu du programme YQB2018[3].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

L'aéroport international Jean Lesage de Québec est accessible par la sortie 305-N de l'Autoroute 40, dans le secteur de l'ouest de Sainte-Foy (à la jonction avec la 540), ou par l'Autoroute 540 nord depuis le centre de Québec, la Grande Allée, et le pont Pierre-Laporte. De plus, la route de l'aéroport permet un accès direct pour les citoyens de Val-Bélair[4]. Le parcours 78 du Réseau de Transport de la Capitale relie la zone aéroportuaire au Terminus Les Saules, point de correspondance du réseau de transport en commun pour l'ouest de la Ville de Québec.

Localisation[modifier | modifier le code]

YQB est situé à 12,9 kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest du centre-ville de Québec, dans la couronne nord-ouest de la ville. Il est aussi situé à 8,9 kilomètres à vol d'oiseau du pont Pierre-Laporte. Il est à une altitude de 70 mètres, et est situé aux coordonnées 46°47' nord et -72°22' ouest. À 250km de Montréal, 121km de Trois-Rivières, 219km de Saguenay et 206km de Rivière-du-Loup, l'Aéroport international de Québec est le deuxième principal aéroport sur le territoire du Québec, desservant l'ensemble de l'Est de la province.

Pistes[modifier | modifier le code]

Deux pistes sont présentes à l'aéroport Jean-Lesage, soit la piste 06/24, longue de 2 743 mètres/9000 pieds, et la piste 11/29, longue de 1 737 mètres/5700pieds. La piste 06/24 est la piste principale de l'aéroport de Québec, tandis que la piste 11/29, est utilisée de façon moins fréquente. D'importants travaux d'entretiens sont prévus lors des étés 2017 et 2018 sur la piste principale 06/24.

Transporteurs et Liaisons[modifier | modifier le code]

Une dizaine de compagnies aériennes canadiennes et américaines offrent des vols vers une trentaine de destinations au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Amérique Centrale, aux Caraïbes et en Europe.

Airbus A310 d'Air Transat arrivant de Paris. 4 vols par semaine relient Québec à la capitale française en saison estivale.
Compagnie aérienne Destinations Carrousel
Air Canada Express Gaspé, Îles-de-la-Madeleine, Montréal, Ottawa, Sept-Îles,Toronto-Pearson, Wabush A, B
Air Inuit Kangiqsujuaq, Kangirsuk, Kuujjuaq, Montréal, Quaqtaq, Salluit, Schefferville, Sept-Îles A
Air Transat Saisonier: Cancún, Cayo Coco, Fort Lauderdale, Holguín, Montego Bay, Montréal (débute le 20 juin 2015), Orlando, Paris-Charles-de-Gaulle, Puerto Vallarta, Punta Cana, Samaná, Santa Clara (Cuba), Varadero INT
Canadian North Saisonier: Miami INT
Delta Connection New York-JFK INT
Pascan Aviation Bonaventure, Îles-de-la-Madeleine, Mont-Joli, Saint-Hubert, Sept-Îles, Wabush A
Porter Airlines Toronto-Billy Bishop A
Provincial Airlines Montréal, Sept-Îles, Wabush A
Sunwing Airlines Cancún, Cayo Coco, Punta Cana, Santa Clara (Cuba), Varadero
Saisonier: Fort Lauderdale, Holguín, Montego Bay, Puerto Plata, Panama, St. Maarten (débute le 21 décembre 2015)
INT
United Express Newark
Saisonier: Chicago-O'Hare
INT
US Airways Saisonier: Philadelphie INT
WestJet Saisonier: Cancún, Fort Lauderdale, Toronto-Pearson B, INT
WestJet Encore Toronto-Pearson B

Cargo[modifier | modifier le code]

Compagnie aérienne Destinations
FedEx
exploité par Morningstar Air Express
Mirabel
UPS
exploité par Skylink Express
Mirabel

Destinations[modifier | modifier le code]

Drapeau du Canada Canada

Toronto-Pearson, Toronto-Billy Bishop, Montréal, Ottawa, Sept-Îles, Gaspé, Wabush, Îles-de-la-Madeleine

Kangiqsujuaq, Kangirsuk, Kuujjuaq, Quaqtaq, Salluit, Schefferville, Bonaventure, Mont-Joli, Saint-Hubert

Drapeau des États-Unis États-Unis

New York-JFK, Newark, Philadelphie,
Saisonier Chicago-O'Hare, Fort Lauderdale, Miami, Orlando

Drapeau du Mexique Mexique

Cancún,
Saisonier: Puerto Vallarta

Drapeau de la France France

Air Canada Jazz, dorénavant Express, la compagnie la plus présente à YQB

Saisonier Paris-Charles-de-Gaulle, St-Martin (débute le 21 décembre 2015)

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas

St. Maarten (débute le 21 décembre 2015)

Drapeau de Cuba Cuba

Cayo Coco, Santa Clara (Cuba), Varadero
Saisonier: Holguín

Drapeau de la République dominicaine République dominicaine

Punta Cana
Saisonier: Puerto Plata, Samaná, La Romana (débute le 21 décembre 2015)

Drapeau du Panama Panama

Saisonier: Río Hato

Drapeau de la Jamaïque Jamaïque

Saisonier: Montego Bay

Statistiques de l'aéroport[modifier | modifier le code]

En 2010, l'aéroport international Jean-Lesage s'est classé au 111e rang des aéroports nord-américains en termes de trafic passager avec plus de 1,19 million de passagers qui y ont transité[5].

Statistiques de fréquentation de l'aéroport international Jean-Lesage
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Passagers 672 829 642 995 607 920 625 980 711 323 771 043 779 587 877 274 1 022 862 1 035 026 1 190 088 1 313 432 1 342 840 1 403 466 1 510 047
Variation - 4,4 % - 5,5 % + 3,0 % + 13,6 % + 8,4 % + 1,1 % + 12,5 % + 16,7 % + 1,2 % + 15,0 % + 10,4 % + 2,2 % + 4,5 % + 7,6 %
Rang (Canada) N.D N.D N.D N.D N.D N.D N.D N.D 13 12 12 12 12 13 13
CL-415 destiné à la lutte des incendies de forêts

Service Aérien Gouvernemental (SAG)[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Québec héberge la flotte aérienne du Gouvernement du Québec. Cette flotte se compose d'appareils destinés à l'évacuation aéromédicale, l'extinction d'incendies de forêts, le transport exécutif ainsi qu'à des fins policières, par le biais des hélicoptères de la Sûreté du Québec (SQ).

Challenger du SAG

La section de la lutte contre les incendies de forêts (SOPFEU) utilise une flotte de 14 appareils Canadair. En effet, 4 CL-215T, 2 CL-215P et 8 CL-415 combattent sur différents points d'opérations (bases) à travers le Québec lors de la saison estivale. Les équipages sont parfois appelés à se déployer dans d'autres provinces canadiennes pour aider à combattre d'importants incendies. L'automne est principalement destinée à la période des feux en Californie, le SAG envoyant 2 appareils par année pour supporter les autorités californiennes.

La section aéromédicale s'occupe de divers cas ne pouvant être traités en régions, nécessitant un transport immédiat vers les plus grands centres urbains (Montréal et Québec). Ainsi, 1 Challenger 600 s'occupe des cas urgents avec médecins et infirmiers à bord alors que le Dash-8 s'occupe des cas moins graves, ne nécessitant pas la présence de médecins à bord. Ce service est assuré 24/24, 7/7.

Le transport exécutif est opéré par le deuxième Challenger du SAG, servant principalement certains membres du gouvernement. Ce 2ième appareil sert également d'appareil de rechange si le premier devient inaccessible par exemple.

L'unique Bell 412 de la Sûreté du Québec

Le Service Aérien Gouvernemental est également en charge de la flotte de la Sûreté du Québec basée à l'Aéroport de St-Hubert. Deux Bell 206 et un Bell 412 composent cette flotte, destinée à de la surveillance aérienne mais également à de la recherche et sauvetage, du transport et de l'évacuation (en cas de catastrophe naturelle par exemple).

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le 9 septembre 1949, le vol 108 de Canadian Pacific Airlines, un vol reliant Montréal à Baie-Comeau avec escale à Québec, s'est écrasé à l'est du centre de la ville lorsqu'une bombe a explosé dans l'avion peu de temps suite au décollage de l'aéroport Jean-Lesage (autrefois connu sous le nom de l'aéroport de L'Ancienne-Lorette), à la hauteur de Cap Tourmente, tuant 19 passagers et 4 membres de l'équipage. L'incident est aujourd'hui connu sous le nom de l'affaire Albert Guay.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « " Histoire de l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec" », sur Swww.aeroportdequebec.com (consulté le 6 juin 2010)
  2. (fr) « Site officiel de l'aéroport international Jean-Lesage de Québec », sur www.aeroportdequebec.com (consulté le 6 juin 2010)
  3. « YQB 2018 – Le projet », sur www.yqb2018.com (consulté le 6 juin 2015)
  4. [1]
  5. (en) « Top 5 Busiest North American Airports - 2009 Traffic Count », sur Conseil international des aéroports (consulté le 6 juin 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]